change

change

n.m.
Opération qui consiste à vendre ou à échanger la monnaie d'un pays contre celle d'un autre pays ; taux auquel se fait cette opération : Bureau de change. Le change est élevé.
Change complet,
couche-culotte.
Donner le change à qqn,
arriver à lui cacher parfaitement ses intentions : Elle s'est montrée aimable pour lui donner le change.
Lettre de change,
écrit par lequel un créancier donne l'ordre à son débiteur de payer à une date déterminée la somme qu'il lui doit, à l'ordre de lui-même ou d'un tiers traite
Perdre, gagner au change,
être désavantagé, avantagé par un échange, un changement : Nous perdons au change avec les nouveaux voisins.

CHANGE

(chan-j') s. m.
Succession de choses diverses ou d'états divers.
La faim se renouvelle au change des viandes [RÉGNIER, Sat. X]
Ô que nos fortunes prospères Ont un change bien apparent [MALH., II, 3]
C'est elle et non pas lui qui fait sentir au monde Le change des saisons [ID., V, 25]
Changement d'affections.
J'aime le change, à la bonne heure [LA FONT., Pâté.]
En amour le change est assez doux [MOL., Psy. IV, 2]
Mon cœur court-il au change ? [ID., F. sav. IV, 2]
Quoi ! vous appelez crime un change raisonnable ? [CORN., Hor. I, 2]
Mon honneur offensé sur moi-même se venge, Et vous m'osez pousser à la honte du change [inconstance] [ID., Cid, III, 6]
Troc d'une chose contre une autre.
Vous auriez sans doute perdu au change [BALZ., VI, Lett. 2]
Ma perte n'est pour vous qu'un change avantageux [CORN., Poly. V, 2]
Ce qu'on donne pour une autre chose, ce qui peut remplacer, équivaloir ; et figurément, la pareille.
C'est ce qu'on peut donner pour change Au songe dont vous me parlez [MOL., Amph. II, 2]
Fille qui n'eût de quoi rendre le change [LA FONT., Maz.]
Je voudrais.... savoir comment.... Caliste en use et lui rendre le change [ID., Coupe.]
Un nouveau galant qui survient lui rend le change [LA BRUY., III]
Rendre le change à quelqu'un, signifie aussi lui faire une réplique ingénieuse ou vive.
Toute négociation relative à la vente ou à l'échange des matières d'or ou d'argent, soit monnayées, soit en lingots, ainsi que de tous les papiers représentant une valeur métallique. Change de monnaie. Bureau de change. Combien vous a-t-on pris pour le change de votre billet ? Le prix que prend le changeur. Quel est le change des billets de banque ? Lieu où l'on change la monnaie, l'or pour de l'argent, etc. Aller au change. Le pont au Change à Paris, ainsi dit parce que les changeurs y logeaient. Payer comme au change, payer sur-le-champ. S'est dit autrefois de la bourse, du lieu destiné aux réunions des négociants.
Terme de banque, toute négociation par laquelle on cède, moyennant un prix convenu, à un tiers, des fonds qu'on possède dans un endroit autre que celui où se fait l'opération. Le change est une manière de remettre de l'argent d'un lieu à un autre, par une lettre qui en indique le payement, et qui se nomme lettre de change.
Une bonne lettre de change bien acceptée [SÉV., 295]
La lettre de change est aussi une sorte de billet dont le non-payement entraîne la contrainte par corps, Agent de change, fonctionnaire ministériel nommé par le gouvernement pour attribuer à la négociation des rentes, des effets publics, des actions de banque, de tout papier commerçable enfin, le caractère de l'authenticité. Charge d'agent de change. Moitié, quart d'agent de change, personne qui est intéressée pour moitié, pour quart dans les affaires d'un agent de change à qui elle a fourni la moitié ou le quart de ses fonds. Le prix que prend le banquier pour l'argent qu'il fait remettre. Le change d'ici à Londres, sur Londres, est à tant pour cent, est haut, bas, au pair, désavantageux. Coter le change, en marquer le taux.
Le profit, l'intérêt de l'argent qu'on prête selon le cours de la place. Prendre à change. Rare en ce sens.
