chaussée

chaussée

n.f. [ du lat. calciata via, chemin couvert de chaux ]
Partie d'une rue ou d'une route réservée à la circulation des véhicules (par opp. à trottoir, à bas-côté) : Ils goudronnent la chaussée.

CHAUSSÉE1

(chô-sée) s. f.
Remblai en terre sur le bord d'une rivière, pour contenir l'eau. Construction qui, dans un étang, sert à arrêter et conserver l'eau. La chaussée se nomme quelquefois la tête de l'étang. On dit aussi la levée.
Levée de terre servant de route.
Jean-François Delagorgue, lieutenant général de la chaussée du Boulonnais [P. L. COURIER, II, 368]
La partie bombée d'une route ou d'une rue.
Le rez-de-chaussée, le niveau du sol. Le mur n'était encore qu'au ou qu'à rez-de-chaussée. Toute pièce d'une maison au niveau de la voie publique. Il demeure au rez-de-chaussée. Les rez-de-chaussée sont ordinairement humides.
Ponts et chaussées, dénomination sous laquelle on comprend tout ce qui concerne l'administration des routes, des ponts, des canaux. École des ponts et chaussées, école spécialement destinée à former des sujets pour les travaux de ce genre.
Terme de géographie. Chaussée des Géants, localité d'Irlande où une immense quantité de colonnes de basalte s'avance dans la mer, formant une espèce de chaussée.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Les chaucies jonchées de fresche erbe et de jonc [, Berte, CXXXIII]
    Chaucie est une coustume assise et establie ancienement seur chars, seur charretes, seur somiers chargés [, Liv. des mét. 275]
    Et fu mis en un pellorit tout nuef qu'on li fist emi le [la] chauchie de Lille [, Chr. de Rains, 173]
    Si comme de lor moustiers refere et de lor caucies ramender [BEAUMANOIR, XXI, 27]
    Cil l'empire [gâte le chemin] qui deffet les cauchies qui furent fetes por le quemin amender [ID., XXV, 12]
    Par les boes de la chaucie Descendoit du chastel aval, Sans demander cher ne cheval [RUTEB., II, 178]
    Le roy ot conseil que il feroit faire une chaucie parmi la riviere pour passer vers les Sarrazins [JOINV., 230]
  • XIVe s.
    Droit envers le chastel ont leur voie aqueillie, Et puis vers le chastel vont toute le [la] cauchie [, Baud. de Seb. IX, 535]
    Persone ne trova passant sus le [la] cauchie, Ne maison qui ne fuist fremée et verrouillie [, ib. XI, 33]
    Chacuns en droit soy facent refaire les chaussées [des rues de Paris], quand elles ne seront suffisantes [, Ordonn. des rois de Fr. t. II, p. 380]
  • XVIe s.
    Aux reparations et entretenement de la chaussée du havre de Granville [, Texte dans JAL, Gloss. naut]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, keuchie, cauchie ; provenç. caussada ; espagn. calzada ; portug. calçada ; de calciata (sous-entendu via, chemin), que Diez tire de calx, chaux : chemin fait à la chaux ; mais la chaussée est surtout une levée de terre où la chaux n'entre pas ; aussi vaut-il mieux prendre calciatus, chaussé, puis foulé (voy. CHAUSSES), sens qui se trouve en effet dans le bas-latin (voy. DU CANGE, calciare), de sorte que la chaussée serait la terre foulée, pressée.

CHAUSSÉE2

(chô-sée) s. f.
Espèce de sac que traverse la farine dans un moulin.
Pièce de la cadrature d'une montre, qui porte l'aiguille des minutes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHAUSSÉE.
    Ponts et chaussées.... Ajoutez :
    C'est à mes dépens qu'elle [la terrasse de Fontainebleau] a été faite et sur les fonds des ponts et chaussées de ces pays-là [SAINT-SIMON, 399, 205]

chaussée

CHAUSSÉE. n. f. Sorte de talus qu'on fait au bord d'une rivière, d'un étang, pour retenir l'eau. La chaussée d'un étang. La chaussée d'une rivière.

Il se dit aussi d'un Talus que l'on élève dans les lieux bas, humides et marécageux, pour servir de chemin de passage. Chaussée soutenue de maçonnerie, de pilotis, etc. Faire une chaussée dans un marais. Les Romains ont fait la plupart des grands chemins dans les Gaules en manière de chaussées.

Il se dit encore de la Partie médiane d'une rue ou d'une route où passent des voitures, par opposition aux Trottoirs et bas-côtés réservés aux piétons.

Ponts et chaussées. Voyez PONT.

Rez-de-chaussée. Voyez REZ.

chaussée

Chaussée, ou pour l'escrire plus au vray, Chaucée, vient de Calcata Latin, qui vient de Calcare, et signifie le sol et superficie de la terre, fondement de tous bastimens et esleveures. Selon ce on dit, Le mur est abbatu à rez de Chaucée, Murus ad solum vsque deiectus est.

L'estage de rez de Chaussée, Solum.

¶ Chaucée aussi se prend pour la levée de terre foulée à maillets ou farcie de fagots, qu'on fait le long des rivieres et estangs, à fin qu'ils ne desbordent, Agger.

La chaussée et levée d'un estang, ou riviere, Choma, Chomatis, Agger, Via strata.

Le rez de la chaussée, Plani pedis aedificium. B. ex Vitruu.

Une chaussée sans fossé, Murus.

Faire une chaussée, Iacere siue struere aggerem.

chaussée


CHAUSSÉE, s. f. [Chocé-e; 2e é fer. et long, 3e e muet.] 1°. Levée de terre que l'on fait au bord de l'eau, pour retenir ou contenir l'eau d'un étang, d'une rivière. = 2°. Levée qui se fait dans des lieux bâs pour servir de chemin.

Synonymes et Contraires

chaussée

nom féminin chaussée
1.  Élévation de terre.
2.  Partie d'une route.
Traductions

chaussée

Landstraße, Chaussee, Fahrbahn, Pflaster, Straßenbelagcauseway, roadway, highway, pavement, carriageway, embankment, high road, roadrijweg, eenbaansweg, heerbaan, straatweg, (straat)weg, damweg, dijk, rif, rijbaan, hoofdweg, steenwegכביש (ז), מדרכה (נ), מסילה (נ), מִדְרָכָה, כְּבִישׁcalçada, carreteraŝoseoarroyo, calzadavaltakatulandeveicalçada, estrada de rodagem, meio-de-rua, rodoviacarreggiata (ʃose)
nom féminin
partie d'une route où on circule

chaussée

[ʃose] nf
(où circulent les véhicules)road, pavement (USA)
"Attention! Chaussée déformée" → "Uneven road surface"
(= digue) → causeway