cime

cime

n.f. [ du lat. cyma, pousse de chou, pointe d'arbre ]
Extrémité supérieure pointue d'une montagne, d'un arbre : D'avion, on ne voit que la cime des peupliers
faîte, tête : Un drapeau flotte à la cime de la montagne
CIMECaen Innovation Marché Entreprise

CIME

(si-m') s. f.
Le haut pointu d'un arbre, d'une montagne, d'un clocher.
Du Taurus escarpé nous franchissons la cime [VOLT., Scythes, I, 3]
Semblable à ces hautes montagnes dont la cime, au-dessus des nues et des tempêtes, trouve la sérénité dans sa hauteur et ne perd aucun rayon de la lumière qui l'environne [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Elle-même aux cerfs pourchassés Prépare de profonds asiles Sur la cime des monts glacés Contre les chiens les plus agiles [GOMBAULT, dans RICHELET .]
Ainsi d'un champ d'épis se recourbe la cime Sous l'haleine du vent qui les touche et s'enfuit [MASSON, Helvétiens, VI]
Poétiquement. Le mont à double cime, la double cime, c'est-à-dire le Parnasse. Les nymphes de la double cime, les Muses.
Fig.
On ne pourrait faire sentir que par une trop grande discussion la difficulté et le prix de ces sortes d'ouvrages, que n'estiment peut-être pas assez ceux qui ne se plaisent que sur la cime la plus élevée de la théorie [FONTEN., Sauveur.]
Terme de botanique. Cime, voy. CYME.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li arbre qui cheü seront Se dresseront tuit contre mont ; à mont torneront lor racines ; Contre terre seront les cymes [, Adam, mystère, p. 76]
  • XIIIe s.
    Lors [il] lui conte de la racine Dusqu'en la cyme ses meffais [, Roman de Robert le diable]
  • XVe s.
    Iceulx supplians se prindrent à copper des cymeaulx du dit arbre [DU CANGE, cimeyae.]
  • XVIe s.
    Là s'eslevoit la cyme forestiere D'Ide [le mont Ida].... [RONS., 603]
    L'office de censeur, qui estoit à Rome la cyme de dignité où pouvoit atteindre un citoyen romain [AMYOT, Caton.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. cim, sim, cima ; catal. cim ; espagn. et ital. cima ; portug. cimo ; du latin cyma et cuma, tendron, cœur de chou, qui dans les langues romanes, a pris le sens d'extrémité de la tige, et de là, celui de tout sommet ; du grec , jeune pousse, venant du verbe signifiant : être gonflé par ce qui est engendré, par le bourgeon, par l'embryon.

cime

CIME. n. f. La partie la plus haute d'une montagne, d'un rocher, d'un arbre, etc. La cime de la montagne était couverte de neige. La cime d'un roc. Les écureuils montent jusqu'à la cime des plus grands arbres. La cime d'un clocher.

Poétiq., Le mont à double cime, ou simplement La double cime, Le Parnasse.

cime


CIME, s. f. [2e e muet.] Sommet. Il ne dit que des arbres, des montagnes, des rochers. — On apèle le Parnasse, la double cime, en langage poétique. La Motte dit du Télémaque:
   Les Nymphes de la double cime
   Ne l'afranchirent de la rime
   Qu'en faveur de la vérité.
   Rousseau dit, dans le même sens, la double colline. Voy. COLLINE.

Synonymes et Contraires

cime

nom féminin cime
1.  Extrémité supérieure.
2.  Littéraire. Ce qu'il y a de plus élevé.
apogée, summum, zénith -littéraire: faîte.
Traductions

cime

Spitze, Kulm, Stift, Zacke, Zinke, Zipfelpeak, summit, acme, point, tip, apex, climax, culmination, highlight, zenith, top, treetopspits, top, toppunt, hoogtepunt, neus, piek, punt, tip, topje, kruinפסגה (נ), צמרת (נ), קודקוד (ז), ראש (ז), ראש ההר (ז), שיא (ז), צַמֶּרֶת, שִׂיא, רֹאשׁ, פִּסְגָּהcim, punta, punxaspids, topαιχμή, ακμήkulmino, pintocima, culminación, extremo, punta, vérticekärkipunta, culmineápice, extremidade, pico, pontavîrfвершина (sim)
nom féminin
partie la plus haute et pointue la cime d'un arbre la cime d'une montagne

cime

[sim] nftop (= montagne) → peak