Terme de vénerie. Substitution d'une nouvelle bête à celle qui a été lancée d'abord. La bête donne le change, en fait lever une autre à sa place. Les chiens prennent le change, tournent au change, quittent la bête lancée pour la nouvelle. Les chiens gardent le change, ne tournent pas au change.
Que de raisonnements pour conserver ses jours ! Le retour sur ses pas, les malices, les tours, Et le change et cent stratagèmes [LA FONT., Fab. X, 1]
Fig.
En me donnant le change attirer mon courroux [CORN., Suréna, IV, 4]
Ne parlons point ici du Tage ni du Gange, Je connais ma portée et ne prends point le change [ID., M. de Pomp. II, 3]
À cet amour naissant il faut donner le change [MOL., l'Étour. I, 9]
Je sais l'affaire et ne prends point le change [ID., Tartufe, IV, 3]
Je crois voir Annibal qui, pressé des Romains, Met leur chef en défaut, ou leur donne le change [LA FONT., Fables, XII, 23]
Il donne le change aux théologiens [BOSSUET, 2e écrit.]
Il fit le plaisant pour donner le change à ses hôtes [HAMILT., Gramm. 4]
Ils se donnent sans cesse le change à eux-mêmes [MASS., Carême, Doutes.]
De peur que les passions ne lui fissent prendre le change [ID., Carême, Avenir.]
Le monde ne prend pas le change sur vos sentiments [ID., Carême, Pardon.]
Elle s'est humiliée d'avoir pris si grossièrement le change sur ses intérêts éternels [ID., Carême, Inconst.]
Si l'Évangile renfermait les moindres obscurités favorables aux passions, c'étaient sans doute ces premiers disciples qui devaient y prendre le change [ID., Car. Évid. de la loi.]
Sous prétexte d'un pèlerinage qui ne fit prendre le change à personne [VOLTAIRE, Louis XIV, 17]
Il exhorte Polybe à donner le change à sa douleur [DIDER., Claude.]
Terme de fauconnerie. Empêcher le faucon d'aller au change, l'empêcher de quitter l'oiseau qu'il chasse pour en prendre un autre.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Pour un des nostres cinq des paiens prenez ; Ci a bon change ; Dex en soit aorez [, Roncisv. 102]
  • XIIIe s.
    Se tu as le [la] fort monnoie, multeplie par canje tant saus [sous] com tu vels cangier [, Comput, f° 22]
    Se marchant font change de chevaus li uns à l'autre bout à bout, riens ne doivent de tonlieu [, Liv. des mét. 316]
    Car il en eust eu grant raençon ou change d'aucun gentilhomme [, Chron. de Rains, 96]
    Certes, moult ai fait mauvès change, Quant si vers moi vous truis [trouve] estrange, Que ge plus aim que riens qui vive [, la Rose, 16669]
    Por ce que li monde se change Plus sovent que denier à change [RUTEB., 218]
    Se li drapiers ne t'en veut croire, Si t'en reva droit à la foire, Et va au change [ID., 28]
    De ce change se souffrissent moult bien li pelerin, se Diex vousist [VILLEH., XXIX.]
  • XIVe s.
    Se ton faulcon va ou [au] change et il prend coulon ou cornaille ou autre vosel de change [, Modus, f° LXXXV, verso]
  • XVe s.
    .... Change est paradis à l'argent, Car il a là tous ses deduits, Ses bons jours, ses bonnes nuits ; Là est frotés et estrillés, Lavés et bien appareilliés [FROISS., Le dit dou florin.]
    En ung seul lieu aimera fermement, Sans point querir ou desirer le change [CH. D'ORL., 10]
    Et je te promets que avant que il soit gueres de jour, tu me verras aller par entre les changes de Genes [, Bouciq. III, 22]
  • XVIe s.
    À Rome fut baillée grande somme d'argent au change, pour cette opinion de nostre ruine [MONT., I, 44]
    Cela m'a emporté hors de mon propos ; mais il y a du proufit au change [ID., III, 107]
    C'est un vilain desreglement qui poulse si souvent les femmes au change [ID., III, 370]
    C'est un meschant : ayons en un bon en change [ID., IV, 83]
    Quelqu'un, pensant faire du plaisant.... Mais Dionysius luy rendit son change plaisamment, car il lui dit.... [AMYOT, Timol. 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. camge, camje (voy. CHANGER).

change

CHANGE. n. m. Action de changer, troc d'une chose contre une autre. Il n'est guère usité, en ce sens, que dans ces locutions : Gagner au change, Perdre au change.

