clef ou clé

CLEF ou CLÉ

(klé ; l'f ne se prononce jamais ; au pluriel l's se lie : les clefs étaient.... dites : les klé-z étaient) s. f.
Instrument ordinairement en fer, servant à ouvrir et à fermer une serrure. Une clef de caisse, de secrétaire, de bureau.
Il est bien assuré que l'angoisse qu'il porte Ne s'emprisonne pas sous les clefs d'une porte [MALH., I, 4]
La foi, l'honneur et la raison Gardent la clef de leur prison [MALH., VI, 10]
Dans une armoire dont j'ai la clef [BOSSUET, Lettr. Corn. 142]
J'en garde la clef [MOL., l'Étour. V, 1]
Un endroit dont il gardait toujours la clef [FÉN., Tél. VIII]
La clef du coffre-fort et des cœurs, c'est la même ; Que si ce n'est celle des cœurs, C'est du moins celle des faveurs [LA FONT., Le petit chien.]
Fermer à clef, à la clef, avec la clef, fermer à un, deux tours.
C'est un miracle.... qu'il ne m'ait.... Enfermée à la clef [MOL., Éc. des maris, I, 2]
Fermant sur lui la porte à la clef [J. J. ROUSSEAU, Ém. II]
Cette porte ferme à clef, elle est munie d'une serrure.
Les portes de beaucoup de maisons ne fermaient point à la clef [BERN. DE S.-P., Paul et Virg.]
Fausse clef, clef imitée ou non, dont les voleurs se servent pour ouvrir les serrures. Gentilshommes de la clef d'or, certains grands officiers de la cour d'Autriche, d'Espagne et autres, qui ont le droit d'entrer dans la chambre des princes, et qui, en signe, portent une clef d'or à leur ceinture. Clef de chambellan, charge de chambellan. Fig. Jeter, mettre les clefs sur la fosse, renoncer à la succession d'une personne parce qu'elle doit trop : locution qui vient de ce que, dans l'ancien droit, la personne qui renonçait mettait effectivement les clefs sur la fosse. Fig. Mettre la clef sous la porte, déménager furtivement.
Le premier, mourant de faim, a mis la clef sous la porte et s'en est allé [P. L. COUR., II, 286]
Fig. Prendre la clef des champs, s'évader, prendre la fuite. Donner la clef des champs, donner la permission de sortir, de s'en aller. Avoir la clef des champs, être en liberté d'aller où l'on veut.
Caliste N'eut pas la clef des champs, qu'adieu les livres saints [LA FONT., Coupe.]
Il [mon génie] veut, pour se produire, avoir la clef des champs ; C'est lors qu'il court d'haleine et qu'en pleine carrière, Quittant souvent la terre en quittant la barrière, Puis d'un vol élevé se cachant dans les cieux, Il rit du désespoir de tous ses envieux [CORN., Excuse à Ariste.]
Fig. Sous clef, en prison. Une lettre de cachet le tenait sous clef. Dans un autre sens, tenir sous clef, tenir caché.
Il tient la vertu dans le cabinet ou sous la clef [BOSSUET, Honn. 3]
M. de Noailles, tout dévotement, était sournoisement dans le même goût [des filles et des pots] sous cent clefs [SAINT-SIMON, 95, 7]
J'écris à Cramer et je lui mande qu'il mette les autres exemplaires sous la clef [VOLT., Lett. Richelieu, 19 juillet 1773]
Terme de blason. Il y a des clefs posées en pal, en sautoir, ou couchées, ou adossées selon la disposition des pannetons. Le pape porte deux clefs posées en sautoir.
Les clefs d'une ville, les clefs qui ferment les portes de la ville. Présenter les clefs d'une ville au vainqueur, se rendre.
Utrecht envoya ses clefs et capitula avec toute la province [VOLT., Louis XIV, 9]
Qu'aisément ils [les étrangers] ouvraient les portes Dont nous avions livré les clefs [BÉRANG., Cocarde.]
Fig. Passage, place par où l'on peut avoir accès dans un pays. Les Thermopyles sont la clef de la Grèce.
Il livra le Havre de Grâce, c'est-à-dire la clef du royaume [BOSSUET, Déf.]
