chargé, ée


Recherches associées à chargé, ée: chargee

CHARGÉ, ÉE

(char-jé, jée) part. passé.
Qui a reçu une charge. Les épaules chargées d'un lourd fardeau. La charrette mal chargée par les hommes de service. Un navire chargé.
Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé.... [LA FONT., Fabl. I, 4]
Et le pauvre baudet si chargé qu'il succombe [ID., ib. VI, 16]
Tous ces mille vaisseaux qui, chargés de vingt rois, N'attendent que les vents pour partir sous vos lois [RAC., Iph. I, 1]
Être chargé comme un baudet, être chargé avec excès. Pièce chargée, pièce de monnaie qu'on a affaiblie de son propre métal, et à laquelle on a ajouté du métal étranger pour la rendre de poids. Dés chargés, faux dés dont se servent ceux qui volent au jeu.
Par extension, rempli, couvert. Des buffets chargés de provisions. Des soldats chargés de butin. Arbre chargé de fruits.
De Romains le rivage est chargé [RAC., Mithr. IV, 7]
Les montagnes de Dauphiné, qui paraissaient à la main gauche, à dix ou douze lieues de nous, toutes chargées de neige [VOIT., Lett. 128]
Un ciel chargé de nuages. Le temps est chargé, il est couvert. Chargé de fers, enchaîné.
Rome vit passer au nombre des vaincus Plus d'un captif chargé des fers d'Antiochus [RAC., Bérén. III, 1]
Chargé de vin, ivre. Chargé de coups, battu violemment, à outrance. Bobine chargée, quenouille chargée, pipe chargée, bobine, quenouille, pipe qui ont reçu leur charge de fil, d'étoupe, de tabac.
Fig. Chargé de dettes. Chargé d'honneurs. Chargé de crimes. Chargé de malédictions par tous les gens de bien. Une province chargée de taxes.
[Ils] descendaient au tombeau tout chargés d'infamie [CORN., Cid, II, 9]
Chargé d'un long âge [ID., Othon, I, 1]
Un regard tout chargé des traits de la pitié [TRISTAN, Mariane, II, 4]
L'honneur de cet acte héroïque Dont mon nom est chargé par la rumeur publique [MOL., D. Garcie, V, 5]
Le lion Chargé d'ans et pleurant son antique prouesse [LA FONT, Fabl. III, 14]
Que chargé malgré moi du nom de son époux [RAC., Baj. II, 3]
Chargé de mille cœurs conquis par mes bienfaits [ID., Bér. II, 2]
Attendez pour partir que César vous renvoie Triomphant et chargé de titres souverains [ID., ib. I, 3]
Il te sied bien d'avoir en de si jeunes mains, Chargé d'ans et d'honneurs, confié tes desseins [ID., Baj. IV, 7]
Que David vainqueur, d'ans et d'honneurs chargé [ID., Athal. III, 7]
Il vit chargé de gloire, accablé de douleur [ID., Mithr. V, 4]
Et qu'il meure chargé de la haine publique [ID., Andr. IV, 3]
N'offrez point un sujet d'incidents trop chargé [BOILEAU, Art poét. III]
Les petits sont quelquefois chargés de mille vertus inutiles : ils n'ont pas de quoi les mettre en œuvre [LA BRUY., XI]
Ce malheureux est chargé d'enfants, il a une trop nombreuse famille pour les ressources qu'il possède.
Mis sur ce qui doit porter. Le fardeau ayant été chargé sur les épaules. Les marchandises chargées sur la charrette, sur le navire.
Grevé. Une succession chargée de rentes viagères.
Muni d'une charge de poudre. Un canon chargé. Une mine chargée.
En avant, partons, camarades, L'arme au bras, le fusil chargé [BÉRANG., Vieux caporal.]
Bouteille de Leyde chargée, bouteille sur laquelle l'électricité a été accumulée.
Terme de manége. Chargé d'épaules, de ganache, expression dont on se sert pour indiquer qu'un cheval a ces régions trop fortes, trop développées. Par extension. Cet homme est chargé de ganache, il a de grosses mâchoires ; et fig. Il est lourd d'esprit. Être chargé de cuisine, être fort gras, avoir un gros ventre.
Lettre chargée, lettre dont a fait constater l'envoi à la poste, et dans laquelle d'ordinaire on envoie des valeurs, qui en sont la charge.
Terme de blason. Recouvert par d'autres pièces. Bande d'or chargée de six croisettes de sable.
10° Attaqué impétueusement. L'ennemi, chargé par la cavalerie, se débanda.
11° Trouble, épais, foncé. Urine chargée. Vin chargé. Couleur chargée, couleur trop forte ou trop épaisse. Écriture trop chargée, écriture dans laquelle on a employé trop d'encre. Langue chargée, langue recouverte d'un enduit épais, blanchâtre ou jaunâtre. Yeux chargés, yeux gonflés et appesantis.
Chargés d'un feu secret vos yeux s'appesantissent [RAC., Phèdre, I, 1]
12° Qui est en caricature. Un portrait chargé. Exagéré.
Surtout la peinture des infamies clandestines n'a-t-elle pas été chargée ? [DIDER., Ess. s. Claude.]
Musique chargée, musique où l'on prodigue plus de moyens d'expression et de beautés accessoires qu'il n'en faut.
13° Qui a mission de, qui porte comme mission ou confidence. Chargé d'une affaire publique. Chargé de faire faire les statues. Chargé de porter la parole.
Le sénat chargé des vœux de tout l'empire [RAC., Bérén. II, 2]
Qu'il tremble, il est chargé du secret de son maître [VOLT., Fanat. IV, 1]
S. m. Un chargé d'affaires, celui qui en l'absence d'un plénipotentiaire est chargé, près d'une cour, des intérêts de son gouvernement. Un chargé de cours, celui qui fait un cours, sans être professeur titulaire.
14° Contre qui on porte des accusations. Très chargé par les témoins.
On dit qu'une âme simple découvrit au pape le désordre de ses neveux ; que le cardinal Albani fut fort chargé [SAINT-SIMON, 489, 97]
Chargé du crime affreux dont vous me soupçonnez, Quels amis me plaindront quand vous m'abandonnez ! [RAC., Phèdre, IV, 2]
15° Terme de marine. Bâtiment chargé en côte, poussé vers la terre par le vent et une grosse mer. Maître chargé, premier maître responsable des objets d'armement.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHARGÉ.
    12° Ajoutez :
    Il [Callot] y avait trouvé [à Florence] une manière dominante qui était trop chargée, mais qui convenait pour des sujets burlesques [P. J. MARIETTE, dans J. DUMESNIL, Hist. des amateurs franç. t. I, p. 277]