clin

CLIN1

(klin) s. m.
Action d'incliner, d'abaisser, aujourd'hui usité seulement avec œil.
Donne-m'en d'un clin de tes yeux Un témoignage gracieux [MALH., IV, 5]
Ce n'est ni par le clin de ses yeux, ni par le mouvement de ses sourcils, mais par le branle de sa seule barbe que Jupiter fait trembler l'Olympe [BALZ., le Barbon.]
Clin d'œil, mouvement subit et rapide des paupières qui se ferment et se relèvent. Se faire obéir par un ou d'un clin d'œil.
Protésilas dont ils observaient le moindre clin d'œil [FÉN., Tél. XI]
Non, non, point de clin d'œil, et point de raillerie [MOL., l'Étour. III, 4]
Faire à quelqu'un un clin d'œil en signe d'intelligence.
Souvent elle est chassée par un clin d'œil que lui fait la femme de chambre [SÉV., 209]
Au plur. Des clins d'œil, mais on peut dire aussi, si l'on considère les deux yeux, des clins d'yeux.
A prix de faux clins d'yeux et d'élans affectés [MOL., Tart. I, 6]
En un clin d'œil, en moins d'un clin d'œil, en un moment.
En un clin d'œil tout s'évanouit devant nous [MASS., Car. Riche.]
Vous allez paraître en un clin d'œil devant le tribunal de Dieu [ID., ib. Mort.]
Le tigre, dans l'instant d'un clin d'œil, fait un saut de plusieurs pieds d'étendue [BUFF., Tigre.]
L'âge avance ; on n'est pas plus tôt sorti du collége qu'on a soixante ans ; en un clin d'œil on en a soixante et dix [VOLT., Lett. d'Argental, 25 févr. 1763]
C'est l'affaire d'un clin d'œil, cela ne demande qu'un instant. Cela fut fait d'un clin d'œil, cela fut fait en un instant.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Vous pouvez d'un clin d'œil commander à qui il vous plaira [MONT., II, 313]
    Les dieux, d'un seul clin de leur volonté, peuvent nous empescher de faillir [ID., II, 255]
    Seulement un clin d'œil ou de teste, un ris, un baillement est reprehensible [AMYOT, Comment il faut ouïr, 21]
    Pour obeir à un clin de tes yeux, Je tournerois dessus dessous les cieux [LA BOÉTIE, 482]
    L'apela d'un clin de teste [, Nuits de Straparole, t. II, p. 253, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. CLIGNER.

CLIN2

(klin) s. m.
Terme de marine. Disposition de madriers qui, se joignant à recouvrement, forment le bordage d'une embarcation.

ÉTYMOLOGIE

  • Sans doute de l'ancien verbe cliner, incliner.

clin

CLIN. n. m. Il ne s'emploie que dans l'expression Clin d'oeil. Prompt mouvement de la paupière qu'on baisse et qu'on relève au même instant. Faire un clin d'oeil. Se faire obéir par un clin d'oeil, d'un clin d'oeil.

Faire un clin d'oeil à quelqu'un, Lui faire un signe de l'oeil.

Fam., En un clin d'oeil, en moins d'un clin d'oeil, En un moment, en fort peu de temps. Il disparut en un clin d'oeil. Cela fut fait en moins d'un clin d'oeil.

clin

Un clin d'oeil, Nictus oculi.

clin


CLIN, s. m. [M. Dandré-Bardon écrit comme on prononce: Clein d'oeil. C'est une mauvaise ortographe.]
   CLIN ne se dit qu'avec oeil: un clin-d'oeil, prompt mouvement de la paupière, qu'on baisse et qu'on relève en même temps. — Faire un clin d'oeil à quelqu'un; lui faire un signe de l'oeil. — En un clin d'oeil, en un moment, en fort peu de temps.