Pour le Guipuscoa, c'était un leurre de le prendre pour une clef d'Espagne [SAINT-SIMON, 82, 69]
Terme de théologie. La puissance des clefs, la puissance d'ouvrir et de fermer le paradis, de lier et de délier, de condamner et d'absoudre, que Jésus-Christ donna à ses apôtres. Les clefs de saint Pierre, l'autorité du saint-siége. Les clefs du royaume des cieux, la puissance de lier et de délier.
Le grand principe de MM. Claude et Jurieu est que Jésus-Christ a donné les clefs non au corps des pasteurs, mais au corps de toute l'Église [FÉN., II, 29]
Ce qui ouvre, ce qui prépare, ce qui explique.
Ne leur donnez jamais la clef de vos affaires [FÉN., Tél. XXIV]
Les gens artificieux avaient trouvé la clef de son cœur [ID., ib. XVI]
Tout autant de dévotions que vous trouverez dans ce livre sont autant de clefs du ciel [PASC., Prov. 9]
Les langues sont la clef ou l'entrée des sciences, et rien davantage [LA BRUY., XII]
C'est une des clefs qui ouvrent l'intelligence des prophéties [BOSSUET, Hist. II, 9]
La générosité étant comme la clef des autres vertus [DESC., Pass. 161]
Nous aurions en main la clef du mystère [BOSSUET, Avert. 2]
À moins qu'on n'ait la clef de tout le mystère [ID., Var. 4]
Peut-être tirerait-on des mêmes principes la clef des faux jugements [J. J. ROUSS., Hél. IV, 11]
Ceux qui n'auraient vu dans la chimie qu'une suite d'expériences curieuses, de théories abstraites, apprenaient à la regarder comme la clef de l'histoire naturelle [CONDORCET, Bucquet.]
La clef du caveau. Voy. CAVEAU.
Convention d'après laquelle on peut lire une écriture secrète. Clef du chiffre, alphabet convenu d'avance qui sert soit à chiffrer soit à déchiffrer les dépêches secrètes. Explication de caractères énigmatiques, ou de noms supposés. La clef de la cabale. Les clefs du livre des Caractères de la Bruyère. Ajouter une clef à un ouvrage, faire connaître le nom des personnes à qui il est fait allusion.
Par extension, ensemble de connaissances ou de renseignements nécessaires pour comprendre une chose. La clef d'un système de philosophie. La clef d'une affaire.
Vous pourriez prendre certaines vues justes qui vous donneraient une clef générale de tous les détails [FÉN., XVIII, 380]
Voilà, sublime dervis, la clef de la nature [MONTESQ., Lett. pers. 97]
Et qu'est-ce que la vie ? Un réveil d'un moment ! Labyrinthe sans clef ! question sans réponse ! [LAMART., Harm. III, 9]
Clef des fêtes mobiles, indication à l'aide de laquelle on connaît les jours où tombent les fêtes mobiles.
Terme de musique. Caractère de musique posé au commencement d'une portée, pour déterminer le degré d'élévation de cette portée dans le clavier général et indiquer le nom des notes placées sur la ligne de la clef. Il y a trois clefs, la clef de fa, la clef de sol et la clef d'ut.
On voit que, pour rapporter une clef à l'autre, il faut les rapporter toutes deux sur le clavier général, au moyen duquel on voit ce que chaque note de l'une des clefs est à l'égard de l'autre ; c'est par cet exercice réitéré qu'on prend l'habitude de lire aisément les partitions [J. J. ROUSS., Dict. de musique, clef.]
De quelque caractère que puisse être une voix ou un instrument, pourvu que son étendue n'excède pas à l'aigu ou au grave celle du clavier général, on peut lui trouver une portée et une clef convenables [ID., ib.]
Fig.
Laisse-moi ton bémol, prends la clef de nature [RÉGNIER, Sat. X]
Ce qui, dans les arts, sert à ouvrir, à fermer, à serrer, à détendre, à monter et à démonter des instruments, des appareils, des machines, etc. Fig.
