chanceler

(Mot repris de chancelai)

chanceler

v.i. [ du lat. cancellare, disposer en treillis, d'où « marcher en zigzag » ]
1. Perdre l'équilibre : Sous le choc, elle chancela tituber, vaciller
2. Fig. Manquer de solidité, de stabilité ; montrer de l'hésitation : Son enthousiasme chancelle fléchir ; se raffermir

chanceler


Participe passé: chancelé
Gérondif: chancelant

Indicatif présent
je chancelle
tu chancelles
il/elle chancelle
nous chancelons
vous chancelez
ils/elles chancellent
Passé simple
je chancelai
tu chancelas
il/elle chancela
nous chancelâmes
vous chancelâtes
ils/elles chancelèrent
Imparfait
je chancelais
tu chancelais
il/elle chancelait
nous chancelions
vous chanceliez
ils/elles chancelaient
Futur
je chancellerai
tu chancelleras
il/elle chancellera
nous chancellerons
vous chancellerez
ils/elles chancelleront
Conditionnel présent
je chancellerais
tu chancellerais
il/elle chancellerait
nous chancellerions
vous chancelleriez
ils/elles chancelleraient
Subjonctif imparfait
je chancelasse
tu chancelasses
il/elle chancelât
nous chancelassions
vous chancelassiez
ils/elles chancelassent
Subjonctif présent
je chancelle
tu chancelles
il/elle chancelle
nous chancelions
vous chanceliez
ils/elles chancellent
Impératif
chancelle (tu)
chancelons (nous)
chancelez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais chancelé
tu avais chancelé
il/elle avait chancelé
nous avions chancelé
vous aviez chancelé
ils/elles avaient chancelé
Futur antérieur
j'aurai chancelé
tu auras chancelé
il/elle aura chancelé
nous aurons chancelé
vous aurez chancelé
ils/elles auront chancelé
Passé composé
j'ai chancelé
tu as chancelé
il/elle a chancelé
nous avons chancelé
vous avez chancelé
ils/elles ont chancelé
Conditionnel passé
j'aurais chancelé
tu aurais chancelé
il/elle aurait chancelé
nous aurions chancelé
vous auriez chancelé
ils/elles auraient chancelé
Passé antérieur
j'eus chancelé
tu eus chancelé
il/elle eut chancelé
nous eûmes chancelé
vous eûtes chancelé
ils/elles eurent chancelé
Subjonctif passé
j'aie chancelé
tu aies chancelé
il/elle ait chancelé
nous ayons chancelé
vous ayez chancelé
ils/elles aient chancelé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse chancelé
tu eusses chancelé
il/elle eût chancelé
nous eussions chancelé
vous eussiez chancelé
ils/elles eussent chancelé

CHANCELER

(chan-se-lé ; l'l se double quand la syllabe qui suit est muette : je chancelle ; je chancellerai ; je chancellerais) v. n.
Être peu ferme, pencher comme si l'on allait tomber. Nous le vîmes chanceler et tomber. Il chancela du coup, mais bientôt après il se remit. Dans ces convulsions de la nature la terre semblait chanceler sur ses fondements.
Il s'aperçut que le roi chancelait et laissait aller ses armes de faiblesse [VAUGEL., Q. C. liv. VIII, chap. 14]
Les petits coups, selon toi, Sentent le buveur qui chancelle [BÉRANG., P. coups.]
Fig.
Pourtant toute espérance en mon esprit chancelle [RÉGNIER, Él. I]
Je sens qu'elle [ma vertu] chancelle et défend mal la place [CORN., Hor. II, 5]
Soutiens ma haine qui chancelle [ID., Hér. V, 1]
Il permet qu'ils chancellent dans la droite voie [BOSSUET, Intég. 1]
Plus je sens chanceler ma cruelle constance [RAC., Bér. II, 2]
Votre haine chancelle [ID., Andr. IV, 3]
Hésiter, en parlant de la mémoire. La mémoire de ce prédicateur a chancelé plus d'une fois. Chanceler se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

