charretier, ière

CHARRETIER, IÈRE1

(cha-re-tié, tiê-r') s. m. et f.
Celui, celle qui conduit une charrette.
On ne plaint guère un cheval de charretier dans son écurie [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Familièrement. Jurer comme un charretier embourbé, ou, simplement, comme un charretier, jurer beaucoup. Adj. Garçon charretier. Charretier se dit quelquefois de celui qui conduit la charrue.
Un des noms de la constellation du Cocher.

PROVERBE

    Il n'y a si bon charretier qui ne verse, c'est-à-dire il n'est si habile homme auquel il n'arrive de commettre quelque faute.

REMARQUE

  • On trouve souvent, dans les textes du XVIe siècle et par suite dans les livres imprimés au XVIIe siècle et au XVIIIe, chartier au lieu de charretier.
    Pour venir au chartier embourbé dans ces lieux [LA FONT., Fabl. VI, 18]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et lors a dit li chevaliers, Cil qui ot esté charretiers [, la Charrette, 684]
  • XIIIe s.
    Si que li arçon ne puissent estre mis en œuvre, fors que à sele à charretier [, Liv. des mét. 215]
    Bourelier ne puet cloer sele à charetier de cloz d'estain [, ib. 221]
    D'autre part il est plus grans hontes D'un fil de roi, s'il estoit nices Et pleins d'outrages et de vices, Que s'il iert filz d'un charretier, D'un porchier ou d'un çavetier [, la Rose, 19089]
    Et bien apartient qu'on ait misericorde du caretier [BEAUMANOIR, LXIX, 18]
  • XIVe s.
    Son charretier se arresta tout effraié [BERCHEURE, f° 23, verso.]
  • XVe s.
    Voici venir quatre gros lourdiers, charretiers ou bouviers [LOUIS XI, Nouv. XCVIII]
  • XVIe s.
    Que de mon nom la mer nommer je face, Ou que je sois ce chartier mal appris.... [DU BELLAY, V, 3, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Charrette ; Berry, cherretier ; provenç. charretier, carratier ; espagn. carretero ; portug. carreteiro ; ital. carrettiere.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. CHARRETIER. Ajoutez :
    Cheval de charrette.
    La première [race] est composée des chevaux de gros trait.... le charretier, le camionneur y dominent [BOCHER, Rapp. à l'Assembl. nat. n° 1910, p. 65]

CHARRETIER, IÈRE2

(cha-re-tié, tiê-r') adj.
Par où les charrettes peuvent passer. Chemin charretier. Porte charretière. Voie charretière, l'espace compris entre les roues d'une charrette, espace ordinairement déterminé par les règlements

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. le précédent.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. CHARRETIER. Ajoutez :
  • Population charretière, hommes occupés à conduire les charrois.
    Les chemins [en Pensylvanie, pour l'exploitation du pétrole], mal entretenus, fatigués par un parcours incessant, étaient presque impraticables en hiver ; et la population charretière était la plus mauvaise, la plus ignoble, la plus dangereuse qu'on pût voir [, Journ. offic. 25 sept. 1876, p. 7170, 1re col.]