cheveu

cheveu

n.m. [ lat. capillus ] [cheveux].
Poil qui pousse sur la tête des êtres humains : Il a de plus en plus de cheveux blancs. Elle se brosse les cheveux se coiffer
Avoir mal aux cheveux,
Fam. avoir un mal de tête dû à un excès de boisson.
Avoir un cheveu sur la langue,
zozoter.
Cheveu d'ange,
fine guirlande brillante utilisée pour décorer l'arbre de Noël ; vermicelle très fin.
Comme un cheveu sur la soupe,
Fam. d'une façon inadéquate, à un moment inopportun : Son intervention est arrivée comme un cheveu sur la soupe à contretemps
Couper les cheveux en quatre,
compliquer un problème par des nuances excessives.
Faire dresser les cheveux sur la tête,
inspirer de l'effroi, de l'épouvante : Des cris à faire dresser les cheveux sur la tête.
Il s'en faut d'un cheveu ou cela ne tient qu'à un cheveu,
il manque peu de chose pour que cela arrive, cela dépend de peu de chose : Il s'en est fallu d'un cheveu qu'elle batte le record elle a failli le battre
Se faire des cheveux ou se faire des cheveux blancs,
Fam. se faire du souci.
Tiré par les cheveux,
amené d'une façon peu logique, peu naturelle : La fin du film est tirée par les cheveux elle est factice, forcée
Toucher un cheveu de la tête de qqn,
lui causer un préjudice : Si vous touchez un cheveu de sa tête, je vous le ferai regretter.