Que l'argent est la clef de tous les grands ressorts [MOL., Éc. des f. I, 6]
La clef d'un robinet, la partie mobile qui sert à l'ouvrir et à le fermer. La clef d'un poêle, petite bascule de la largeur du tuyau à l'intérieur duquel elle est placée, et qui est posée sur un axe mobile qui sert à la faire mouvoir. La clef d'une montre, d'une pendule, petit instrument creusé en carré avec lequel on monte le ressort. La clef d'un piano, d'une harpe, instrument qui sert à tourner les chevilles sur lesquelles les cordes sont enroulées. Les clefs d'un instrument à vent, les pièces mobiles au moyen desquelles le musicien ouvre et ferme les trous de l'instrument. Clef de pressoir, la vis qui serre et desserre le pressoir. Une clef de voiture, l'instrument qui sert à monter, à démonter et à serrer les écrous. Clef de lit, instrument avec lequel on tourne les vis pour monter et démonter un bois de lit. Clef de pistolet, de carabine, d'arquebuse à rouet, se disait autrefois de l'instrument avec lequel on bandait ces armes. Clef d'étau, morceau de fer qui sert à serrer l'étau. Clef anglaise, espèce de marteau à deux mâchoires, dont une se meut par une vis et qui sert à serrer et à desserrer. Clef de forceps, petit instrument de fer destiné à fixer le bouton qui unit les branches du forceps. Clef de trépan, petit instrument d'acier qui sert à monter la pyramide du trépan et à la démonter quand la voie de la couronne est assurée.
10° Terme d'architecture. Clef de voûte, pierre du milieu et du haut d'une voûte, et qui, étant plus étroite en bas qu'en haut, presse et affermit toutes les autres pierres composant la voûte.
[Il voyait] .... les feux dispersés dans des nuits embaumées, Calculant sans compas leurs courbes enflammées, Sous la voûte sans clef flottant de toutes parts [LAMART., Harm. II, 12]
Fig. Le point capital d'une affaire.
Les règlements ne sont que le cintre de la voûte dont les mœurs forment la clef [J. J. ROUSS., Contr. II, 12]
Clefs du crâne, nom donné autrefois aux os wormiens,
11° Dans les métiers, ce qui sert à fixer, tenir ferme, élargir. Clef de poutre, courte barre de fer dont on arme chaque bout d'une poutre et qu'on scelle dans les murs où elle porte. Clef de charpenterie, pièce de bois qui est arc-boutée par deux décharges pour fortifier une poutre. Clef de menuiserie, tenon qui entre dans deux mortaises, collé et chevillé pour l'assemblage des panneaux. Terme de tourneur. Espèce de coin de bois, d'un pied de longueur et d'un pouce d'épaisseur qui, entrant dans une mortaise ménagée à la queue des poupées, les affermit sur les jumelles, par-dessous lesquelles ces clefs sont placées. Terme de cordonnier. Clef de forme, morceau de bois qu'on fourre dans une forme brisée pour élargir le soulier. Clef d'embouchoir, morceau de bois que l'on met dans l'embouchoir pour élargir les bottes. Clef de relevée, tige à anneau servant de tête de sonde. Clef de retenue, canal où glisse une tige de sonde. Dalle de pierre mobile placée sur la voûte d'une fosse d'aisance pour en boucher l'entrée. On dit aussi tampon.
12° Terme de marine. Pièce de charpente placée horizontalement pour tenir un bâtiment droit dans sa forme. Clefs de ber, arcs-boutants dont un bout s'appuie sur les bords de la cale. Petit billot qu'on enfonce entre les varangues des bâtiments en construction. Gros boulon carré traversant la caisse des mâts de hune pour les supporter. Être en clef, en parlant d'un mât supérieur qui, ayant atteint sa hauteur, repose sur la clef seule.
Demi-clef, sorte de nœud très simple dont la propriété est de se serrer beaucoup lorsque le cordage est fort tendu, et de se défaire très aisément lorsque le cordage est lâche [JAL, ]
13° Terme de dentiste. Clef anglaise ou clef de Garengeot, instrument qui sert à arracher les dents.
14° Terme de vénerie. Clefs de meute, les meilleurs chiens d'une meute.
Les clefs de meute, parvenues à l'endroit où pour mort le traître se pendit, Remplirent l'air de cris [LA FONT., Fabl. XII, 23]
Fig. et familièrement, clef de meute se dit d'un homme qui a beaucoup de crédit dans sa compagnie, dans son parti. Terme de fauconnerie. Se dit des ongles de derrière d'un oiseau de proie.
