chauve-souris

(Mot repris de chauves-souris)

chauve-souris

n.f. (chauves-souris).
Mammifère volant, qui se nourrit d'insectes et hiverne dans des lieux sombres et humides : La chauve-souris se dirige en émettant des ultrasons qui lui permettent de repérer les obstacles.

CHAUVE-SOURIS

(chô-ve-sou-ri ; l's se lie dans le parler soutenu : la chau-ve-sou-ri-z et la belette) s. f.
Petit mammifère qui a des ailes membraneuses et qui ressemble à la souris par la forme de son corps.
Une chauve-souris donna tête baissée Dans un nid de belette.... [LA FONT., Fabl. II, 5]
Terme d'architecture. Toile en appentis pour garantir des rayons du soleil.
Terme de marine. La partie la plus élevée de la ferrure du gouvernail. s'étendant en ailes, tribord et bâbord de l'étambot. Au plur. Des chauves-souris.

REMARQUE

  • La Fontaine a dit souris-chauve :
    Je connais maint detteur [débiteur], qui n'est ni souris-chauve, Ni buisson, ni canard, ni dans tel cas tombé... [LA FONT., Fabl. XII, 7]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Quant ta parole est blanche et ta pensée est fauve, Tu voles en tenebres comme une soris chauve [J. DE MEUNG, Test. 1474]
    Ce estoit chauve la soriz, Et Pelez li ras ses mariz, Que dant Renart ot estranglé [, Ren. 11866]
    Samblanz sui faiz à la chauve souriz de leu [lieu] seul [, Psautier, f° 120]
    Quant la chauve suris les vit, Moult li pesa k'od eus n'esteit [MARIE, Fable 31]
    À tuz jurs mais en est houniz, Come fu la chauve souriz, Qui ne deit mès par jur voler, Ni ne deit plus en court parler [ID., ib.]
  • XIVe s.
    Deux pots dorez et esmaillez aux chauves soriz, pesant XXI marcs [DE LABORDE, Émaux, 211]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, casseuris, cateseuris ; wallon, chawe-sori ; namur. chau-sori, chèhau-sori ; rouchi, queue d'sori. La première idée qui se présente est qu'il s'agit d'une souris chauve, cet animal ayant pu être ainsi nommé à cause que ses ailes n'ont pas de plumes ; mais Grandgagnage fait remarquer que les formes wallones veulent dire souris-chouette ; de sorte qu'il y aurait là une paronymie qui aurait changé chawe, chouette, en chauve. Mais ce qui empêche d'admettre cette opinion, c'est que chauve souris se trouve dans les plus anciens textes sans variante, ce qui ne serait pas si chauve était une corruption de quelque autre mot.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CHAUVE-SOURIS. - ÉTYM. Ajoutez : Comme cet animal est dit dans la langue d'oïl chauve souris ou souris chauve et dans le wallon souris-chouette, notons qu'en Bretagne il est nommé souris-chaude. Cette dernière altération est inintelligible. On voit que deux considérations ont déterminé le nom de cet animal. Suivant l'une, on l'a dit chauve, parce qu'il n'a ni poils ni plumes ; suivant l'autre, on l'a assimilé à la chouette, probablement à cause de ses habitudes nocturnes.

chauve-souris

CHAUVE-SOURIS. n. f. Genre de Mammifères volants qui ont des ailes membraneuses et qui ressemblent à une souris pour la forme et la grosseur du corps. Les chauves-souris ne commencent à voler que le soir. Chauve-souris musaraigne.

chaûve-souris


CHAûVE-SOURIS, s. f. [Chôve-sou-ri; 1re lon. 2e e muet.] Oiseau nocturne, qui a des ailes membraneûses, et qui ressemble à une souris. — La Fontaine dit souris-chaûve, en quoi il n'est pas à imiter, même dans une fable.
   Je conois maint detteur, qui n'est ni souris-chaûve,
   Ni buisson, ni canard, ni dans tel câs tombé,
   Mais simple Grand-Seigneur, qui tous les jours se saûve
   Par un escalier dérobé.
   On voit bien que c'est la rime qui a ocasionné ce barbarisme: car, c'en est un dans toutes les formes.

Traductions

chauve-souris

batעטלף (ז), עֲטַלֵּף, עטלפיםvleermuisخفاش, خُفَّاشприлепиflagermusFledermausνυχτερίδα, νυκτερίδαvespertomurciélagoخفاشyölepakko, lepakkošišmišdenevérekkelelawarleðurblakapipistrello蝙蝠, コウモリ박쥐šikšnosparniaikaidrojumiflaggermusnietoperze, nietoperzmorcegoliliacлетучая мышьnetopierenetopirjiслепи мишевиfladdermusค้างคาวyarasaкажан蝙蝠netopýrcon dơi蝙蝠 (ʃovsuri)
nom féminin pluriel chauves-souris
petit animal volant

chauve-souris

[chauves-souris] (pl) [ʃovsuʀi] nfbat