CHEVEU

(che-veu ; le pluriel cheveux se prononce che-veû, c'est-à-dire le singulier comme feu, et le pluriel comme feux) s. m.
Poil particulier à la partie de la peau qui recouvre le crâne dans l'espèce humaine. De beaux cheveux. Des cheveux bouclés. Touffe, poignée, boucles, tresses de cheveux. Cheveux d'ébène. Fin comme un cheveu. Les cheveux comme les ongles n'acquièrent de l'accroissement que du côté de la racine.
Les Gaulois portaient de grands cheveux ; mais quand la monarchie française fut bien établie, les Français les portaient courts, et il n'y avait que les rois et les princes du sang qui les portassent longs [THIERS, Hist. des perruques, ch. II, dans RICHELET]
Les ridicules aventures D'un amoureux en cheveux gris [MALH., III, 3]
Je sais que les uns lui mettront, Comme à toi, les rides au front, Et feront à sa tresse blonde Même outrage qu'à tes cheveux [ID., IV, 16]
Ils récitent force prières, ils portent les cheveux courts [DESC., Pass. 190]
Jusqu'ici la fortune et la victoire mêmes Cachaient mes cheveux blancs sous trente diadèmes [RAC., Mithrid. III, 5]
Quelle importune main, en formant tous ces nœuds, A pris soin sur mon front d'assembler mes cheveux ? [ID., Phèdre, I, 3]
Et qu'une main savante avec tant d'artifice Bâtit de ses cheveux l'élégant édifice [BOILEAU, Sat. X]
J'aime en lui ces cheveux tout couverts de lauriers [CORN., Sertor. II, 1]
Touche ces cheveux blancs à qui tu rends l'honneur [ID., Cid, III, 6]
Familièrement. Il ne lui a pas touché un cheveu, se dit pour exprimer qu'il n'a pas porté sa main sur lui ou sur elle, soit pour battre, soit pour faire quelque tentative trop libre. C'est la sagesse qui lui a fait tomber les cheveux, se dit par antiphrase de quelqu'un qui a perdu ses cheveux pour n'avoir pas été suffisamment sage, réglé dans sa conduite, à cause qu'une opinion vulgaire attribue aux excès une calvitie prématurée.
C'est mon avis, moi de qui la sagesse A fait tomber tous les cheveux [BÉRANG., Mes cheveux.]
Être coiffé en cheveux, n'avoir pour coiffure que ses cheveux arrangés de telle ou telle façon. Dans le même sens, être en cheveux. On dit aussi, sans le verbe être : Cette femme ne se tient pas bien, elle sort en cheveux. Faux cheveux, ceux qui ne tiennent pas à la tête, mais qui y sont appliqués en tresses, tours ou perruques. Tour de cheveux, bandeaux de faux cheveux que les femmes portaient par devant en place des leurs. Se prendre aux cheveux, se dit de gens qui, dans une rixe, se saisissent par les cheveux. Ils se prennent, ils se tiennent aux cheveux. Fig. Se prendre aux cheveux, discuter avec une grande animosité.
Les mères, les maris me prendront aux cheveux, Pour dix ou douze contes bleus [LA FONT., Oies.]
Prendre une occasion aux cheveux, ne pas la manquer.
C'est une occasion qu'il faut prendre vite aux cheveux [MOL., l'Av. I, 7]
Locution qui vient de ce que les anciens représentaient l'occasion chevelue par devant et chauve derrière ; lorsqu'on l'avait laissée passer, on ne pouvait plus la saisir par les cheveux. S'arracher les cheveux, arracher ses cheveux ; et fig. Être en proie à un violent désespoir.
Livré au désespoir, il s'arrache les cheveux [FÉN., Tél. XI]
Faire dresser les cheveux à la tête, ou, simplement, faire dresser les cheveux, faire horreur. Les cheveux me dressent à la tête, je suis saisi d'horreur.
Chaque mot sur mon front fait dresser mes cheveux [RAC., Phèd. IV, 6]
Des passages qui font dresser les cheveux à la tête des simples [PASC., Prov. 15]
Une terreur qui me fit dresser les cheveux [J. J. ROUSS., Ém. II]
Dans le songe d'Énée, le silence d'Hector, son soupir suivi du : fuge, eripe flammis, font dresser les cheveux sur la tête [CHATEAUB., Génie, II, V, 11]
Familièrement. Il ne s'en faut pas de l'épaisseur d'un cheveu, il s'en faut très peu.
Vendôme, après avoir mis le roi d'Espagne à un cheveu de sa perte, manqua encore de finir la guerre d'un seul coup, en détruisant l'armée de Staremberg [SAINT-SIMON, 283, 100]
Fendre, couper un cheveu en quatre, subtiliser.
Je l'ai dit du duc de Chevreuse, je le répète ici de ce chancelier [d'Aguesseau], il coupait un cheveu en quatre [SAINT-SIMON, 453, 123]
Raisonnement tiré par les cheveux, raisonnement forcé, péniblement déduit.
Il y a d'autres figures qui semblent un peu tirées par les cheveux [PASC., Fig. 10]
C'eût été trop tirer les choses par les cheveux [BOSSUET, Lett. quiét. 97]
Populairement, avoir de beaux cheveux se dit ironiquement pour être dans une position ou un état misérable, même en parlant des choses.
S. m. plur.Terme de botanique. Cheveux d'évêque, la raiponce. Cheveux de Vénus, l'adiante de Montpellier. Cheveux de la Vierge, plusieurs espèces de byssus et aussi la fleur de la viorne. Cheveux de la Vierge, se dit quelquefois improprement pour fils de la Vierge. Cheveux de paysan, chicorée sauvage nommée à Paris barbe de capucin.
Cheveux d'ange, espèce de confiture d écorce de citron ou de cédrat.
Terme de marine. Lever une ancre par les cheveux, la lever à l'aide de son orin.

