chausse-trape

(Mot repris de chausse-trapes)
Recherches associées à chausse-trapes: chausse-trappes

chausse-trape

ou

chausse-trappe

n.f. [ de l'anc. fr. chaucier, fouler, et traper, sauter, ou de trappe ] [chausse-trapes ou chausse-trappes].
1. Piège fait d'un trou camouflé servant à prendre les animaux sauvages : Le renard est tombé dans la chausse-trape.
2. Fig. Piège destiné à tromper qqn ; ruse : Ce jeu d'aventures est plein de chausse-trapes embûche, traquenard

chausse-trape


chausse-trappe

(ʃostʀap)
nom féminin
pluriel chausse-trapeschausse-trappes
figuré piège ou difficulté qu'on n'attendait pas les chausse-trapes de l'orthographe

CHAUSSE-TRAPE

(chô-se-tra-p') s. f.
Machine de fer, qui sert de piége pour prendre des loups et d'autres bêtes.
Terme de guerre. Fer à plusieurs pointes aiguës, dont quelques-unes s'élèvent, et qu'on sème dans un champ pour fermer les passages à la cavalerie.
Terme de botanique. Chausse-trape laineuse, ou chardon étoilé, plante dont les fleurs sont armées d'épines (centaurea calcitrapa, L.). Au plur. Des chausse-trapes : car le sens est une trappe qui chausse, qui saisit ; ce qui montre qu'il en est ainsi et que ce n'est pas chausser, mettre en place une trappe, c'est que le mot est féminin ; s'il s'agissait de chausser une trappe, le mot serait masculin, comme il l'est dans les mots de ce genre : un porte-montre.

REMARQUE

  • Trappe s'écrivant avec deux p, on ne voit pas pourquoi, dans chausse-trape, il n'y en a qu'un.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et, ce fait, se despartirent les meurtriers, gectant après eulx des chauces-trappes par les rues, doubtans poursuite, Geste des nobles [VIRIVILLE, f° 114]
    Et y doit on metre pieux agus, chauche-trapes, et garnisons, encombrans à ceulx qui là se vouldroient devaler [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, ch. 28]
    Mais d'orties et ronces y a tant, Cauppetrapes et lierre qui pourpraint, Qu'à l'essarber sa chevance gasta [E. DESCH., Ball. Le jardinier.]
  • XVIe s.
    Un gué que les Italiens du prince de Nevers avoient enpli de planches clouées de cercles et de chausse-trappes [D'AUB., Hist. I, 229]
    Chausse trape, autrement carduus stellatus, est plante peu delicate [O. DE SERRES, 611]
    Moins de mal en adviendroit es parties controverses marcher sus chausses trappes que de son droict soy deporter en leurs responses et jugemens [RAB., Pant. III, 43]
    Le jeune Scipion, lequel accusa aigrement ses soldats de ce qu'ils avoient semé des chausse-trapes soubz l'eau à l'endroict du fossé par où ceulx d'une ville qu'il assiegeoit pouvoient faire des sorties sur luy [MONT., II, 95]

ÉTYMOLOGIE

  • Chausser, et trappe.

chausse-trape

CHAUSSE-TRAPE. n. f. Pièce de fer garnie de pointes qu'on jetait dans les gués, sur les routes, et où hommes et chevaux s'enferraient. Semer des chausse-trapes. S'enferrer dans des chausse-trapes.

Il se dit aussi d'un Trou qui cache un piège pour prendre les animaux malfaisants.

Traductions

chausse-trape

капкан