clocher

(Mot repris de clochants)

1. clocher

n.m. [ de 1. cloche ]
Construction élevée au-dessus d'une église et qui abrite les cloches ; campanile.
Esprit de clocher,
parti pris en faveur des gens parmi lesquels on vit.
Querelle, rivalité de clocher,
querelle, rivalité purement locale, souvent pour des riens.

2. clocher

v.i. [ lat. pop. cloppus, boiteux ]
Fam. Présenter un défaut ; aller de travers : Quelque chose cloche dans cette histoire.

clocher


Participe passé: cloché
Gérondif: clochant

Indicatif présent
je cloche
tu cloches
il/elle cloche
nous clochons
vous clochez
ils/elles clochent
Passé simple
je clochai
tu clochas
il/elle clocha
nous clochâmes
vous clochâtes
ils/elles clochèrent
Imparfait
je clochais
tu clochais
il/elle clochait
nous clochions
vous clochiez
ils/elles clochaient
Futur
je clocherai
tu clocheras
il/elle clochera
nous clocherons
vous clocherez
ils/elles clocheront
Conditionnel présent
je clocherais
tu clocherais
il/elle clocherait
nous clocherions
vous clocheriez
ils/elles clocheraient
Subjonctif imparfait
je clochasse
tu clochasses
il/elle clochât
nous clochassions
vous clochassiez
ils/elles clochassent
Subjonctif présent
je cloche
tu cloches
il/elle cloche
nous clochions
vous clochiez
ils/elles clochent
Impératif
cloche (tu)
clochons (nous)
clochez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais cloché
tu avais cloché
il/elle avait cloché
nous avions cloché
vous aviez cloché
ils/elles avaient cloché
Futur antérieur
j'aurai cloché
tu auras cloché
il/elle aura cloché
nous aurons cloché
vous aurez cloché
ils/elles auront cloché
Passé composé
j'ai cloché
tu as cloché
il/elle a cloché
nous avons cloché
vous avez cloché
ils/elles ont cloché
Conditionnel passé
j'aurais cloché
tu aurais cloché
il/elle aurait cloché
nous aurions cloché
vous auriez cloché
ils/elles auraient cloché
Passé antérieur
j'eus cloché
tu eus cloché
il/elle eut cloché
nous eûmes cloché
vous eûtes cloché
ils/elles eurent cloché
Subjonctif passé
j'aie cloché
tu aies cloché
il/elle ait cloché
nous ayons cloché
vous ayez cloché
ils/elles aient cloché
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse cloché
tu eusses cloché
il/elle eût cloché
nous eussions cloché
vous eussiez cloché
ils/elles eussent cloché

CLOCHER1

(klo-ché ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel l's se lie : des clochers élevés, dites : kloché-z élevés) s. m.
Bâtiment élevé qui fait partie d'une église et dans lequel on suspend les cloches.
La Nuit baisse la vue et du haut du clocher Observe les guerriers, les regarde marcher [BOILEAU, Lutr. III]
C'est ainsi que du sein des vastes métropoles On voit un riche amas d'édifices épars S'élancer en clochers, s'arrondir en coupoles, Ou s'étendre et s'enfuir en immenses remparts [MASSON, Helv. II]
Fig. Placer le clocher au milieu de la paroisse, mettre à la portée de chacun ce qui doit servir à tous. Fig. N'avoir vu que son clocher, que le clocher de son village, n'avoir point quitté son pays, être sans expérience du monde. Se battre avec les pierres du clocher, se dit d'un bénéficier qui jouit par provision d'un bénéfice qu'on lui conteste, et, en général, de tout homme qui se sert contre ses adversaires de l'objet en litige.
Voyons le court détail de cette affaire, dont la cabale [contre le duc de Bourgogne] se battit, comme on dit, avec les pierres du clocher [SAINT-SIMON, 213, 125]
Course au clocher, course à cheval, qui, comme si elle avait pour but un clocher vu de loin, va à travers champs et franchit haies et fossés. Des rivalités de clocher, des jalousies de village à village ou de petite ville à petite ville ; et de même : cela n'a pas d'intérêt général, c'est une question de clocher.
Paroisse, église. Il y a tant de clochers en France.

