clandestin, ine

CLANDESTIN, INE

(klan-dè-stin, sti-n') adj.
Qui se fait en cachette. Un écrit clandestin. Une réunion clandestine.
Un mariage clandestin [LA FONT., Fab. IV, 1]
Un hymen clandestin mit ce prince en son lit [RAC., Iph. IV, 4]
Un rapport clandestin n'est pas d'un honnête homme ; Quand j'accuse quelqu'un, je le dois et me nomme [GRESSET, Méchant, V, 4]
Par extension, caché.
Il ne se renferme point dans les lieux clandestins de sa débauche [DIDER., Éloge de Richardson.]
Il m'est très important que Genève, qui n'est qu'à une lieue de mon séjour, ne passe point pour un magasin clandestin d'éditions furtives [VOLT., Lett. Damilaville, 2 févr. 1761]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Par clandestine aliance [BERCHEURE, f° 62, verso.]
  • XVIe s.
    Et si ses clandestins et secrets rapports poignans en derriere n'engendrent pas soudainement un ulcere [AMYOT, Comment disc. le flatt. 42]
    [La honte et la crainte] sorties du maudit et clandestin mariage de l'esprit humain avec la persuasion diabolique [CHARRON, Sagesse, I, 34]

ÉTYMOLOGIE

  • Le latin clandestinus, de clam, en cachette.