charmer

(Mot repris de charmâtes)

charmer

v.t.
Tenir qqn sous le charme ; plaire à : Ton amie m'a charmé séduire, subjuguer enchanter, ravir ; déplaire, mécontenter
Être charmé de (+ inf.),
avoir plaisir à, être heureux de (souvent utilisé comme formule de politesse) : Je suis charmé de faire votre connaissance.

charmer


Participe passé: charmé
Gérondif: charmant

Indicatif présent
je charme
tu charmes
il/elle charme
nous charmons
vous charmez
ils/elles charment
Passé simple
je charmai
tu charmas
il/elle charma
nous charmâmes
vous charmâtes
ils/elles charmèrent
Imparfait
je charmais
tu charmais
il/elle charmait
nous charmions
vous charmiez
ils/elles charmaient
Futur
je charmerai
tu charmeras
il/elle charmera
nous charmerons
vous charmerez
ils/elles charmeront
Conditionnel présent
je charmerais
tu charmerais
il/elle charmerait
nous charmerions
vous charmeriez
ils/elles charmeraient
Subjonctif imparfait
je charmasse
tu charmasses
il/elle charmât
nous charmassions
vous charmassiez
ils/elles charmassent
Subjonctif présent
je charme
tu charmes
il/elle charme
nous charmions
vous charmiez
ils/elles charment
Impératif
charme (tu)
charmons (nous)
charmez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais charmé
tu avais charmé
il/elle avait charmé
nous avions charmé
vous aviez charmé
ils/elles avaient charmé
Futur antérieur
j'aurai charmé
tu auras charmé
il/elle aura charmé
nous aurons charmé
vous aurez charmé
ils/elles auront charmé
Passé composé
j'ai charmé
tu as charmé
il/elle a charmé
nous avons charmé
vous avez charmé
ils/elles ont charmé
Conditionnel passé
j'aurais charmé
tu aurais charmé
il/elle aurait charmé
nous aurions charmé
vous auriez charmé
ils/elles auraient charmé
Passé antérieur
j'eus charmé
tu eus charmé
il/elle eut charmé
nous eûmes charmé
vous eûtes charmé
ils/elles eurent charmé
Subjonctif passé
j'aie charmé
tu aies charmé
il/elle ait charmé
nous ayons charmé
vous ayez charmé
ils/elles aient charmé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse charmé
tu eusses charmé
il/elle eût charmé
nous eussions charmé
vous eussiez charmé
ils/elles eussent charmé

