chapé

(Mot repris de chapés)

chape

CHAPE. n. f. Vêtement d'église, en forme de manteau, qui s'agrafe par-devant et va jusqu'aux talons, et que portent l'évêque, le prêtre officiant, les chantres, etc., durant certaines parties du service divin. Chape de drap d'or, de satin, de damas. Chape en broderie. Chape violette. Chape noire.

Il se dit aussi de l'Habit que portent les cardinaux et qui a un capuce doublé d'hermine. Chape rouge.

Il désigne par analogie, en termes d'Arts, Certaines choses qui s'appliquent sur d'autres qui servent à les couvrir, à les envelopper, telles que l'Enduit de mortier dont on recouvre l'extrados d'une voûte, le Couvercle d'un alambic, la Futaille qui recouvre un tonneau de vin, etc. La chape d'une voûte. Mettre la chape sur l'alambic. Chape de poulie.

chape

Chape, voyez Chappe.

chape


CHAPE, s. f. Sorte de long et ample manteau, qui va jusqu'aux talons. Il se dit sur-tout de l'ornement d'Église apelé pluvial; de l'habit de cérémonie des Cardinaux, de l'habit de choeur pendant l'hiver. (Dans plusieurs Chapitres on a quité la chape pour le camail.)
   Chape se dit aussi du couvercle d'un alambic et de la partie d'une boucle, par laquelle elle tient au soulier, ou à la ceintûre.
   On dit, proverbialement, Disputer, ou se débatre de la chape à l'Évêque. Contester sur une chôse où l'on n'a point d'intérêt. — Chercher chape chute, se gouverner de façon qu'on s'atire quelque chôse de fâcheux. Trouver chape chute; trouver quelque chôse de désagréable à la place de ce qu'on cherchait d' avantageux. Voyez PROVENDE.