chevron

(Mot repris de chevrons)

chevron

n.m. [ du lat. capra, chèvre ]
1. Pièce de charpente placée sur la pente d'un toit, et sur laquelle sont fixées les lattes qui portent les ardoises ou les tuiles.
2. Dans l'armée, galon d'ancienneté en forme de V renversé, porté sur la manche de l'uniforme.
3. Mode de tissage qui permet d'obtenir un tissu croisé présentant des côtes en zigzag (on dit aussi du tissu à chevrons).

chevron

(ʃəvʀɔ̃)
nom masculin
signe en forme de V retourné des chevrons imprimés sur un tissu
un parquet en chevron

CHEVRON1

(che-vron) s. m.
Pièce de bois sur laquelle on attache les lattes, dans le toit d'un bâtiment. Terme de menuiserie. Échantillon de bois. Terme de marine. Morceau de bois pour maintenir un affût dans les gros temps. Dans les chantiers, nom de pièces de bois qui n'ont pas plus de 17 centimètres d'équarrissage.
Sorte de météore.
Les comètes ou chevrons de feu qu'on voit quelquefois dans le ciel [DESC., Météor. 7]
Terme de blason. Nom de deux bandes plates, qui sont jointes par le haut, et qui s'élargissent en forme de compas à demi ouvert ; les différences en sont marquées par quelque épithète qui les exprime. Chevron brisé, celui dont la pointe est fendue en sorte que les pièces ne se touchent que par un de leurs angles.
Nom de deux morceaux de galon que les soldats portent joints en angle au bras gauche de leur habit, pour marquer leur temps de service.
Mon père, Fier vétéran âgé de quarante ans de guerre, Tout chargé de chevrons [V. HUGO, F. d'aut. 6]
Terme de grammaire. Nom donné à l'accent circonflexe, à cause de sa forme.
Terme de mine. Allure d'une couche ou d'un filon qui se replie suivant un angle plus ou moins aigu.
Terme de jardinage. Bande de gazon en travers d'une allée.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Fourches, fleaus, restiaus, tauches, ne doivent rient de tonlieu, ne charetil ne chevron dolé [, Liv. des mét. 323]
    Et les parois, dont miex [je] les proise, Sunt espesses demie toise, Et si haut resunt li chevron Que tuit seür estre devon [, la Rose, 16617]
    Li chevron sont d'autre mesrien [RUTEB., II, 34]
    Li droiz des teneures de citez est tel : de metre gotere en la meson son vesin ou non, ou de metre chevrons ou non en la mesiere [, Liv. de just. 138]
  • XVe s.
    Et aussi mourut [au siége de Duras] un escuyer de Bretagne qui s'armoit de gueules à deux chevrons echiquetés d'or et d'azur [FROISS., II, II, 11]
    Les armes de Moriaumez sont barrées, contrebarrées à deux chevrons de gueules.... [ID., I, I, 134]
  • XVIe s.
    On rue à bas les gros chevrons de fresne [DU BELLAY, IV, 45, recto.]
    Le capitaine Mor l'envoia d'un coup de chevron sur la teste au bas de la riviere [D'AUB., Hist. II, 264]
    Ils eurent plusieurs mauvaises augures, comme de quelques feux qui leur donnerent l'espouvante ; mais surtout des lances et chevrons de feu d'une grandeur et clarté inouie [ID., ib. III, 498]
    Pour en leur champ d'argent marquer le chevron de cinabre [ID., ib. III, 538]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, caveron ; wallon, ch'firon, ch'furon ; provenç. cabrion, cabiros ; espagn. cabrio ; dérivé de capra, chèvre, et dit pour solive par une assimilation à celle qui a fait nommer par les latins un chevron capreolus.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. CHEVRON. Ajoutez : - REM.
  • 1. Dans le commerce de bois de sciage de Paris et dans la région qui alimente les chantiers de la capitale, le chevron a d'épaisseur 0m,08 et autant de largeur.
  • 2.
    Dans les Vosges, le chevron a de diamètre au gros bout 0m, 16 à 0m,22 ; au milieu 0m,18 ; de longueur, 9 mètres, [, Annuaire des eaux et forêts, 1873, p. 23]
  • HISTORIQUE

    • XIIIe s. Ajoutez :
      Car repren garde à ta maison ; Ke li postel, li dieviron Falent à poi de mesestanche [GUI DE CAMBRAI, Barl. et Jos. p. 264]

    ÉTYMOLOGIE

    • Ajoutez : Bas-lat. capro, Gloses de Cassel.

CHEVRON2

(che-vron) s. m.
Terme de pêche. Frai de poisson.

CHEVRON3

(che-vron) s. m.
Terme de commerce pour désigner les poils de chevreaux.
Poils d'animaux : 1° poils ou laines de chevreaux, dits chevrons [, Tableau annexé à la loi du 13 juin 1866 concernant les usages commerciaux]
Fils de poils de chèvre, de chevron et de chameau [, Journ. offic. 7 févr. 1872, p. 928, 3e col.]

ÉTYMOLOGIE

  • Chevron, chevreau (voy. CHEVRON 1).

chevron

CHEVRON. n. m. T. d'Arts. Pièce de bois qui sert à la couverture d'une maison et qui soutient les lattes sur lesquelles on pose la tuile ou l'ardoise.

Par analogie, en termes de Blason, il se dit d'un Assemblage de deux pièces plates en forme de compas à demi ouvert dont la pointe est tournée vers le haut de l'écu.

Il se dit, par extension, de Deux morceaux de galon assemblés en angle, que les soldats ont le droit de porter sur la manche gauche de leur habit, après un certain temps de service. Ce soldat a deux, a trois chevrons. Chaque chevron vaut une augmentation de paie.

chevron

Un Chevron, Tignus, vel tignum, Capreolus Vitruuio.

Chevrons conjoints avec une clef ou crampon, Fibulis tigna coniuncta.

chevron


CHEVRON, s. m. [1re e muet.] Pièce de bois, qui sert à la couverture d'une maison, et qui soutient les lates sur lesquelles on pôse la tuile ou l'ardoise. = Plusieurs apèlent chevron l'accent circonfl. (^) parcequ'il a la figûre d'un chevron.

Traductions

chevron

כפיס (ז), פס דרגה (ז)

chevron

dakspar, keper [textiel], mouwstreep

chevron

謝夫隆

chevron

[ʃəvʀɔ̃] nm
(= poutre) → rafter
(= motif) → chevron
à chevrons → chevron-patterned; (petits)herringbone