charnière


Recherches associées à charnière: penture

charnière

n.f. [ du lat. cardo, cardinis, gond ]
1. Sur une fenêtre, une porte, etc., dispositif de rotation formé de deux pièces métalliques, l'une fixe, l'autre mobile, articulées au moyen d'une broche.
2. Fig. (Employé en appos.) Se dit de ce qui sert de transition entre deux périodes, deux domaines : Cet événement a été une date charnière dans l'histoire de la Ve République.
3. Petite bande de papier adhésif servant à fixer les timbres de collection sur un album.

CHARNIÈRE1

(char-niê-r') s. f.
Assemblage de deux pièces de bois ou de métal enclavées l'une dans l'autre, réunies par une broche et mobiles l'une sur l'autre. La charnière d'un compas, d'une tabatière. Boucle, boîte à charnière.
Petits os emboîtés les uns dans les autres en forme de double charnière [BOSSUET, Connaiss. II, 7]
Terme d'anatomie. Charnière ou ginglyme, articulation qui n'exécute que des mouvements de flexion et d'extension. La partie qui unit les valves d'une coquille. Charnière d'un coquillage.
Terme de mécanique. Charnière universelle, appareil pour transmettre le mouvement de rotation d'un axe à un autre axe de position variable.
Outil qui sert à graver sur les pierres dures.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    De nostre Seigneur Dieu sunt les charnieres de la terre, et il posa seur elles la reondece [, Psautier, f° 182]
    Ces sept estoiles [la grande ourse] apelent li sage home l'une des carnieres du firmament ù il torne [, Comput, f° 13]
  • XIVe s.
    À Guillaume Arode, orfevre, pour argent doré par lui mis et employez en avoir fait et forgié quatre coplettes à charnieres [DE LABORDE, Émaux, p. 166]
    Uns tableaux d'argent doré, fermans à chernieres, où il y a plusieurs reliques [ID., ib. p. 208]
    S'avoit une chainture de fin or d'Arrabie, à carnieres estoit ouvrée et entaillie [, Baud. de Seb. XI, 873]
    Car la table estoit d'or ; en croix aloit ploiant Par charnieres d'or fin qui bien furent seant [, Guesclin. 9095]
  • XVe s.
    Celle ville estoit tellement ouvrée et charpentée que on la pouvoit defaire par charnieres ainsi que une couronne et rasseoir membre à membre [FROISS., II, III, 35]
  • XVIe s.
    La charniere pour faire jouer et mouvoir la jambe, mise au devant du genouil [PARÉ, XVII, 12]

ÉTYMOLOGIE

  • Charniere, qui dans le Psautier traduit cardines du texte latin, vient d'un bas-latin cardinaria, dérivé de cardo, cardinis, gond (voy. CARDINAL). Diez, avec bien moins d'apparence, le rapporte à cran.

CHARNIÈRE2

(char-niê-r') s. f.
Terme de fauconnerie. Endroit où le fauconnier portait son leurre et la chair dont il acharnait l'oiseau.

ÉTYMOLOGIE

  • Le même que charnier 1.

charnière

CHARNIÈRE. n. f. T. d'Arts. Assemblage mobile de deux pièces de métal, de bois ou d'autre matière, enclavées l'une dans l'autre et jointes ensemble par une broche, par un clou qui les traverse. La charnière d'un compas, d'une boîte, d'une montre, d'une tabatière. Boîte à charnières.

En termes d'Histoire naturelle, il se dit de la Partie où sont attachées ensemble les deux valves d'une coquille et sur laquelle se font leurs mouvements.

charniere

Charniere, Cardo, cardinis.

charnière


CHARNIèRE, s. f. [Char-niè-re; 2e è moy. et long.] Deux pièces de métal, qui s'enclâvent l'une dans l'aûtre, et qui étant percées, sont jointes ensemble par une broche qui les traverse. La charnière d'un compâs, d'une montre, d' une tabatière.

Traductions

charnière

Gelenkband, Scharnier, Charnierhingescharnierציר (ז)frontissaĉarnirocharnela, gozne, bisagracharneira, dobradiça, gonzogångjärn, hängslecardine, cerniera, mastietoпанта鉸鏈 (ʃaʀnjɛʀ)
nom féminin
ce qui permet à qqch de s'ouvrir et de se fermer les charnières d'une porte

charnière

[ʃaʀnjɛʀ]
nf [porte] → hinge
adj (fig) une année charnière → a pivotal year
un moment charnière → a turning point