chapelle

(Mot repris de chapelles)

chapelle

n.f. [ du lat. cappa, capuchon ]
1. Petit édifice religieux ayant génér. un autel, construit dans un domaine privé : La chapelle d'un hôpital, d'un château.
2. Partie d'une église comportant un autel secondaire.
3. Fig. Petit groupe de personnes dans lequel il est difficile de s'introduire : Chapelle littéraire cercle, clan
Chapelle ardente
Maître de chapelle,
personne qui dirige les chanteurs et les musiciens dans une église.

CHAPELLE

(cha-pè-l') s. f.
Lieu consacré au culte dans les palais, dans certaines maisons particulières, hospices, colléges, etc. Nous entendons la messe à la chapelle du château, de la prison. Absolument, la chapelle, le corps d'ecclésiastiques qui desservent la chapelle du roi.
Petite église qui n'est ni paroisse, ni prieuré, qui subsiste d'elle-même et que les canonistes disent en plein air. On éleva sur la place même une chapelle en commémoration de cet événement.
Ils auront le crédit de faire bâtir une chapelle [PASC., P. jés. 35]
Sainte chapelle, église collégiale nommée ainsi à cause qu'on y garde des reliques déposées par le prince qui la fonda. La Sainte Chapelle de Paris.
Parmi les doux loisirs d'une paix fraternelle, Paris voyait fleurir son antique chapelle [BOILEAU, Lutrin, I]
Se dit aussi des diverses parties d'une église où sont des autels. Le mariage fut célébré à la chapelle de la Vierge. Mettre en chapelle, se dit, en Espagne, des condamnés à la peine capitale qui sont préparés à la mort dans une chapelle.
Les musiciens qui chantent dans une chapelle. La chapelle suivit le roi au camp. Il chante à la chapelle. Maître de chapelle, celui qui dirige la musique d'une chapelle, soit à la cour, soit dans une église. Desvignes a été longtemps maître de chapelle à Notre-Dame. Chapelle pontificale, réunion, à Rome, des trois ordres de chanteurs, les chapelains chanteurs, les chanteurs apostoliques et les chanteurs pontificaux.
Par extension, le calice, les chandeliers et autres objets à l'usage d'une chapelle. Une chapelle de vermeil. À bord des vaisseaux, coffre dans lequel l'aumônier renferme les ornements propres au service divin. Tenir chapelle, se dit du pape, de l'empereur d'Autriche et du roi d'Espagne assistant en pompe à l'office divin. Chapelle ardente, luminaire dont on entoure un catafalque. Fig. et familièrement. Jouer à la chapelle, s'occuper sérieusement de choses frivoles ou inutiles comme les enfants qui imitent les cérémonies de l'église et construisent de petites chapelles avec une serviette et quelques figurines de plâtre, surtout à l'époque de la Fête-Dieu.
Par plaisanterie, chapelle blanche, mot qui se dit pour signifier le lit. Voilà un enfant qui n'en peut plus, il faut le conduire à la chapelle blanche. Elle voulait aller à la messe de minuit ; elle l'a entendue dans la chapelle blanche.
Sorte de bénéfice qui consiste au revenu d'une chapelle et qui est fondé pour la desservir.
Couvercle d'un alambic. Voûte du four des boulangers. Bâti en bois qui supporte la châsse et le porte-lame du métier de tisserand. Cintre qui recouvre la roue d'une vielle. Terme de poterie. Enfourner en chapelle, enfourner à nu, sans étuis. Couvercle de cuivre qui est au-dessus de l'aiguille aimantée. Partie intérieure d'une machine où se trouve placé un mécanisme quelconque, et que l'on ferme avec une plaque mobile. Galerie d'aqueduc en forme de voûte.
Terme de marine.
Faire chapelle, virer subitement de bord vent devant, malgré soi et par la force des vents ou des courants. C'est une mauvaise orthographe qui a prévalu sur la bonne, qui est chapel ou chapeau [JAL, ]

SYNONYME

  • CHAPELLE, CHAPELLENIE. La chapelle est l'édifice, et, par extension, le bénéfice. La chapellenie n'est jamais que le bénéfice.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Mere yglise de paroisse, vingt sols ; et de chapelle dix sols [, Lois de Guill. 1]
    Charles sera ad Ais à sa capele [, Ch. de Rol. IV]
  • XIIe s.
    Dedans une chapele [ils] troverent Helissant [, Saxons, XI]
    Persones e baruns i feras assembler En sa chapele, cels qu'il voldra apeler [, Th. le mart. 62]
  • XIIIe s.
    Et furent mis en une mout riche chapelle qui dedens le palais estoit [VILLEH., CX.]
    [Il y] avoit une chapele de grant ancesserie [, Berte, CIX]
    À ceste chapelete que ci veez ester [, ib. CXII]
    Iluec est la noire chapele Dunt l'en cunte, ki est si bele [, Lai del desiré]
    Et si avoit une capiele où li rois tourna pour oïr messe [, Chron. de Rains, 147]
    Je n'ai cure de ta favele ; Va-t'en, is fors de ma chapele [RUTEB., II, 101]
  • XIVe s.
    Pour faire eaue rose sans chappelle [alambic de plomb] [, Ménagier, II, 5]
  • XVIe s.
    La vapeur par refrigeration du sommet de la chapelle et alembic descend au receptoire [PARÉ, XXV, 24]
    Leurs fourneaux, allambics, chappelles, creusets.... [CARLOIX, VI, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, chapelle, reposoir dressé dans les rues le jour de la Fête-Dieu ; picard, capelle : provenç. capella ; espagn. capilla ; portug. capela ; ital. capella ; bas-lat. capella, diminutif de capa, chape. Voici la série des sens : petite chape, chapelle, conservée dans le palais des rois et sur laquelle se prêtaient les serments ; puis le lieu où, dans le palais, cette chape était gardée (d'où Aix-lachapelle, d'une chapelle de ce genre qui était dans le palais de Charlemagne), et enfin tout édifice où il y avait des reliques.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHAPELLE.
    Jouer à la chapelle. Ajoutez :
    Cette confédération où vous avez fait serment d'affermir votre liberté.... a presque l'air maintenant d'une farce où vous êtes tous accourus pour jouer à la chapelle [L. du P. Duchêne, 86e lettre, p. 2]
    10° Fig. Faire petite chapelle, se mettre à part.
    Le jeune peintre [Fortuny].... n'a pas voulu se hasarder dans ce grand tumulte de peintures [l'exposition], non par orgueil et, comme on dit, pour faire petite chapelle, mais par vraie modestie et susceptibilité nerveuse d'artiste [TH. GAUTIER, Journ. offic. feuilleton, 19 mai 1870]
    11° En typographie, chapelle, exemplaires de livres imprimés retenus par le typographe.

