chiffonnier, ière

CHIFFONNIER, IÈRE

(chi-fo-nié, niê-r') s. m. et f.
Celui, celle qui va, la nuit principalement, ramasser les chiffons par la ville.
Ce monsieur du journal m'appelle jacobin, homme horrible, ordurier, chiffonnier [P. L. COUR., I, 281]
Fig. C'est un chiffonnier, ce n'est qu'un chiffonnier, se dit d'un homme qui, ramassant partout des nouvelles de mauvais aloi, les débite au hasard ; se dit aussi d'un homme tracassier.
S. m. Petit meuble à tiroirs, où les femmes serrent leurs chiffons et leurs travaux d'aiguille. On trouve aussi, en ce sens, chiffonnière au féminin, beaucoup moins usité.
Ils passent leur vie dans leurs appartements où ils ne voient que des lustres, des bougies, des glaces, des secrétaires, des chiffonnières [BERN. DE SAINT-PIERRE, Étude IV]

ÉTYMOLOGIE

  • Chiffon.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHIFFONNIER. Ajoutez :
    Nom donné à des colporteurs qui vont dans les campagnes acheter des chiffons et des peaux. Les chasseurs et les colporteurs dits chiffonniers mettent aussi le feu dans les bois [, Enquête sur les incendies des Landes, p. 95, 1873]
    Les chiffonniers colporteurs achètent les peaux dans les campagnes ; ils ont donc intérêt à ce que l'élève du bétail soit prospère [, ib. p. 96]