citoyen, enne


Recherches associées à citoyen, enne: cosmopolite

CITOYEN, ENNE

(ci-to-iin, iè-n' ; plusieurs disent ci-toi-iin, iè-n') s. m. et f.
Celui, celle qui jouit du droit de cité dans un État. Exercer les droits de citoyen.
Le titre glorieux de citoyen romain [CORN., Nicom. I, 2]
J'espère de vous faire voir qu'Archias est citoyen romain [PATRU, Traduction du discours pour Archias]
Les comédiens n'avaient qu'à déclarer qu'ils n'exerceraient plus leur profession, jusqu'à ce qu'on eût traité les pensionnaires du roi comme les autres citoyens qui n'ont pas l'honneur d'appartenir au roi [VOLT., Lett. à Mlle Clairon, 27 août 1761]
Athènes était libre, c'était le centre d'une république, ses citoyens étaient égaux [LA BRUY., Discours sur Théoph.]
Les citoyens de Paris et tout ce qui tenait à la robe voyait dans le parlement un corps auguste qui.... [VOLT., Louis XIV, 4]
Un bon citoyen, un homme soumis aux lois.
Aussi bon citoyen que véritable amant [CORN., Hor. I, 4]
Vous pensez en excellent citoyen, et vous vous exprimez en grand poëte [VOLT., Lett. Abbé Delille, 19 juin 1761]
Absolument, dans le même sens que bon citoyen.
Nous sommes tranquilles, et tous ces gens-là sont des perturbateurs ; nous sommes citoyens, et ils sont séditieux [ID., Lett. Helvétius, 27 oct. 1760]
Enfin le prince de Condé se résolut à une guerre qu'il eût dû commencer du temps de la Fronde, s'il avait voulu être le maître de l'État, ou qu'il n'aurait dû jamais faire s'il avait été citoyen [ID., Louis XIV, 5]
Les excellentes méthodes que vous avez données pour élever des jeunes gens en citoyens [ID., Lett. la Chalotais, 27 sept. 1764]
Je me suis avisé de devenir citoyen, après avoir été longtemps rimailleur et mauvais plaisant [ID., Lett. l'Abbé Irail, 4 déc. 1761]
On lui sut à Paris beaucoup plus mauvais gré de la suppression de quelques rentes, qu'on ne fut sensible au bien général qu'il faisait : il y avait plus de bourgeois que de citoyens [ID., Louis XIV, 29]
Un grand citoyen, un homme dont tous les actes ont le bien du pays pour objet. Titre qui, pendant la république française, avait remplacé le mot de monsieur. Bonjour, citoyen. Le citoyen un tel. Familièrement et par plaisanterie.
De voir autour de soi croître dans sa maison, Sous les paisibles lois d'une agréable mère, De petits citoyens dont on croit être père [BOILEAU, Sat. X]
Plus familièrement encore. C'est un drôle de citoyen, c'est un homme bizarre, fantasque.
Habitant d'une cité, d'un pays. Les diverses classes de citoyens.
Rien n'est privé dans leur vie [des grands] ; l'étranger, dans les cours les plus éloignées, a les yeux sur eux comme le citoyen [MASS., Petit carême, Purification.]
.... Que je ne conseillerais ni à une Parisienne d'aller dans les Alpes ni à une citoyenne de nos rochers d'aller à Paris [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 22 juillet 1761]
On ordonnait, sous peine de la vie, à tous les citoyens de sortir en armes hors de leurs maisons, et de se ranger sous les drapeaux de leurs quartiers [ID., Louis XV, 21]
Nous voyons cent fois plus de diamants aux oreilles, au cou, aux mains de nos citoyennes de Paris et de nos grandes villes qu'il n'y en avait chez toutes les dames de la cour de Henri IV [ID., L'homme aux 40 écus, Préambule]
Il y avait beaucoup plus de gens de robe et de simples citoyens que d'officiers [ID., Louis XV, 1]
Citoyen du monde, citoyen de l'univers, homme qui met les intérêts de l'humanité au-dessus de la patrie.
Celui-là se pouvait dire citoyen du monde, avec autant de droit que cet autre des Athéniens qui s'en vantait [VOIT., Lett. 126]
Fig.
Il perd le droit et le privilége de citoyen des saints [MASS., Prosp.]
On ne sera pas étonné qu'il [M. de Malezieu, de l'Académie des sciences et de l'Académie française] fût citoyen de deux États si différents [FONTEN., Malézieu.]
Familièrement.
Les citoyennes des étangs [les grenouilles] [LA FONT., Fabl. VI, 12]
Comme ils sont dodus et gras Ces bons citoyens du Maine ! [BÉRANG., Chapons.]
Dans le sens de concitoyen.
Ils le vinrent prier de leur rendre leurs citoyens qu'il avait faits prisonniers [D'ABLANCOURT, Arrien, liv. I, dans RICHELET]
Faire du bien à ses citoyens [BOSSUET, Hist. II, 6]
Adj. Dévoué aux intérêts de son pays. Ministre, soldat citoyen.
Oh ! si ces vers, vengeurs de la cause publique.... Obtiennent de mon roi quelques regards amis, S'il prête à ma faiblesse un bras qui la soutienne, On verra de nouveau ma muse citoyenne Flétrir ces novateurs.... [GILB., Le XVIIIe siècle]
Supposez que la passion de faire le bien de l'État, passion qui anime le gouvernement actuel sous un roi citoyen... [, Éphémérides, t. II, p. 58, 1766]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E se tu vols parler de mun povre lignage, Des citehains de Lundres fui nés en cel estage [, Th. le mart. 87]
  • XIIIe s.
    Li citien des villes ne deivent issir hors de la cité par allors que par les portes [, Liv. de just. 65]
    Note que trois manieres de causes sunt : criminel, esperitel et citeenne ; et la quarte est meslée [, ib.]
  • XIVe s.
    Et ancor quert il plus ou doit querir felicité pour soy et pour les citoiens de sa cité [ORESME, Eth. 316]
    Ceulx qui mettent et ordenent les loys, estudient, labeurent et font par lours loys que les citoiens se acoustument à estre bons par bonnes operacions [, ib. 34]
    Et Glorians chevauche, li damoisiaus adrois, Les chitoiens assaut à six mil Boulenois [, Baud. de Seb. IV, 32]
    Renonçons à toutes deffenses de fait et de droit canon ou citoyen [civil] [DU CANGE, civilis.]
  • XVe s.
    Quand les citoyens virent la maniere d'eux, ils fermerent leur ville, afin que plus n'y en entrast [FROISS., II, III, 88]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. ciutadan, ciptadan ; catal. ciutadá ; espagn. ciudadano, portug. cidadão ; ital. cittadino ; d'un bas-latin civitadanus, de civitas, cité.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CITOYEN. Ajoutez :
    Il s'est dit pour concitoyen.
    Couvert du sang de leurs citoyens [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]
    Sylla, étant méchant, rendit ses citoyens bons ; et Lysandre rendit ses citoyens pires que lui [RAC., Lexique, éd. P. Mesnard.]

    HISTORIQUE

    • XIIIe s. Ajoutez :
      Ne fuissez citoien [si vous n'étiez citoyen] de parenté majur, Jà fuissiez vus à mort livrez e à dulur [, Vie de seint Auban, publ. par Atkinson, Londres, 1876, V. 547]