chevecier

(Mot repris de cheveciers)

CHEVECIER

(chè-ve-sié) s. m.
Dignitaire qui avait soin du chevet de l'église, c'est-à-dire du fond de l'église depuis l'endroit où la clôture commence à tourner en rond ; le même que le trésorier en d'autres églises, parce qu'il garde le trésor de l'église ; il a soin aussi du luminaire de l'église.
Et son rare savoir, de simple marguillier, L'éleva par degrés au rang de chevecier [BOILEAU, Lut. I]
Moi, dit le chevecier, je suis maître du chœur ; qui me forcera d'aller à matines ? [LA BRUY., XIV]

REMARQUE

  • L'Académie écrit chevecier, sans accent ; cependant la prononciation n'est pas possible à moins d'accentuer che ou de donner à cet e le son de eu.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Frere Guillaume, chevassier du sepulcre du dit moustier [DU CANGE, capitium.]
  • XVIe s.
    Maistre Pierre Legendre, prestre chevecier curé de l'eglise Nostre Dame d'Estampes [, Coustumier gén. t. I, p. 145]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. capicerio ; bas-lat. capicerius et capitiarius qui est la vraie orthographe, du bas-latin capitium, chevet d'église, de caput, tête (voy. CHEF).

chevecier

CHEVECIER. s. m. Titre de dignité dans quelques églises.

chevecier


CHEVECIER, s. m. [1re et 2e e muet, 3e é fer. et dout.] On apèle ainsi, dans quelques Églises Collégiales, celui qui est pourvu de la première dignité, et qui a soin de la cire.

Traductions

chevecier

capicerius