char

char

n.m. [ lat. carrus ]
1. Grande voiture décorée où prennent place des personnages masqués ou symboliques, lors de certaines fêtes publiques : Le défilé de chars du carnaval.
2. Dans l'Antiquité, voiture à deux roues, ouverte à l'arrière, utilisée pour les combats, les jeux : Une course de chars.
3. Fam. Au Québec, automobile, voiture.
Char à bancs,
véhicule à quatre roues tiré par un cheval, muni de bancs disposés en travers.
Char à voile,
engin muni de voiles et monté sur roues, qui avance avec la seule force du vent sur des étendues plates : Elle fait du char à voile sur la plage.
Char de combat ou char d'assaut,
véhicule blindé muni de chenilles, armé de mitrailleuses, de canons, de missiles.
Char funèbre,
Litt. corbillard.

CHAR

(char ; dans char à bancs l's ni le c ne se lient jamais : un char-à-ban élégant ; au pluriel l's ne se lie pas : des chars à bancs, dites : des char-àban) s. m.
Sorte de voiture dont les anciens se servaient dans les jeux, les triomphes, les combats, etc. Chars armés de faux. Les captifs suivaient le char du triomphateur. Achille monté sur son char.
Il excelle à conduire un char dans la carrière [RAC., Brit. IV, 4]
L'intrépide Hippolyte Voit voler en éclats tout son char fracassé [ID., Phèdre, V, 6]
Tandis que l'ennemi, par ma fuite trompé, Tenait après son char un vain peuple occupé.... Le Bosphore m'a vu par de nouveaux apprêts Ramener la terreur du fond de ses marais [ID., Mithr. III, 1]
Fig. Servitude, dépendance, domination, par allusion aux triomphes antiques suivis de captifs.
Ce n'est pas qu'aisément, comme un autre, à ton char Je ne puisse attacher Alexandre et César [BOILEAU, Ép. I]
Les puissances ennemies suivent en tremblant le char du vainqueur [BOSSUET, Hist. II, 6]
Attachée au char du plus ridicule vainqueur qui fut jamais [HAMILT., Gramm. 11]
Moi-même à votre char je me suis enchaînée [RAC., Iph. II, 5]
M. de la Feuillade, tant qu'il vécut, attaché au char de Mme de Quintin [SAINT-SIMON, 25, 35]
Au char de ma fortune il est temps qu'on l'enchaîne [VOLT., Mérope, IV, 1]
Dans le style élevé, toute espèce de voitures, et plus spécialement, une voiture riche ou élégante. Char brillant, rapide, etc.
Le char de l'opulence M'éclabousse en passant [BÉRANG., Vocation.]
L'ombre s'avance et la nuit Roule son char sur la neige [ID., Hiver.]
Ton char traîné par deux coursiers rapides [ID., Octavie.]
Un même jour.... voyait Moreau monter au char de la victoire, Et son père au char du trépas [V. HUGO, Odes, I, 3]
Poétiquement. Le char du soleil, de la lune, de la nuit, anciennes figures provenant de la mythologie qui donnait un char au soleil, à la lune, à la nuit. Au théâtre, char de gloire, espèce de trône sur lequel descendent les divinités, les génies et autres personnages surnaturels. Char de deuil, chariot à quatre roues, couvert d'un poêle, pour les funérailles des grands. Char funèbre, toute espèce de corbillard. Métaphoriquement.
La foudre cède à ton audace, Les cieux roulent tes chars flottants [ballons] [LAMART., Médit. I, 10]
Chariot. Un char de vendange. Un char à foin.
Aussitôt que le char chemine, Et qu'elle voit les gens marcher [LA FONT., Fabl. VII, 9]
Le phaéton d'une voiture à foin Vit son char embourbé [LA FONT., Fabl. VI, 18]
Un heurt survient : adieu le char ; Voilà messire Jean Chouart Qui du choc de son mort a la tête cassée [LA FONT., Fabl. VII, 11]
Par plaisanterie, un char numéroté, un fiacre. Char à bancs, voiture longue et légère garnie de bancs et ouverte de tous côtés ou fermée simplement de rideaux.
En 1831, à la fin du mois d'août, un de ces chars à bancs dont on se sert en Suisse à cause de l'étroitesse des chemins [CH. DE BERNARD, l'Anneau d'argent, § 1]
Corps du moulin à papier.
Char de Neptune, nom donné par les marchands à une sorte de madrépore.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Cinquante carre qu'en [on] fera charier [, Ch. de Rol. III]
  • XIIe s.
    Cinquante chars lui faites charoier [, Ronsciv. 3]
    Sur un char fist om metre l'arche Deu e covrir [, Th. le mart. 75]
  • XIIIe s.
    Sur chars et sur charetes et sur somiers trousser [, Berte, XCVII]
    Se cars ou caretes ou sommiers ou gens carquiés [chargés] entrencontrent en destrois quemins [BEAUMANOIR, XXV, 18]
    Par les boes de la chaucie Descendoit du chastel aval, Sans demander cher ne cheval [RUTEB., II, 178]
    Le peuple à ce prince crestien estoit si grant, que les messagiers le roy nous conterent que il avoient en leur ost huit cens chapelles sus chers [JOINV., 264]
  • XIVe s.
    À pié, à queval, à car, à carrette [, dans RAYNOUARD]
  • XVe s.
    Ces charretons et leurs chars s'en vinrent tout charriant vers Audenarde [FROISS., II, II, 221]
  • XVIe s.
    Chars triumphans [J. MAROT, V, 171]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, car, chariot ; wallon, châr ; namurois, chaur ; provenç. car, char, carre ; espagn. et ital. carro ; du latin carrus.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHAR. Ajoutez :
    Char de côté, char franc-comtois, char suisse, voiture à quatre roues, portant une seule banquette placée dans le sens de la longueur de la voiture ; on y est assis, même le conducteur, de côté.