15° Terme de pêche. Sorte de nœud qui sert à attacher les hameçons aux empiles, les poids aux cordes et les cordes aux piquets.
16° Clef-de-montre, nom d'une plante, la lunaire commune (lunaria annua, L.).

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Tenez les cles de ceste citet large [, Ch. de Rol. LI]
  • XIIe s.
    De Saragoce les cles emporterez [, Ronc. p. 31]
    À prince terrien ne volt ainc Deus baillier Les clefs del ciel, qu'il poent lier et deslier ; Mais as ordenez fait sa poesté traitier [, Th. le mart. 91]
  • XIIIe s.
    [Elle] De tout portoit les cles, qu'ele l'ot deservi [mérité] [, Berte, LIX]
    Le postic [elle] refreme à la clef [, Lai d'Ignaures]
    Li rois Jehans et la crestientés de France et de Lombardie et de Toscane et d'Alemaigne ont assise [assiégé] Damiette, et bien savent que c'est li clés de la terre [, Chron. de Rains, 89]
    C'est la clef de nostre terre, et par illeuc nous vient toute nostre pourveance [, ib. 96]
    Toutes les fois qu'on va penre [prendre] por dete par justice, et cil sor qui on va penre ne veut debonerement monstrer ses chozes, les clés le roi [la force qui ouvre tout] doivent estre fetes [BEAUMANOIR, LIV, 8]
    Li boens rois de Navarre, qui lait si bele terre, Que ne sai où plus bele puisse on troveir ne querre ; Mais hom doit tout laissier por l'amor Dieu conquerre, Ciz voiages est cleis qui paradix desserre [RUTEB., 138]
    Et je regardé une coignée qui gisoit illec, si la levai et dis que je feroie la clef le roy [JOINV., 250]
  • XIVe s.
    Se tu pues sentir ou veoir Que tes ennemis asseoir En bourc, en chastel ou en ville Te veillent, aie tant de guille Qu'adès aies la clef des chans [MACHAULT, p. 113]
  • XVe s.
    Un très fort chastel qui est la clef et l'entrée de Bretagne [FROISS., I, I, 155]
    En le gardant en loyaulté, Soubz clef de bonne voulenté [CH. D'ORL., Bal. 32]
    Mais la despartie [séparation], sans doubte, Est la clef de nostre œuvre toute [LA FONT., 654]
    Il n'y failloit [à l'arbalête] ne corde ne clef pour la descocher [, Perceforest, t. IV, f° 22]
    Quant aux autres qui ne se peurent sauver assez à temps dans icelle ville, ils prirent les clefs des champs à l'adventure, les uns par eaue et les autres par terre [JEAN CHARTIER, p. 266, dans LACURNE]
    Là [après la mort de Philippe, duc de Bourgogne] renonça la duchesse Marguerite sa femme de ses biens meubles, pour la doubte qu'elle ne trouvast trop grands debtes, mettant sur sa representation sa ceinture, avec sa bourse et les clefs, comme il est de coustume [MONSTREL., I, 17]
  • XVIe s.
    Il le conjura fort confidemment de luy donner la clef de ce mystere [, Mém. s. du G. ch. 7]
    Ils passeront deux ou trois heures à jouer au flus, à la sequence, à la condemnade, au trou madame, à la clef, à remue menage [CHOLIÈRES, Contes, f° 174, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. clar ; provenç. clau ; anc. espagn. clave ; espagn. mod. llave ; portug. chave ; ital. chiave ; du latin clavis, clef, dont le radical est dans clau-dere, fermer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CLEF. Ajoutez :
    15° Jeu de clefs ou d'esse, voy. ESSE 2, n° 7.

    REMARQUE

    • On trouve mettre la clef sur la porte, en parlant d'un négociant, d'une compagnie qui est au-dessous de ses affaires et qui les quitte.
      Ses affaires n'en vont pas mieux, elle [une certaine compagnie] est sur le point de mettre la clé sur la porte.... [MAXIME DU CAMP, Rev. des Deux-Mondes, 15 juin 1873, p. 780]
      Cette locution, soit au propre, soit au figuré, est inadmissible. C'est mettre la clef sous la porte qu'il faut (voy. CLEF n° 1, au Dictionnaire). Mettre la clef sur la porte, en ce sens, ne se dit ni ne se comprend.