chapelle

CHAPELLE. n. f. Petit édifice religieux. Une chapelle qui est au milieu des champs. Les chapelles sépulcrales d'un cimetière.

Il se dit aussi de Chacune des enceintes ménagées dans une église pour y enfermer un autel sous l'invocation particulière d'un saint. Il y a beaucoup de chapelles dans cette église. La chapelle de la Vierge. La chapelle de Saint-Joseph.

Il désigne aussi une Église dépendant d'une paroisse.

Il se dit également du Lieu où l'on célèbre l'office divin, dans un domaine privé, dans un hospice, dans un collège, etc.

La chapelle du roi, ou simplement La chapelle, Le lieu où le roi entendait ordinairement la messe. Il se disait également du Corps des ecclésiastiques attachés à la chapelle du roi.

Il désigne aussi l'Ensemble des musiciens d'une église. La chapelle pontificale. Il faisait partie de la chapelle.

Maître de chapelle, Celui qui est chargé de diriger le chant dans une église.

Il se dit, par extension, de Toute l'argenterie dont on se sert dans une chapelle, comme le calice, le bassin, les burettes, les chandeliers, la croix. Ce prélat a une belle et riche chapelle.

Chapelle ardente. Voyez ARDENT.

Figurément, il se dit d'une Coterie littéraire ou autre. Petites chapelles.

chapelle

Chapelle, f. pen. Signifie ores un repartement dans une Eglise dedié à un saint, ou une sainte, garny d'Autel sacré, et de tableau ou image de relief du saint ou sainte, à qui elle est dediée, et dont elle porte le nom. Ainsi dit-on dans une Eglise y avoir la chapelle de saint Jean, AEdicula, delubrum Diui Ioannis. Et la chapelle de sainte Anne, Diuae Annae sacellum, aedicula delubrum. Et ores tout le pourpris de l'Eglise, bien qu'en icelle y ait plusieurs telles chapelles, et ce parce que tout l'edifice n'est construit, si n'est afin d'estre une chapelle seulement, comme la sainte chapelle du palais à Paris, que le Roy saint Louys feit construire audit palais, l'an mille deux cens trente neuf. Sacra palatina Basilica, Sacrum palatinum sacellum. Il signifie l'alambic de plomb à distiler toutes eauës, et huiles. Plumbeus extrahendus vaporem aquis clibanus. B.

chapelle

Le maistre de le chapelle, Praecentor, Choragus. B.

Petite chapelle en la maison, Sacrarium domesticum, Sacellum, Lararium.

Eauës distilées en chapelle, Aquae in clibano liquefactae. Bud.

chapelle


CHAPELLE, s. f. CHAPELLENIE, s. f. [Chapèle, pèlenie: la 2de est un è moy. la 3e est un e muet. Il ne faut donc point écrire chapelainie, comme écrit Trév.] Chapelle est, 1°. une petite Église, un petit édifice consacré à Dieu. = 2°. Il se dit des diférens lieux où l'on dit la Messe dans une Église, et des lieux pratiqués dans une maison, pour y dire la Messe. = 3°. Bénéfice simple, dont le Titulaire est obligé de dire, ou de faire dire la Messe plus ou moins souvent, selon les claûses de la fondation. = 4°. Il se dit de toute l'argenterie dont on se sert dans une Chapelle. Quelques-uns y comprènent les ornemens. "Ce Prélat a une belle, une riche chapelle. = 5°. Chapelle ardente: apareil funèbre qui environe le corps ou la représentation d'un défunt. Elle est ainsi nomée du grand nombre de cierges alumés qui la décorent. = 6°. Tenir Chapelle, se dit du Pape, lorsqu'étant acompagné de ses Cardinaux, il assiste à l'Ofice Divin, ou dans sa Chapelle, ou dans une Église. On le dit aussi de l'Empereur et du Roi d'Espagne, lorsqu'ils assistent en cérémonie à l'Ofice Divin.
   Chapellenie, Bénéfice d'un Chapelain. Autrefois Capellenie.

Synonymes et Contraires

chapelle

nom féminin chapelle
Petit groupe très fermé.
cénacle, cercle, clan, club, coterie, faction, secte -familier: clique -littéraire: camarilla.
Traductions

chapelle

chapelkapel, clan, geestelijken van een kapel, kerkje, kerkkoor, kliekkapellKapellecappellaكَنِيسَةٌ صَغِيرَةkaplekapelπαρεκκλήσιcapillakappelikapela礼拝堂예배당kaplicacapelaчасовняkapellโบสถ์เล็กๆşapelnhà nguyện小礼拜堂Параклис (ʃapɛl)
nom féminin
petite église

chapelle

[ʃapɛl] nfchapel
chapelle ardente nfchapel of rest