clabaud

(Mot repris de clabauds)

CLABAUD

(kla-bô) s. m.
Terme de vénerie. Chien à oreilles pendantes, qui aboie mal à propos, c'est-à-dire sans être sur les voies de la bête. Le veneur n'a point confiance en ce chien ; c'est un clabaud.
Par extension. Ce chapeau fait le clabaud, il est clabaud, il a les bords pendants.
Un chapeau clabaud par-dessus mon bonnet [J. J. ROUSS., Conf. VI]
Demandez à votre écuyer si vous n'aviez pas votre chapeau en clabaud et si vous n'étiez pas noir comme un diable et poudreux comme un courrier, à la bataille de Fontenoi [VOLT., Lettr. Richelieu, 16 juillet 1756]
Fig. Personne qui crie beaucoup et sans cause.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ces clabaux de village [DESPER., Contes, LVI]
    .... Sans levriers, sans clabauts Avez forcé le cerf et par monts et par vaux [, Œuvres de BAÏF, p. 57, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, clabaud, qui a les oreilles pendantes ; wallon, clabot, clochette pendue au cou des animaux ; du germanique : holland. klappen ; allemand klaeffen, bavarder, faire du bruit ; ancien haut allem. klaffôn (comp. GLAPIR). On voit la série des sens : chien qui aboie mal à propos ; mais, ce chien ayant les oreilles pendantes, le mot prend aussi l'acception de pendant, tombant. Ce mot, qui n'est pas très ancien dans la langue, paraît être venu par nos provinces du nord.

clabaud

CLABAUD. n. m. T. de Chasse. Chien de chasse qui a les oreilles pendantes et qui aboie fortement sans être sur les voies de la bête. Il se dit, par extension, d'un Chien qui aboie mal à propos.

clabaud


CLABAUD, s. m. [Clabô, 2e lon.] Au propre, chien de chasse, qui a les oreilles pendantes, et qui se récrie mal-à-propôs sur les voies. = Au figuré; homme stupide et grossier, qui parle beaucoup et mal-à-propôs. = On dit aussi, figurément et familièrement, d'un chapeau qui a les bords pendans, qu'ils est clabaud, qu'il fait le clabaud.