SYNONYME

  • CHANCELER, VACILLER. Chanceler se dit d'une personne ou d'une chose qui penche deçà et delà, parce qu'elle n'est pas ferme, solide, et menace de tomber. Vaciller veut dire simplement aller deçà et delà, sans qu'il y ait nécessairement pour cela menace de tomber. Dans un tremblement de terre, le sol vacille, mais ne chancelle pas ; au contraire un ivrogne ne vacille pas, mais il chancelle. Au figuré, une résolution qui vacille est une résolution qui n'est pas fixe ; une résolution qui chancelle est une résolution qui n'est pas ferme. Un témoin vacille dans sa déposition, quand il sait mal les faits ; il chancelle dans sa déposition, quand il n'a pas le courage ou la volonté de les maintenir.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Son petit pas [il] s'en torne cancelant [, Ch. de Rol. CLXIII]
    Charles cancele, por peu qu'il n'est cheüt [, ib. CCLXIII]
  • XIIe s.
    Charles chancelle, mout pert de sa vertu [, Roncisv. 145]
    Sur un char fist on metre l'arche Deu et covrir ; Li buef en chancelerent, l'arche voleit chaïr [, Th. le mart. 75]
    Li prelat deivent estre li plus esperital, Ne deivent chanceler pur rien de lur estal [, ib. 71]
    Et ce nos mostrat bien cele arche del Testament ki s'inclinat cant [quand] li buef scancelhievent [chancelaient] [, Job, 475]
  • XIIIe s.
    Si chancele qu'à poi ne chiet [, Ren. 14906]
    Du tout defailloit ses durtés, Fiebles et vains tremble et chancele, Fuïr s'en volt, honte l'apele [, la Rose, 15615]
    Ha ! rois de France, rois de France, La loi, la foi et la creance Va presque toute chancelant ! [RUTEB., 93]
    Puisque justice cloce, et drois pent et encline, Et verités cancelle, et loiautés decline [ID., 233]
    Je sui sor ferme pierre assise ; La pierre esgrume et fent et brise, Et je chancele [ID., 78]
    Et fichoit chascun son pel [pieu], si qu'il ne povoit chanceler ne croler [J. DE MEUNG, Végèce, I, 11]
  • XIVe s.
    Par vertu le bouta, et de coer si très grant Qu'il le fist cancheler ; et en che canchelant, Trouva derriere lui une piere pesant, Si que li enfes va tout parmi tresbusquant [, Baud. de Séb. IX, 288]
    Qu'il ne face l'oneur de maintes [femmes] chanceler [, Girart de Ross. Prol.]
  • XVe s.
    Ainsi leur eut-il en convent par sa creance, de quoi il chancela et detria puis assez.... [FROISS., I, I, 63]
    Ne feroient jà au roy d'Angleterre chose qui peust briser n'entamer ne chanceler, par quelque voye que ce soit, les alliances qui estoient jurées, escrites et scellées entre France et Castille [ID., liv. III, p. 317, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Ma voix tremblote, et ma langue chancelle, Mon cœur se pasme, et le sang me tressaut [RONS., 171]
    Et comme yvre d'amour tout le corps me chancelle [ID., 222]
    Bien poulsé longuement chancelle [COTGRAVE, ]
    Il vaut mieux tresbuscher une fois que tous jours chanceller [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç, cancheler, chancelar. Diez le tire de chance, qui veut dire proprement action de tomber ; mais il y a une difficulté insurmontable, c'est que, le mot étant très ancien, si la dérivation était telle, on le trouverait écrit en quatre syllabes, cheanceler, chaanceler. Il faut donc en revenir à la forme même, qui est le latin cancellare. La forme vraie et claire est eschanceler, qui est dans Job (sancelhievent) : sortir des barreaux, d'où chanceler. Elle s'est confondue avec chanceler, latin cancellare, rayer, faire des raies, et, figurément, n'aller pas droit.

chanceler

CHANCELER. (Je chancelle; nous chancelons.) v. intr. Être peu ferme sur ses pieds, pencher de côté et d'autre, comme si on allait tomber. Il chancelle comme un homme ivre. Il est près de tomber, il chancelle. Ce coup le fit chanceler.

Figurément, il signifie N'être pas ferme, n'être pas assuré. Il varie, il chancelle dans ses réponses, dans ses résolutions, dans sa foi, dans ses opinions. Sa fortune chancelle. Sa vertu chancelle. Sa mémoire chancelle.

chanceler

Chanceler, neutr. acut. Est entrejamber et varier des pieds en cheminant, ainsi que fait un qui est yvre, Titubare, vacillare, cui pedes non constant, On en use metaphoriquement aussi quand on dit qu'aucun chancelle en parlant, Cui lingua titubat, cui metu oratio non constat, atque vacillat.

Synonymes et Contraires

chanceler

verbe chanceler
1.  Vaciller sur ses pieds.
2.  Menacer de s'altérer.
Traductions

chanceler

התנודד (התפעל), התרופף (התפעל), כשל (פ'), מט (פ'), מָט, כָּשַׁלwankelen, aarzelen, besluiteloos zijn, waggelenstagger, totter, teeter, reeltaumeln, wankenbarcollare, tentennare, traballare, vacillare (ʃɑ̃səle)
verbe intransitif
bouger d'un côté et de l'autre

chanceler

[ʃɑ̃s(ə)le] vi → to stagger