chevir

(Mot repris de chevie)

CHEVIR

(che-vir) v. n.
Disposer de quelqu'un, en venir à bout. Cet enfant est si malin qu'on ne peut chevir de lui.
Nous ne saurions en chevir [d'un chien] [MOL., Festin, IV, 3]
Terme d'ancienne coutume. Traiter, composer, capituler.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et nus et nostre cause contre li [il] maintiendra, Et, s'en vus ne remaint, très bien la chevira [, Th. le mart. 133]
  • XIIIe s.
    Si vous [je] pri donques qu'il en isse [de prison] Et de la besoigne chevisse [, la Rose, 15260]
    Gentil homme, li quel ne se mellent pas de marceander, ançois se cevissent de lor heritages, qu'il tienent en franc fief du signeur [BEAUMAN., IV, 14]
    Li soudans de Hamant ne se sot comment chevir du soudanc de Babiloine [le Caire] [JOINV., 213]
  • XIVe s.
    Mais qui a de l'argent toujours a bien chevi [, Guesclin. 18118]
    Un poure homme demande comment il se porra chevir de leus [loups], de quoy il y a tant en son pays qu'ilz lui detruisent toutes ses bestes [, Modus, f° LXX]
  • XVe s.
    Pour avoir conseil comment il se pouvoit chevir de ceste aventure [FROISS., I, I, 100]
  • XVIe s.
    Si les choses se rendent à nostre merci, pourquoi n'en chevirons-nous ? [MONT., I, 294]
    Ses creanciers vindrent crier après luy, et l'importuner pour estre payez sur son partement ; et ne pouvant chevir à eux, il fut contraint de recourir à Crassus [AMYOT, César, 13]
    Concluant à despescher vers le grant maistre, lui oster l'espoir de secours, l'avertir de composer et chevir comme il pourroit [D'AUB., Hist. I, 244]

ÉTYMOLOGIE

  • Chef, bout ; chevir, c'est proprement venir à chef, à bout. Wallon, chèvî, chercher, chèvihant, entreprenant, actif.

chevir

CHEVIR. verb. n. Venir à bout de quelqu'un, lui faire faire ce qu'on veut. On ne sauroit chevir de cet enfant. Laissez-le-moi gouverner, j'en chevirai bien. Il est populaire et vieux.

chevir

Chevir, C'est à dire, Venir à chef et à bout de quelque chose, car il vient de chef tout ainsi que chevissance et achever. Selon ce on dit, chevir d'un homme revesche, d'un cheval farouche, c'est en venir à bout, et le mettre à raison, Potiri. On dit aussi chevir pour se mettre hors de redevances par payement, attermoyement, ou autre composition, comme, Il a chevi avec ses creanciers, Nomina explicauit, aut cum creditoribus de nominibus conuenit, transegit. Chevir aussi est transiger d'un different. Ainsi les Notaires disent, lesdites parties ont chevi, etc.

Tu peux faire ou chevir avec luy pour bien peu d'argent, Pacisci cum illo paucula pecunia potes.

Il sera bien aisé de chevir avec luy, Facilis cum eo de hac re erit ratio. B. ex Celso.

Devant que d'avoir chevi et accordé avec des decimes, Antequam cum Decumano pactus esset.

chevir


*CHEVIR, v. n. Venir à bout de... C'est un mot populaire. "Cet enfant est si mutin, qu'on ne peut chevir de lui. Richelet.