chatouillement

chatouillement

n.m.
1. Action de chatouiller ; sensation de rire ou d'agacement qui en résulte : Elle craint le chatouillement elle est chatouilleuse
2. Léger picotement en certaines parties du corps : J'ai des chatouillements dans les pieds fourmillement

chatouillement

(ʃatujmɑ̃)
nom masculin
action de toucher qqn pour le faire rire des chatouillements sur le ventre

CHATOUILLEMENT

(cha-tou-lle-man, ll mouillées, et non cha-tou-ye-man) s. m.
Action de chatouiller ; sensation que cette action cause. Le chatouillement cause un rire convulsif. Plusieurs personnes redoutent le chatouillement.
Fig. Impression douce et agréable.
Il n'y a que de la joie et du chatouillement pour l'esprit [BALZ., 4e Disc. s. la Cour.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Mesprisant toute honnesteté, tu veux colloquer tout ton bien es chatouillemens de la chair [LANOUE, 510]
    Ce mesme chatouillement et aiguisement qui se rencontre en certains plaisirs et semble nous enlever au-dessus de la santé simple et indolente [MONT., II, 215]

ÉTYMOLOGIE

  • Chatouiller.

chatouillement

CHATOUILLEMENT. n. m. Action de chatouiller ou Résultat de cette action. Être sensible au moindre chatouillement. Le chatouillement excite ordinairement à rire.

Il se dit, par extension, de Certaines impressions agréables que reçoivent les sens. Cette harmonie cause à l'oreille un doux chatouillement.

Par extension, il se dit d'un Picotement qui se produit dans une partie du corps. Chatouillement de la gorge.

chatouillement

Chatouillement, Titillatus, vel Titillatio.

chatouillement


CHATOUILLEMENT, s. m. CHATOUILLER, v. act. CHATOUILLEUX, EûSE, adj. [Cha-tou-glie-man, glié, glieû, glieû-ze: mouillez les ll; 3e e muet au 1er, é fer. au 2d; lon. aux deux aûtres.] Chatouillement est l'action de chatouiller, c. à. d. de causer, par un léger atouchement, un tressâillement, qui provoque ordinairement à rire. = Chatouilleux, qui est fort sensible au chatouillement. On le dit des chevaux comme des hommes: cet homme est bien chatouilleux; ce cheval est chatouilleux.
   Rem. 1°. Chatouiller était aûtrefois fort en usage au sens figuré. Il l'est moins aujourd'hui.
   Mais, ô rigueur du sort! tandis que je m'arrête
   À~ chatouiller mon ame en ce contentement,
   Je m'apperçois que le destin m' apprête
   Un autre partement.
       Malherbe.
Ce chatouiller mon âme ne plaisait pas à Ménage, et il serait encôre moins du goût d'aujourd'hui. Il cite pourtant un exemple à peu près, semblable, de Balzac. "Ce M. de Luçon (le Card. de Richelieu) avoit vu, je ne sais quoi, de votre voisin, qui lui avoit chatouillé l'esprit. Ces deux exemples sont diférens, en ce que dans le 1er, chatouiller se dit des persones, et dans le 2d des chôses, ce qui est plus régulier. Réflexions.
   La Fontaine, Rousseau, Boileau et Gresset ont employé ce mot, mais les deux premiers dans le style marotique, et les deux aûtres dans un sens qui tient plus du propre que du figuré.
   La louange chatouille et gagne les esprits.
       La Font.
Rousseau dit à Marot.
  Mon odorat, par vos vers éveillé,
  Des autres vers plus ne fut chatouillé~.
  Un Auteur vertueux, dans ses vers~ innocens~,
  Ne corrompt point le coeur, en chatouilant les sens.
      Boil.
  Irois-je, par de vains accens,
  Chatouiller l'oreille engourdie
  De cent ignares importans.
      Gress.
On le disait plus communément dans le sens de touché, avec la prép. de: "Chatouillé du desir de la gloire. Un Auteur moderne l'emploie sans régime. "Combien un homme de ce caractère devoit-il être chatouillé, en voyant la Gloire qui revenoit à la Puissance Romaine.
   L'Acad. admet chatouiller au figuré, dans le sens de flater agréablement. "Quand on lui dit du bien de ses enfans, on le chatouille par l'endroit le plus sensible. "Les flateurs ne parlent que pour chatouiller les oreilles des Grands. — Enfin, M. Linguet l'a employé tout nouvellement dans le sens de satisfaire, flater. Des répétitions hors d'oeuvre, absolument inutiles à la cause, destinées uniquement à chatouiller la malignité de leur Auteur.
   Rem. 2°. Chatouilleux se dit des chôses dans le sens de délicat, critique. "Dans des matières si chatouilleuses et si délicates, il (Voiture) s'est toujours gouverné avec beaucoup de jugement. Pref. de ses OEuvres. "Afaire chatouilleuse; où il est dificile de se~ bien gouverner. Acad. Dans ces ocasions, cet adjectif a un sens passif. Rousseau et M. Roucher lui donent un sens actif, et la signification de flateur, flateûse. — Rousseau dit à Racine le fils.
   J'en eusse été peut-être moins épris,
   Si de tes vers la chatouilleuse amorce
   N'eût secondé sa puissance et sa force.
   M. Roucher parle de l'instinct chatouilleux des insectes.
   En parlant des persones, chatouilleux signifie, délicat, sensible, qui s'ofense aisément. "C'est un homme bien chatouilleux.
   On dit, proverbialement, se chatouiller pour se faire rire, s'éforcer de rire et d'être gai. "Vous voyez bien que se chatouiller pour se faire rire, c'est justement ce que nous faisons. Sév. — On dit aussi que le vin, la musique chatouillent le palais, le gosier ou les oreilles, pour dire qu'ils les flatent agréablement. — Chatouiller un cheval de l'éperon, le toucher légèrement avec l'éperon.

Synonymes et Contraires

chatouillement

nom masculin chatouillement
1.  Action de chatouiller.
-familier: chatouille -littéraire: titillation.
2.  Léger picotement.
Traductions

chatouillement

tickle

chatouillement

gekietel, gekriebel

chatouillement

solleticamento

chatouillement

[ʃatujmɑ̃] nm (généralement)tickling; (dans le nez, la gorge)tickle