chanoinie

(Mot repris de chanoinies)

CHANOINIE

(cha-noi-nie) s. f.
Canonicat. Posséder, conférer une chanoinie.
Le refus que fait l'abbé de Paris de se démettre de sa chanoinie [RAC., Lett. Boileau, 34]
J'ai trouvé moyen de multiplier vos bienfaits, et de faire que vous me pourrez donner une chanoinie [VOIT., Lett. 179]
Mot vieilli ; on dit canonicat.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le duc de Bretagne, son corps [de sa personne], se logea dedans le chastel de Blois, chez une chanoinie de Saint-Sauveur [FROISS., II, III, 110]
    Il resigna tous ses benefices, et ne retint pour vivre sobrement et petitement, que la channoinie de Rheims [ID., III, IV, 37]
  • XVIe s.
    Le pape peut conferer à une mesme personne deux chanoinies, prebendes ou dignitez en mesme eglise cathedrale [P. PITHOU, 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Chanoine.

chanoinie

CHANOINIE. s. f. Canonicat. Posséder une chanoinie. Conférer une chanoinie. Il a vieilli.

chanoinie


CHANOINIE, s. f. [Cha-noa-ni-e; 3e lon.] Canonicat. Posséder une Chanoinie; conférer une Chanoinie. — Canonicat est plus usité. Chanoinie, paraît être du style de Pratique. L'Acad. le met sans remarque.