PROVERBES

  • Tous nos cheveux sont comptés, c'est-à-dire la Providence a soin des moindres choses qui nous regardent.
  • On ne peut prendre un homme rasé aux cheveux, on ne peut rien prendre à qui n'a rien.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Jusqu'à la terre li chevoel lui balient [balayent] [, Ch. de Rol. LXXVI]
    [Elle] trait ses chevels, si se clame chetive [, ib. CLXXXIV]
  • XIIe s.
    Et la roïne qui ot les chevols blons [, ib. p. 116]
    Tres qu'es chevols li est li brans couru [, ib. p. 145]
    Elle comence ses cheveuz à tirer [, ib. p. 171]
    [Dame] Bele et gente et avenant, Cheveus blons, sourcis plaisans [, Couci, p. 123]
    Rogiers del Punt l'Evesque n'i pout sun quer [cœur] celer : Thomas, Thomas, fait-il, mar m'i faites passer ; à vostre chief ferai mal chevex atorner [, Th. le mart. 133]
    Cil comença à pensier à son aage, à ses cheveus qui estoient chanu [, Machab. II, ch. 8]
  • XIIIe s.
    Et les cheveus plus blons que onques n'eut Helaine [, Berte, L]
    Mainte paume batue, et mains cheveus tirés [, ib. CXXXII]
    S'il nel veut reprendre [l'amour], Por ce ne l'irai-je pas prendre Par ses biaus chevex.... [, Lai de l'ombre]
    Moult fort commence à sopirer, Et ses cevols à detirer [, Ren. 12466]
    Ysengrin l'ot en grant despit, Et sa force prisa petit, Ainz n'i daigna oster chevoil [, ib. 14617]
    Si cheveul tuit destrecié furent, Et espandu par son col jurent [furent gisants] [, la Rose, 319]
    De touailles [toiles] sont entorteillées leur testes [des Bédouins], qui leur vont par desous le menton, dont ledes gens et hydeuses sont à regarder ; car les cheveux des testes et des barbes sont touz noirs [JOINV., 230]
  • XVe s.
    Tous les cheveux de la teste lui churent [FROISS., II, II, 70]
    Vous seriez plus chetif en ce pays, ni de tous vos conquests nous ne donnerions quatre cheveus [ID., II, III, 39]
    Elle fut guidée en la chambre où son serviteur estoit, qui voulentiers la vit en cotte simple et en cheveux [LOUIS XI, Nouv. XXXVII]
  • XVIe s.
    Prenons l'heure aux cheveux, l'homme rappelle en vain La sourde occasion alors qu'elle est absente [DU BELLAY, III, 61, recto]
    Comme l'autonne saccage Les verds cheveux du boccage [ID., III, 77, recto]
    Quelques uns les tordans à force, et les tirans, comme l'on dit, par les cheveux, en expositions allegoriques.... [AMYOT, Comm. lire les poët. 13]
    Il fit dresser les cheveux à la teste des capitaines et soldats qui le visitoient, en leur confessant.... [D'AUB., Vie, XX]
    Ce mechant lui fit donner du poison dans un potage, qui lui fit faire 80 selles dans un jour, tomber les cheveux et peler la peau [ID., ib. XXXVI]
    Au fort du combat il prit son espée de la main gauche pour sauver un bracelet de cheveux de sa maistresse qui estoit attaché à ce bras [ID., ib. XLV]
    Ils saisirent cette occasion aux cheveux pour charger leur ami de divers projets qu'ils avoient formez [ID., ib. LIII]
    Cheveux-de-Venus, d'autant que ceste herbe embellit les cheveux ; et parce que les anciens peignoient leur deesse Venus avec belle chevelure, ce mot de Venus y est ajousté [O. DE SERRES, 611]
    Cheveul en teste ne luy tient [RONS., 471]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, chevè ; namur. chefia ; picard, cavieu ; provenç. cabelh ; catal. cabell ; espagn. cabello ; ital. capello ; du latin capillus, cheveu. Dans le vieux français, nominatif singulier chevels, cheveus, régime chevel.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHEVEU. Ajoutez :
    Cheveu d'or, terme de décoration de la porcelaine. Services à thé ou à café, formes Sèvres, petite bande couleur et cheveu d'or, Prospectus.

cheveu

CHEVEU. n. m. Poil de la tête. Il ne se dit qu'on parlant de l'homme. Cheveux plats, frisés. Cheveux blonds, bruns, noirs, châtains, roux, cendrés, gris, blancs. Ses cheveux commencent à grisonner, ont blanchi. Cheveux crépus. Porter les cheveux longs, courts. Faire couper, faire rafraîchir ses cheveux. Se faire couper les cheveux. S'arracher les cheveux de douleur, de désespoir. Une touffe de cheveux. Une poignée de cheveux. Une tresse, une boucle de cheveux.

Être en cheveux se dit d'une Femme qui est coiffée sans avoir de chapeau.