Il signifie, en termes de Banque, Conversion d'une monnaie en une autre monnaie équivalente ou de billets de banque contre de la monnaie. Faire le change. Change de monnaie. Bureau de change.

Il signifie encore Prix demandé pour convertir la monnaie en une autre monnaie ou pour remettre une somme d'une place sur une autre place. Le change sur Berlin, sur Londres est de tant pour cent. Le change a augmenté. Le change est au pair. Le change est haut. Le change est bas. Le change est désavantageux. Coter le change, Marquer le taux du change.

Il se dit aussi de la Remise d'une somme d'une ville sur une autre ville. Cette remise peut être réalisée au moyen de numéraire ou d'effets de commerce qu'on appelle Lettre de change ou simplement Change. Je vends, j'achète du change, j'ai besoin de change.

Il désigne aussi l'Écart entre la valeur nominale d'une monnaie et la valeur pour laquelle cette monnaie est acceptée dans la circulation.

Il désigne, par extension, le Lieu où se font ces opérations. Aller au change.

Fig. et fam., Rendre le change à quelqu'un, Lui faire une réplique ingénieuse ou vive, lui rendre la pareille.

Agent de change. Voyez AGENT.

En termes de Chasse, il signifie Substitution que fait une bête poursuivie par les chiens d'une autre bête qu'elle met à sa place. La bête donne le change. Les chiens prennent le change, tournent au change, Ils quittent la bête qui a été lancée pour courir la nouvelle bête. Les chiens gardent le change, ne tournent pas au change, Ils ne se laissent pas emporter après la nouvelle bête et continuent à chasser la bête qui a été lancée.

Fig., Donner le change à quelqu'un, Détourner adroitement quelqu'un du dessein, des vues qu'il peut avoir, en lui donnant lieu de croire une chose pour une autre. Prendre le change, Se laisser tromper de cette manière, par ignorance ou par simplicité ou Se tromper, se méprendre sur un objet, sur une affaire. Faire prendre le change à quelqu'un, Le tromper, l'induire en erreur.

change

Change, Permutatio pecuniae, Collybus, Bud. Et la place et endroit de la ville où les changeurs ont leurs boutiques. Selon ce on dit le pont aux changes. Et en fait de venerie Change est l'opposite du droit, Estant le droit le Cerf qui a esté lancé et est poursuivy des chiens: et le change, le Cerf, qui n'est lancé ni poursuivy, mais estant rencontré des chiens est chassé et poursuivy au lieu du droit, ainsi dit-on le change est la harde de cerfs, ou le cerf lancé et poursuivy se mesle pour faire perdre cognoissance aux chiens courans, et leur faire poursuyvre un autre cerf au lieu de luy, de là procede ceste phrase. Le droit fuit avec le change, qui est quand le cerf lancé et poursuivy ne veut abandonner la harde où il s'est meslé, laquelle effroyée des chiens fuit à vau de route, ains fuit parmy icelle. Et ceste autre phrase, les chiens blancs et fauves gardent bien le change, dont le contraire est Prendre le change. Garder le change, c'est en venerie, ne prendre le change pour le droit, Canes ab omni alio ceruo abstinere quam quem persequuntur, Prendre le change, c'est abandonner le droit et chasser un autre cerf, que celuy qui a esté lancé et commencé à courir. Selon ceste signification par metaphore on dit d'un homme marié qu'il va au change, quand au lieu d'avoir compagnie à sa femme il va à une autre.

Faire quelque change, Mutare aliquid cum aliquo.

