chicheté

chicheté

n.f.
Aux Antilles, avarice.

CHICHETÉ

(chi-che-té) s. f.
Épargne basse et sordide.
La faute vient premièrement du père qui, par sa chicheté, a comme forcé son fils à lui ravir ce qu'il ne lui a pas voulu bailler de bon gré [, Francion, liv. VIII, p. 341]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    .... S'en mocquoient et disoient que c'estoit par chicheté [COMM., II, 8]
    Son mari est si fort donné à chicheté et avarice, Qu'il est du tout deliberé Ne lui querir point de nourrisse [COQUILL., Les droits nouveaux.]
  • XVIe s.
    Il retumba de rechef en la maladie qu'il avoit de longue main enracinée et née en luy, c'estoit l'avarice et la chicheté [AMYOT, P. Aem. 38]
    Faute de moiens ou quelque chicheté empescherent cela [D'AUB., Hist. II, 441]
    Les despenses prodiguées à telle splendeur ne sentoient plus ce prince [Henri IV], sur la peau duquel les miseres avoient laissé longtemps la crasse de la chicheté [ID., ib. III, 544]
    Qu'il se contente de l'espargne et chicheté de sa table [MONT., II, 79]

ÉTYMOLOGIE

  • Chiche.