Fig., Fendre un cheveu en quatre, Faire des distinctions, des divisions subtiles. On dit abusivement Couper les cheveux en quatre.

Fig., Cela fait dresser les cheveux sur la tête, fait dresser les cheveux, Cela fait horreur. On dit aussi Les cheveux me dressent sur la tête.

Fam., Ils étaient près de se prendre aux cheveux, Ils étaient fort animés l'un contre l'autre, ils étaient près de se battre.

Fig., Prendre l'occasion aux cheveux, Saisir l'occasion, en profiter.

Fig. et fam., Cette comparaison, cette interprétation, ce raisonnement, cette pensée est tirée par les cheveux, Elle est amenée, elle est présentée d'une manière peu naturelle et forcée.

Fig., Ne tenir qu'à un cheveu, se dit d'une Chose qui est tout à fait sur le point d'arriver. Le succès de cette affaire n'a tenu qu'à un cheveu. On dit dans le même sens Il ne s'en est fallu que de l'épaisseur d'un cheveu.

Fig. et fam., Cela vient comme des cheveux sur la soupe, se dit d'une réflexion, d'une interruption dans un entretien, où elle est sans aucun rapport avec ce dont on parle.

cheveu


CHEVEU, s. m. [1re e muet, 2e dout. au sing. long au plur. Cheveux.] Poil de la tête de l'homme. Il n'a pas un cheveu. Cela est délié comme un cheveu. Faire couper, faire rafraichir ses cheveux, etc.
   Rem. Malherbe parle d'un amoureux en cheveux gris. Ménage aurait mieux aimé que ce Poète eût dit, aux cheveux gris, comme on dit vieillard à barbe grise, et non pas en barbe grise. — Balsac a dit aussi, un Grammairien en cheveux gris. Par réflexion, Ménage les excuse, en disant, que l'un et l'aûtre sous-entendoit, qui est. Je crois qu'on peut les imiter, et que l'usage est plutôt pour, en cheveux gris, que pour, aux cheveux gris.
   Se prendre aux cheveux, se tirer par les cheveux en se batant.
   On dit, proverbialement: prendre l'ocasion aux (ou par les) cheveux, la saisir dès qu'elle se présente. Fendre un cheveu en deux, ou en quatre, rafiner, subtiliser. "L'esprit de l'aûtre siècle manquoit d'une qualité essentielle: il n'étoit pas subtil: il ne saisissoit que les grands traits. Le nôtre ne s'atache qu'aux petits: nous disséquons les vertus; nous analysons les sentimens: nous fendrions un cheveu en quatre. Coyer. — On dit d'une chôse qui fait horreur, qu'elle fait dresser les cheveux. On ajoute quelquefois, à la tête, ou sur la tête: d'un passage, d'une preûve, qui ne viènent pas naturellement au sujet, mais qui sont amenés de force, qu'ils sont tirés par les cheveux. Et quand il s'en faut peu qu'une chôse ne soit, on dit, qu'il ne s'en faut pas de l'épaisseur d'un cheveu.

Synonymes et Contraires

cheveu

nom masculin cheveu
Poil qui pousse sur la tête.
-familier: baguette de tambour, crin, foin, poil -populaire: tif.
Traductions

cheveu

Haarhairhaarשיער (ז), שערה (נ), שֵׂעָר, שַׂעֲרָהcabell, pèlvlashårμαλλιά, τρίχαharocabello, pelohiushajhárhårwłoscabelo, pêlopărволос, волосокhårtóc头发capelloкоса頭髮ผม (ʃəvø)
nom masculin pluriel cheveux
poil sur la tête de l'homme se faire couper les cheveux

cheveu

[cheveux] (pl) [ʃ(ə)vø]
nmhair
il s'en est fallu d'un cheveu
Il s'en est fallu d'un cheveu que le "non" l'emporte au référendum → The "noes" only failed to win the referendum by a whisker. cheveux
nmpl (= chevelure) → hair sg
avoir les cheveux courts → to have short hair
avoir les cheveux en brosse → to have a crew cut
se faire couper les cheveux → to get one's hair cut, to have one's hair cut
tiré par les cheveux [histoire] → far-fetched