charmé, ée

CHARMÉ, ÉE

(char-mé, mée) part. passé.
Affecté d'un charme.
Les forêts charmées par Armide.... Il faut que l'enfer d'un étrange nuage De ma raison charmée ait offusqué l'usage [ROTR., Bélis. V, 8]
Attiré, séduit.
Nos yeux auraient été charmés de voir cette terre [FÉN., Tél. II]
Maître, n'en doutez point, d'un cœur déjà charmé, Commandez qu'on vous aime et vous serez aimé [RAC., Bérén. II, 2]
La Piété charmée Sent renaître la joie en son âme calmée [BOILEAU, Lutr. VI]
Charmé de deux beaux yeux, mon vers charma la cour, Et ce que j'ai de nom je le dois à l'amour [CORN., Excuse à Ariste.]
Le roi m'a fait l'honneur plusieurs fois de me parler, et j'en suis sorti à mon ordinaire, c'est-à-dire fort charmé de lui et au désespoir contre moi [RAC., Lettres à Boileau, 13]
Adj. m. En termes forestiers, bois charmé, arbre qu'on a gâté par le pied pour le faire périr.