CHARMER

(char-mé) v. a.
Exercer une action magique par le moyen d'un charme.
Un faux ciel et une terre feinte se présentèrent au pilote ; et l'impression de la divinité trompeuse qui charmait ses yeux.... [FÉN., Tél. IX]
Aurait-elle appris la merveille De si bien charmer ses appas Que je pusse la trouver belle ? [MALH., V, 10]
Il [l'amour] croit charmer ses sens [de Mornai], il croit blesser son cœur [VOLT., Henr. IX]
Je puis t'enseigner des prières Pour charmer la fureur des loups [BÉRANG., Ch. et laitière.]
Si le roi de Suède s'est jeté dans le péril.... le cardinal de Richelieu pouvait-il charmer la balle qui l'a tué ? [VOIT., Lett. 74]
Le serpent charme et attire les petits oiseaux.
Ainsi l'oiseau, faible et timide, Veut en vain fuir l'hydre perfide Dont l'œil le charme et le poursuit [V. HUGO, Odes, IV, 6]
Par extension.
Voilà de vos chrétiens les ridicules songes ! Voilà jusqu'à quel point vous charment leurs mensonges ! [CORN., Poly. IV, 3]
Suspendre l'effet d'un sentiment triste et pénible.
Tu charmais trop ma peine, et le ciel qui s'en fâche.... [ID., Hor. III, 1]
Rien ne peut-il charmer l'ennui qui vous dévore ? [RAC., Bérén. II, 4]
Je charmerai ta peine en attendant le jour [LAMART., Méd. II, 3]
Rendre agréable ce qui est désagréable ou ce qui peut être considéré comme fatigant. La lecture charme les loisirs.
Plaire, ravir.
Tel Sophocle à cent ans charmait encore Athènes [CORN., Au roi.]
Plût aux dieux Que sa bonté touchât la beauté qui me charme ! [ID., Cinna, III, 2]
.... Je m'en doutais, seigneur, que ma couronne Vous charmait bien autant du moins que ma personne [ID., Nicom. I, 2]
Je ne trouve qu'en vous je ne sais quelle grâce Qui me charme toujours et jamais ne me lasse [RAC., Esth. II, 7]
Un Dieu si bon ne peut-il vous charmer ? [ID., Ath. 1, 4]
C'est maintenant, dit-il au roi, que vous allez charmer vos sujets [FÉNEL., Tél. XI]
L'heureux talent dont vous charmez la France [VOLT., Épît. XXV, 1]
Ainsi, pour nous charmer, la tragédie en pleurs, D'Œdipe tout sanglant fit parler les douleurs [BOILEAU, Art p. III]
Absolument. Là tout charme et rien n'éblouit. Familièrement, causer une vive satisfaction. Vous me charmez en m'apprenant cela.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Maint homme i est à mort charmé [maltraité] [G. GUIART, t. II, p. 458, vers 11908 (20891).]
  • XIVe s.
    Le suppliant fery le dit Nepveu un seul coup.... et le dit coup charmé de paroles seulement, sanz autre medecine ne garison, le dit Nepveu ala de vie à trespassement [DU CANGE, carmen.]
  • XVe s.
    Tous guerirent, excepté icellui Estienne qui fit charmer sa plaie qu'il avoit sur la teste, sans autre remede y querir [ID., ib.]
    Le quel Anglois se fist, comme l'en dit, charmer par un franc archier [ID., ib.]
    Par quoy on doit son faulcon haster de prendre mue, qui en veut charmer et voler la saison d'yver [, Modus, f° XC, verso]
  • XVIe s.
    Et bon vin, s'ils en peuvent fournir, à fin de charmer la brouée [tuer le brouillard] [PARÉ, XXIV, 7]
    Je veux parler, maistresse, à quelque vieil charmeur, Pour vous rendre amoureuse, et changer vostre humeur : Je faux : l'amour qu'on charme est de peu de sejour [RONS., 236]
    ....pour charmer mon souci, Page, verse à longs traits du vin dedans mon verre [ID., 273]
    L'humide nuict qui de son voile enferme L'œil et le soing de l'homme qu'elle cherme [ID., 623]
    Charmer les puces [s'enivrer] [OUDIN, ]
    Platon fait inhibition à ceux qui ont charmé les puces [CHOLIÈRES, Contes, t. I, dans LE ROUX, Dict. comique.]

ÉTYMOLOGIE

  • Charme 1.

charmer

CHARMER. v. tr. Produire un effet extraordinaire sur quelqu'un ou sur quelque chose par un charme magique. Orphée, dit-on, charmait hommes, bêtes et arbres par les accents de sa lyre. Par analogie, Le serpent charme les oiseaux, Les fascine.

Fig., Charmer la douleur, la peine, l'ennui, etc., de quelqu'un, Suspendre en lui le sentiment de la douleur, etc. Charmer les loisirs de quelqu'un, Les lui faire passer agréablement. La lecture charme ses loisirs.

Il signifie aussi au figuré Plaire extrêmement, ravir en admiration. Cet acteur vous charmera. Cette musique m'a charmé. Charmer les yeux, l'oreille. Charmer l'esprit, le coeur. Absolument, Mieux vaut charmer qu'éblouir.

Il signifie encore mais familièrement Causer une vive satisfaction. Vous me charmez en m'apprenant cela. Je suis charmé de vous voir. Il sera charmé de cette nouvelle.

charmer

Charmer, Incantare.

charmer


CHARMER, v. a. 1°. Produire un éfet extraordinaire par charme, par un prétendu pouvoir magique. = 2°. Plaire extrêmement, ravir en admiration. Il se dit des persones et des chôses. Cet Orateur, ce Musicien, cet Acteur a charmé tout le monde. Cette Comédie vous charmera. = Être charmé régit la prép. de devant les noms et les verbes. "Je suis charmé du bonheur qui vous arrive. "Je serai toujours charmé de trouver des ocasions de vous obliger. = 3°. En parlant des douleurs, de l'ennui, en suspendre le sentiment. "Il a charmé mes douleurs par ses discours. "La lecture; charme mes ennuis.

Synonymes et Contraires

charmer

verbe charmer
1.  Littéraire. Soumettre à un pouvoir magique.
Traductions

charmer

charm, enchantהנעים (הפעיל), כישף (פיעל), לקח לב, קנה את ליבו של-, קסם (פ'), שבה את הלב, קָסַם, הִנְעִיםbetoveren, bezweren [slang], fascineren, charmeren, aantrekken, bekorencharmantγοητεύωdeliziareчар魅力charme매력charmเสน่ห์ (ʃaʀme)
verbe transitif
plaire, être agréable à qqn

charmer

[ʃaʀme] vt → to charm
je suis charmé de → I'm delighted to