PROVERBES

  • Un curé n'a besoin d'autre titre que de son clocher pour demander ses dîmes, c'est-à-dire la chose dont il s'agit est de droit commun et n'a besoin d'être appuyée d'aucun titre.
  • Tirer du clocher, employer la dernière ressource qui reste.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ainz que sainz Thomas fust ocis el saint mustier, Grant processiun vit aler lez le clochier [, Th. le mart. 164]
    Li bacon [jambons] ardent, si chieent [tombent] li lardié ; Et li sainz [la graisse] fait le grant feu esforcier, Fiert soi es tors et el maistre cloichier [, Raoul de C. 60]
  • XIIIe s.
    Tant [ils] vont que de Paris ont maint clocher veü [, Berte, CXXXVII.]
    [La tour] haute est amont comme clokier [, Fl. et Bl. 1817]
  • XVIe s.
    Il est feste en sa paroisse, on carillonne en son clocher [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 8]

ÉTYMOLOGIE

  • Cloche ; bourguig. quiochey ; normand, cliocher ; picard, clokier.

CLOCHER2

(klo-ché) v. n.
Boiter en marchant. Clocher du pied droit.
Qu'as-tu à clocher ? es-tu boiteux aussi bien qu'aveugle ? [D'ABLANCOURT, Lucien, Timon ou le misanthrope]
.... C'est grand' honte Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils [LA FONT., Fabl. III, 1]
Fig.
Jusques à quand clocherez-vous de deux côtés ? Nul ne peut servir deux maîtres [FÉN., XVIII, 66]
Être défectueux, pécher contre quelque règle. Ce raisonnement cloche. Ce vers cloche, il n'a pas la mesure.
Et que ceux qui veulent gloser doivent bien regarder chez eux s'il n'y a rien qui cloche [MOL., Fourb. II, 1]

PROVERBE

    Il ne faut pas clocher devant les boiteux, il ne faut faire devant les gens rien qui leur reproche quelque défaut naturel, et, en général, rien qui leur rappelle quelque souvenir pénible.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li fil estrange mentirent à mei, li fil estrange sunt enviegi [en route], et clocerent de lur sentes [, Liber psalm. p. 21]
  • XIIIe s.
    Car de poine [elle] clochoit, com cheval qu'on encloue [, Berte, XXXIII]
    Et Renart d'autre part rebroche Le bon destrier, qui pas ne cloche [, Ren. 27180]
    Atant es vos un pelerin Qui vint clochant tot le chemin [, ib. 12946]
    Il leva sus en solevant, Le pié tent avant dont il cloche [, ib. 7303]
    Bien voi de quel pié vous clochiés [, la Rose, 9380]
    Puisque justice cloce, et drois pent et encline, Et verités cancelle, et loiautés decline [RUTEB., 233]
    La beasse qui cloche La cloiche dou cloichier Fist devant li venir, qui la veïst clochier [ID., 182]
    Il ot en sa compaigne dant Hungier l'allemant, Et Rogier de Rosoi, qui un poi va clochant [, Ch. d'Ant. IV, 9]
    Et Robers del Rosoi qui cloce del talon [, ib. XI, 368]
  • XVe s.
    On ne pouvoit à present clocher devant les seigneurs et leurs consaulx ; car ils y veoient trop clair [FROISS., II, II, 100]
    Et s'amans vont faisant les lours, Tantost congnoistray leur deffault ; Jà devant moy clochier ne fault [CH. D'ORL., Rond.]
  • XVIe s.
    Le plus habile d'eux ne se pourra jamais absoudre qu'il ne cloche des deux costés ; or Dieu a declaré par son prophete qu'on ne lui fera jamais trouver une telle clochure bonne [CALVIN, 225]
    Il vaut mieux clocher en la voie que courir legerement hors de la voye [ID., Instit. 605]
    Jusques à ce que vous vous soyez rendus tels devant qui vous n'osiez clocher, et jusqu'à ce que vous ayez honte et respect de vous mesmes, presentez-vous tousjours en l'imagination Caton, Phocion et Aristides.... [MONT., I, 286]
    Les mariages de ce païs-là [Italie] clochent en cecy : leur coustume donne communement la loy si rude aux femmes et si serve.... [ID., III, 367]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, cloker ; provenç. clopchar. Il y a deux étymologies proposées : 1° par Ménage, claudicare, boiter ; 2° par Diez, cloppicare, mot dérivé du bas-latin cloppus, boiteux (voy. CLOPIN). La forme provençale clopchar paraît décider la question en faveur de la seconde étymologie.

