chicane

chicane

n.f.
1. Querelle sans réel fondement suscitée par plaisir : Il lui cherche constamment chicane il lui cherche noise ; querelle
2. Difficulté soulevée sur un point mineur pour embrouiller un procès : Il multiplie les chicanes chicanerie
3. Parcours en zigzag imposé par une série d'obstacles : Le pilote automobile aborde la chicane.

chicane

(ʃikan)
nom féminin
1. dispute sur un sujet sans importance se fâcher pour des chicanes chercher chicane à qqn
2. parcours en zig-zag les chicanes d'une file d'attente les chicanes sur la route pour obliger à ralentir

CHICANE

(chi-ka-n') s. f.
Par dénigrement, procès en général.
Quoi ! vous poussez cette chicane [vous poursuivez ce procès] ? [SÉV., 536]
Ce meuble de chicane [un sac à procès] appartient sûrement à quelque homme du Maine ou quelque bas-Normand [REGNARD, Ménechm. I, 2]
Abus des ressources et des formalités de la justice.
Lui souffle avec ces mots l'ardeur de la chicane [BOILEAU, Lutr. I]
Et dans l'amas confus des chicanes énormes, Ce qui fut blanc au fond, rendu noir par les formes [ID., Sat. I]
Poétiquement, le démon des procès.
Là, sur des tas poudreux de sacs et de pratiques, Hurle tous les matins une sibylle étique ; On l'appelle Chicane ; et ce monstre odieux Jamais pour l'équité n'eut d'oreilles ni d'yeux [BOILEAU, Lutr. v.]
La Chicane en fureur mugit dans la grand'salle [ID., Sat. VIII]
Les gens de chicane, ceux qui vivent des procès et des procédures.
Je défie votre chicane de Rouen d'être plus chicane que celle de Bruxelles [VOLT., Lett. en vers et en prose, 74]
Subtilité captieuse en toute matière, difficulté mal fondée et de mauvaise foi. Soulever, faire naître une chicane. Chercher des chicanes.
Dans les livres que les anciens ont écrits de la prudence civile, il y a du galimatias de l'école et de la chicane philosophique [BALZ., Entret. 26]
Ne croyez pas que ce soit seulement la querelle de l'épiscopat ou quelques chicanes sur la liturgie anglicane, qui aient ému les communes [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Que dit-on pour autoriser la supposition du Pentateuque ?... Rien de suivi, rien de positif, rien d'important ; des chicanes sur des nombres, sur des lieux ou sur des noms [BOSSUET, Hist. II, 13]
On sera fatigué en voyant ces variations et tant de fausses subtilités de la nouvelle réforme ; tant de chicanes sur les mots ; tant d'équivoques et d'explications forcées sur lesquelles on les a fondées [ID., Var. préface.]
Terme d'art militaire. Guerre de chicane, guerre où l'on ne livre que de petits combats, pour disputer le terrain.
Manière de jouer au mail, au billard et à la paume.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Du plus grand chicaneur qu'on pourra jamais voir, En ce tombeau glacé gist la despouille morte ; Pluton, hoste commun, ne le veut recevoir, De peur qu'en son pays la chicane il ne porte [DES ACCORDS, Bigarr.]
    Epitaphes. Chicane, certain cercle fixe en terre pour y faire passer la paume [OUDIN, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, chakine ; bas-grec, jeu du mail ;jouer au mail. Ménage le tire de l'espagnol chico, petit ; Diez approuve cette étymologie ; et Génin, la complétant (car il faut rendre raison de chicane signifiant jeu de mail), dit que le jeu a été ainsi nommé de la petite boule qui en fait le sujet et que l'on a comparée à quelque chose de petit (chico). Mais cette étymologie ne peut se soutenir en présence du bas-grec qui vient du persan tchaugan, raquette et jeu de mail, mot qui rend raison de l'affixe ane. Dès lors la série des sens est : jeu de mail, puis action de disputer la partie, et enfin manœuvres processives.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHICANE.
    Ajoutez :
    Nous y arrivâmes à travers mille boules de mail ; car on joue là, le long des chemins, à la chicane [, Voy. de Bachaumont et Chapelle, p. 41, La Haye, 1714]

chicane

CHICANE. n. f. T. de dénigrement qui désigne des Procès en général, et, dans un sens particulier, l'Abus que font certaines personnes des ressources et des formalités de la procédure. Redouter la chicane. Aimer la chicane. Les détours, les ruses de la chicane.

Fam., Gens de chicane, Ceux qui s'occupent de procédure, comme huissiers, agréés, avoués, etc.

Il se dit, par extension et familièrement, de Toute objection sophistique ou trop subtile, de toute contestation mal fondée, en quelque matière que ce soit. Toutes ces raisons, toutes ces objections ne sont que de pures chicanes. Vous me faites là une chicane, une mauvaise chicane. Chercher chicane à quelqu'un. Faire à un auteur une chicane de mots.

chicane


CHICANE, s. f. CHICANER, v. n. et a. Au propre, chicane est une subtilité, en matière de procès. = Au figuré, il se dit des subtilités captieûses, dans les disputes de l'École, ou de la conversation; et des contestations mal fondées que l'on fait au jeu, ou en toute aûtre chôse. — Chicaner a ces deux sens; user de chicane, faire des chicanes. — Il est quelquefois actif: il chicane tous ses voisins, il leur intente des procès à tous. Vous chicanez trop ce discours, vous le critiquez mal-à-propos. — Chicaner sa vie, se dit d'un acusé qui se défend bien, et qui tâche, par toute sorte de moyens, de reculer l'arrêt de sa condamnation. "Cette confirmation étoit peu nécessaire, car les prisoniers ne chicanèrent point leur vie.
   CHICANER, se dit figurément des chôses qui font de la peine, quoique souvent peu considérables. "Cela me chicane: "Il a un rhumatisme qui le chicane depuis long-temps. — Mde de Sévigné emploie le substantif en ce sens. "Le Chevalier est au coin de son feu, incomodé d'une hanche: c'est une étrange chicane, que celle que lui fait ce rhumatisme.

Synonymes et Contraires

chicane

nom féminin chicane
1.  Difficulté soulevée dans un procès.
-familier: avocasserie -vieux: chicanerie.
2.  Littéraire. Querelle de mauvaise foi.
argutie, dispute, tracasserie -familier: bisbille, chamaille, chamaillerie, chinoiserie, chipotage -vieux: chicanerie.
Traductions

chicane

נצחנות (נ)

chicane

vitterij

chicane

chicana

chicane

[ʃikan] nf
(= obstacle) → zigzag
(= querelle) → squabble