Les changes, Argentariae, et mensariae, et nummulariae, B.

change


CHANGE, s. m. [1re lon. 2e e muet.] 1°. Troc d'une chôse contre une aûtre; il ne se dit, en ce sens, que dans les phrâses suivantes: gagner au change, perdre au change. — On dit figurément, d'un homme qui répond vivement et ingénieûsement à un aûtre, qui le veut râiller, qu'il lui a rendu le change, qu'il lui a doné son change. De ces deux expressions, la 1re est du bon style; l'autre, du st. fam. = 2°. En termes de Vènerie, on dit, prendre le change, garder le change, doner le change. Les deux 1ers se disent des chiens, ou qui quitent la bête qu'il chassent pour courir après une aûtre; ou qui continuent à chasser la première, sans se laisser détourner. Le 3e se dit de la bête qui fait prendre le change aux chiens. — On dit, en ce sens, doner le change à quelqu'un, le détourner adroitement du dessein, ou de la pensée qu'il a; et prendre le change, se laisser ainsi tromper. "Est-ce à moi que vous voulez donner le change? "Il a pris le change; il s'est laissé duper. On dit aussi ce dernier, lorsque, dans un raisonement, on sort de son sujet, pour s'atacher à des chôses dont il n'est pas question: Vous prenez le change; ce n'est pas de cela qu'il s'agit. — * Plusieurs disent, doner et prendre l'échange, pour le change: c'est un vrai barbarisme; et j'ai été fort surpris de le trouver dans le Journal de Littératûre. "Il (le Parterre) ne prend pas l'échange sur les bons et les mauvais ouvrages, sur les bons et les mauvais Auteurs. — C' est sans doute une faûte d'impression.
   3°. CHANGE, lieu où l' on va changer des pièces de monnoie pour d'aûtres. — Banque, métier de faire tenir de l'argent d'une Ville à une aûtre, de place en place. Faire le change; Courtier, Agent de change; lettre de change. — La place même où s'assemblent les Banquiers. — Le prix que le Banquier prend pour l'argent qu' il fait remettre: "Le change d'ici à telle place est de tant pour cent. Le change est au pair; le change a augmenté. — L'intérêt de l'argent qu'on prête selon le cours de la place: prendre, doner à change.
   Rem. * Change, s'est dit aûtrefois pour changement.
   O que nos fortunes prospères
   Ont un change bien aparent!
       Malherbe.
  Quoi! vous apelez crime un change raisonable.
      Corn.
"Voir punir son change. — Son change est odieux. Id.
   Corneille dit aussi, bailler le change, pour doner le change: c'est que de son temps on disait souvent bailler pour doner.
   Mais insensiblement je baille ici le change.
       Ép. à Ariste.

changé


CHANGÉ, ÉE, adj. On dit qu'un homme est bien changé, qu'une femme est bien changée; qu'ils ont le visage bien changé, soit par l'âge, soit par la maladie. "D'Orval est malade aussi: comme il est changé! Th. d'Éduc. Être bien changé, c'est aussi avoir changé entièrement de sentimens, ou, de moeurs et de conduite.

Traductions

change

exchange, change, currency exchange, exchange rate, letter of credit, rate of exchange, tradeoffהחלפת מטבע חוץ (נ), המרה (נ), המרת מטבעות (נ), חלפנות (נ), פריטה (נ), שולחנות (נ), חַלְפָנוּת, הֲמָרָה, הֲמָרַת מַטְבְּעוֹת(het) omruilen, (het) wisselen, (wissel)koers, wissel, wisselkoerscambiocambioExchangeExchangeExchangeExchange (ʃɑ̃ʒ)
nom masculin
action de changer une monnaie contre une autre un bureau de change

change

[ʃɑ̃ʒ] nm
(COMMERCE)exchange
le taux de change → the exchange rate
opérations de change → foreign exchange transactions, exchange transactions
contrôle des changes → exchange control
(autres locutions) gagner au change → to be better off for it, to be better off
perdre au change → to be worse off for it, to be worse off
donner le change à qn → to pull the wool over sb's eyes