char

CHAR. n. m. Toute espèce de voitures, de chariots, dans le style élevé. Char rustique. Char de vendange.

Spécialement, Char à bancs, Sorte de voiture longue et légère, garnie de plusieurs bancs et ordinairement ouverte de tous côtés, ou fermée seulement par des rideaux de toile.

Char de deuil, ou simplement Char, Chariot à quatre roues, couvert d'un poêle et dans lequel on transporte les corps au cimetière.

Il désignait, dans l'Antiquité, une Sorte de voiture à deux roues, dont on se servait dans les triomphes, dans les jeux, dans les cérémonies publiques, dans les combats, etc. Char de triomphe. Char armé de faux. Il monta sur son char. Courses de chars. Les captifs suivaient le char du triomphateur. Par analogie, Le char d'Apollon. Suivant les poètes, le char de Vénus était attelé de colombes. Poétiq., Le char du soleil. Le char de la nuit.

Il s'est conservé, dans cette acception, pour désigner les Chars des réjouissances publiques, des cavalcades, etc. Le char du boeuf gras. Les chars de la Mi-Carême.

Char de combat, Char d'assaut, en termes de Guerre, désigne une Sorte de char à traction automobile, blindé et armé de canons et de mitrailleuses que manoeuvrent les soldats placés à l'intérieur.

char

Char, m. Vient du verbe charier, qui signifie porter sur chose qui roule, et est un nom general à tout instrument d'attelage, portant sur roües, soit qu'il en ait deux, soit qu'il en ait quatre. Ainsi se trouve-il escrit, Le char triomphal qui estoit à quatre roües, et un char à beufs qui n'est qu'à deux, Carrus, Duquel mot il est tiré. L'Italien et l'Espagnol disent aussi Carro. Le char anciennement estoit aussi voiture, pour Princes, et Princesses, comme il se voit és anciens Romans.

char


CHAR, s. m. Sorte de voitûre à deux roûes, dont les Anciens se servaient dans les combats, dans les jeux, dans les triomphes, etc. Char de triomphe. Il monta sur son Char. Son Char se brisa contre la borne.
   Il étoit sur son char, ses gardes afligés
   Imitoient son silence, autour de lui rangés.
       Racine.

Traductions

char

Fuder, Fuhre, Karren, Wagen, Förderwagen, Fuhrwerk, Hund, Hunt, Laufkatzechariot, tank, cart, trolley, waggon, automobile, cartank, handkar, kar, karretje, vechtwagen, wagen, (strijd)wagen, gevechtswagen, praalwagenטנק (ז), טַנְקkareixtankĉaro, tankocarro, carroza, coche, tanquekärrytcaminhão, carro, carroça, tanqueάρμα, τανκколесницаcharchar (ʃaʀ)
nom masculin
1. militaire gros véhicule militaire un char d'assaut
2. véhicule décoré pour une fête un défilé de chars fleuris
3. véhicule à deux roues tiré par des chevaux une course de chars

char

[ʃaʀ] nm
(à foin)cart
[carnaval] → float
(MILITAIRE)tank