chapon


Recherches associées à chapon: poularde, poulet

chapon

n.m.
Jeune coq castré engraissé pour la consommation : Cuisiner un chapon pour Noël.

chapon

(ʃapɔ̃)
nom masculin
cuisine jeune coq préparer un chapon pour le repas de Noël

CHAPON

(cha-pon) s. m.
Coq châtré que l'on engraisse pour la table.
Un coq y paraissait en pompeux équipage, Qui, changeant sur ce plat et d'état et de nom, Par tous les conviés fut appelé chapon [BOILEAU, Sat. III]
Voici le fait : un chien vient dans une cuisine ; Il y trouve un chapon, lequel a bonne mine.... Et quand il serait vrai que Citron, ma partie, Aurait mangé, messieurs, le tout ou bien partie Du dit chapon.... [RAC., Plaid. III, 3]
Familièrement. Il a les mains faites en chapon rôti, se dit d'un homme qui a les doigts crochus ; et fig. qui est un fripon. Se coucher en chapon, se coucher après avoir bien mangé. En droit coutumier, le vol du chapon, une certaine étendue de terre autour du manoir.
Morceau de pain bouilli au pot et servi sur un potage maigre. Chapon de Gascogne, ou, simplement, chapon, croûte frottée d'ail qu'on met dans une salade. Une gousse d'ail. Chapon de Normandie, une croûte de pain dans la bouillie.
Branche de vigne qu'on détache pour en faire une bouture. Nom donné à la vigne jusqu'à ce qu'elle produise, c'est-à-dire jusqu'à cinq ou six ans. Ces chapons ont deux ans. Des chapons de trois ans ou de trois feuilles.
Terme de métallurgie. Support d'une tuyère.
Terme de commerce. Grande peau d'élan ou de bouc, sans défaut.
Terme de zoologie. Chapon de Pharaon, vautour d'Égypte.

PROVERBES

  • Ce sont deux chapons de rente, se dit de deux personnes, l'une grasse, l'autre maigre, à cause que le fermier n'a pas l'habitude d'envoyer deux chapons gras.
  • Qui chapon mange, chapon lui vient, c'est-à-dire le bien vient à ceux qui en ont déjà.
  • Il en porte le nom, mais n'en mange pas les chapons, c'est-à-dire il porte le nom d'une terre, sans en toucher les revenus.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ne remist [resta] buef ne vache ne chapuns ne geline, Cheval, porc ne berbiz, ne de blé plaine mine [, Th. le mart. 120]
  • XIIIe s.
    Il devra à chascune fois, qui le perdra, un chapon ou douze deniers por le chapon à celui qui la coustume lou roy guardera de par le roi [, Livre des mét. 9]
    Si prist une robe à un garchon, et se mit en la cuisine à tourner les capons [, Chr. de Rains, 46]
    Il vos covendroit gelinetes, Chapons, oisons, tendres pouletes [, Ren. 16538]
    Renart, qui tant aime gelines, D'un des chapons se r'est dinez [, Ren. 15241]
    Plenteïve estoit sa mesons De gelines et de chapons [, Ren. 1278]
    Capons de rentes ; cascuns capons est prisiés six deniers, et le [la] geline quatre deniers [BEAUMANOIR, XVII, 16]
    Mais se li contens fu pour autres rentes, comme de blé, d'aveines, ou de vin ou de chepons [ID., XXIV, 9]
    Ne pain ne vin ne char ne capons ne perdris Ne truevent qu'achater, li mengiers est faillis [, Ch. d'Ant. III, 281]
  • XVe s.
    [Les Gantois] avoient au Noël recueilli ses rentes et ses chapons en ses villes, dont fort deplaisoit au dit seigneur [FROISS., II, II, 221]
    Et lui dist qu'elle print les deux plus gras chapons de la chaponnerie [LOUIS XI, Nouv. LIX.]
  • XVIe s.
    Chappons roustiz avecques leur degoust, poulles bouillies et graz chappons on blanc manger [RAB., Pant. IV, 69]
    Il mangea très bien ce soir et s'en alla coucher en chapon ; de la table au lit, ayant encore le morceau au bec [RAB., dans LE ROUX, Dict. comique.]
    Cependant Perot tranchoit le chapon [D'AUB., Faen. IV, 5]
    L'aisné prenant le vol du chapon, qui est un arpent de terre ou jardin [LOYSEL, 614]
    Si tu te trouves sans chapon, sois content de pain et d'oignon [COTGRAVE, ]
    Chapon de huict mois, manger de rois [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 155]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. chaipon ; picard, capon ; provenç. et espagn. capon ; catal. capó ; portug. capao ; ital. cappone ; du latin caponem, chapon ; comparez CHAPOTER.

chapon

CHAPON. n. m. Coq châtré que l'on engraisse. Chapon gras. Chapon du Mans. Chapon bouilli. Chapon rôti. Aile, cuisse, blanc de chapon.

Il se dit aussi d'un Gros morceau de pain qu'on met bouillir dans le pot et qu'on sert sur un potage maigre.

Il se dit également d'une Croûte de pain frottée d'ail qu'on met dans une salade.

chapon

Chapon, Capus, capi, et Capo, caponis.

Chapon de haute graisse, Capus fartilis.

chapon


CHAPON, s. m. CHAPONER, v. a. Le subst. se dit d'un coq châtré; le verbe, de l'action de châtrer un jeune coq.
   En st. prov., chapons de rente, ce sont deux chôses de la même espèce, mais diférentes en valeur ou en bonté, ou deux persones, dont l'une est grasse et l'aûtre maigre. = On dit, d'un homme qui a les doigts crochus, retirés, qu'il a les mains faites en chapon rôti, et de celui qui porte le nom d'une terre, et qui n'en touche pas les revenus, qu'il en porte le nom, mais n'en mange pas les chapons, ou qu'un aûtre en mange les chapons. = Qui chapon mange, chapon lui vient: les biens viènent plutôt à ceux qui en usent, qu'à ceux qui les épargnent.
   Vol du Chapon le voisinage.
   Chapon, morceau de pain qu'on trempe dans le potage. — En Provence, morceau de pain qu'on frote d'ail et qu'on met dans la salade.

Traductions

chapon

תרנגול מסורס (ז)

chapon

Kapaun

chapon

capon

chapon

cappone

chapon

kapoen

chapon

Kapun

chapon

[ʃapɔ̃] nmcapon