chaponner

(Mot repris de chaponnaient)

CHAPONNER

(cha-po-né) v. a.
Châtrer un jeune coq.
Je pardonne tout au plus qu'on chaponne des coqs [VOLT., Dial. XV, 5]
Châtrer en général.
À Naples.... on y chaponne deux ou trois mille enfants par an [VOLT., Cand. 12]
Que d'autres cestes l'on me donne, Ou je veux que l'on me chaponne [SCARRON, Virg. trav. liv. V]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ces poussins deviendroient grands, et les feroit chaponner [DESPER., Contes, XI]
    Les poules aussi sont chaponnées, pour en faire la chair plus delicate [O. DE SERRES, 361]

ÉTYMOLOGIE

  • Chapon ; provenç. caponar ; ital. capponare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CHAPONNER. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Bien savez, li cox chaponez Est as gelines mal venus [J. DE CONDÉ, t. III, p. 302]

chaponner

CHAPONNER. v. tr. Châtrer un jeune coq. Chaponner des cochets.

chaponner

Chaponner, Castrare.