CLOCHER3

(klo-ché) v. a.
Terme d'horticulture. Couvrir de cloches.
Avoir deux cents pieds de melons clochés [LA QUINTINYE, Jardins, t. I, dans RICHELET]

ÉTYMOLOGIE

  • Cloche.

clocher

CLOCHER. n. m. Bâtiment de maçonnerie ou de charpente dans lequel sont suspendues les cloches et qui est ordinairement élevé au-dessus d'une église. Petit clocher. Gros clocher. Clocher pointu. Clocher haut, élevé. La flèche d'un clocher. Monter au clocher.

Fig. et fam., Il n'a jamais perdu de vue le clocher de son village, se dit d'un Homme qui n'a jamais voyagé. On dit aussi Il n'a vu que le clocher de son village, Il est sans expérience, il ne connaît pas le monde.

Course au clocher, Course à travers champs, où l'on se dirige à vue de clocher, en franchissant tous les obstacles qu'on rencontre devant soi pour arriver au but le premier. Il se dit figurément d'une Compétition ardente, d'efforts passionnés vers un but. La place est bonne, c'est une course au clocher pour l'obtenir.

CLOCHER se dit par extension pour Paroisse. Il y a tant de clochers dans cette ville.

Fig., Rivalités de clocher, Jalousies de petite ville à petite ville. Intérêt de clocher. Question de clocher, Affaire qui n'intéresse qu'une seule localité.

clocher

CLOCHER. v. intr. Boiter en marchant. Clocher du pied droit, du côté droit. Clocher des deux côtés. Il est familier.

Prov. et fig., Il ne faut pas clocher devant les boiteux. Voyez BOITEUX.

Fig. et fam., Ce vers cloche, La mesure n'y est pas.

Fig. et fam., Dans cette affaire, dans ce raisonnement, dans cette comparaison, etc., il y a quelque chose qui cloche, Il y a quelque chose de défectueux. On dit dans le même sens Ce raisonnement cloche. Cette comparaison cloche.

clocher

Clocher, Il vient de Claudicare en ostant di.

clocher


CLOCHER, s. m. [Kloché, 2eé fer.] Bâtiment de maçonerie, ou de charpente, où les cloches sont pendues. "Clocher élevé; monter au clocher~. "Un Curé n'a pas besoin d'autre titre que de son clocher, pour la jouissance de ses dîmes.
   On dit proverbialement, d'un Bénéficier, qui jouit par provision du Bénéfice qu'on lui conteste, qu'il se bat des pierres du clocher; d'un homme qui n'a jamais voyagé, qu'il n'a jamais perdu de vûe le clocher de son Village; de celui à qui il ne reste plus qu'une ressource, qu'il emploie du mieux qu'il peut, qu'il tire du clocher: allusion à une Place dont toutes les fortifications extérieures seraient ruinées, et où l'on tirerait sur les énemis du haut du clocher.

clocher


CLOCHER, v. n. Boiter en marchant. — Le proverbe dit: il ne faut pas clocher devant le boiteux, parler de chôses désagréables devant les persones intéressées; parler de corde dans la maison d'un pendu. — On le dit aussi pour exprimer qu'il ne faut contrefaire persone.
   On dit, figurément, qu'il y a quelque chôse qui cloche dans un raisonnement, dans une afaire, dans une comparaison, pour dire qu'il y a quelque chôse de défectueux; et qu'un vers cloche, quand la mesûre n'y est pas.

Synonymes et Contraires

clocher

verbe clocher
Vieux. Être bancal.
boiter -familier: clopiner -littéraire: claudiquer.
Traductions

clocher

(klɔʃe)
nom masculin
partie d'une église où se trouvent les cloches apercevoir le clocher de l'église

clocher

klokketoren, (klokken)toren, gemeente, parochie, klokkentoren, toren, torenspitssteeple, belfry, belltower, limp, wobble, wobblyמגדל פעמונים (ז), מִגְדַּל פַּעֲמוֹנִיםκαμπαναριό, ,κωδωνοστάσιοsonorilturocampanariocampanário, torre de sino, torre da igrejaколокольняcampanileبُرْجُ الكَنِيسَةvěžičkaspirKirchturmkirkontornizvonik尖塔뾰족탑spirwieżakyrktornยอดหลังคาkilise kulesingọn tháp尖塔 (klɔʃe)
verbe intransitif
ne pas fonctionner Il y a quelque chose qui cloche.

clocher

[klɔʃe]
nm
[édifice] → church tower; (en pointe)steeple
(locution) (péjoratif) esprit de clocher → parochialism
vi (= ne pas aller)
Il y a quelque chose qui cloche → There is something wrong.