clou

clou

n.m. [ lat. clavus ]
1. Tige de métal pointue à un bout, servant à fixer ou à suspendre qqch : Planter un clou.
2. Attraction principale d'un spectacle : Le clou de la soirée.
3. Fam. Furoncle.
4. Fam., vx Crédit municipal ; mont-de-piété.
Clou de girofle,
bouton du giroflier, employé comme épice.
Enfoncer le clou,
revenir avec insistance sur un point embarrassant.
Maigre comme un clou,
extrêmement maigre.
Vieux clou,
Fam. vieille bicyclette, vieille voiture en mauvais état.

clous

n.m. pl.
Passage clouté : Traverser dans les clous.

CLOU

(klou) s. m.
Sorte de petite cheville de fer ou d'autre métal, à pointe et à tête. Enfoncer des clous avec le marteau. Pendre quelque chose à un clou. Rabattre un clou. On dit d'un bâtiment neuf ou de celui qui est en bon état, qu'il n'y manque pas un clou. Fig. Il lui manque, il lui faut un clou, c'est-à-dire il est un peu fou : on sous-entend à son armet, employé jadis pour tête. Planter son clou, s'établir à demeure quelque part. Familièrement. Cela ne vaut pas un clou à soufflet, je n'en donnerais pas un clou à soufflet, c'est-à-dire cela n'a aucune valeur.
Si l'on ignore ces choses, je ne donnerais pas un clou de tout l'esprit qu'on peut avoir [MOL., Préc. ridic. 10]
Mais à quoi les vœux d'un blaireau des Alpes peuvent-ils servir ? Ceux de l'univers entier ne servent pas d'un clou à soufflet [VOLT., Lett. d'Argental, 24 nov. 1774]
River un clou, rabattre avec le marteau la pointe qui dépasse l'épaisseur d'une planche ; et fig. River à quelqu'un son clou, lui répliquer vertement.
Vous avez fort bien fait de lui river son clou ; C'est bien à faire à lui de vous appeler fou [REGNARD, Distrait, IV, 7]
Populairement. Mettre une chose au clou, renoncer à s'en servir, et aussi la mettre en gage. Populairement. Compter les clous de la porte, rester à attendre à une porte. Gras comme un cent de clous, se dit de quelqu'un fort maigre. Cela ne tient ni à fer ni à clou, se dit d'une chose qui sert à meubler, mais qui n'est point scellée dans la muraille ; et fig. Cela ne tient ni à fer ni à clou, se dit d'un travail sans solidité, d'une affaire qui n'est pas sérieusement conclue.
Vous savez que notre cardinal l'est à fer et à clou [SÉV., 226]
Terme de vétérinaire. Clou de rue, maladie locale qui survient chez les chevaux ou autres gros bestiaux, lorsqu'un clou ou tout autre corps étranger a pénétré dans la sole de corne, dans la sole charnue, et quelquefois jusqu'à l'os du pied.
Terme de botanique. Bouton non développé des fleurs de certaines plantes : ainsi les clous de girofle sont les boutons du giroflier cueillis avant le développement des fleurs. Absolument, clou se dit pour clou de girofle. Acheter de la muscade et du clou.
Furoncle.
Je suis fâché de votre clou et je vous en plains ; mais, à ce que je puis juger, ce n'est rien au prix de celui que j'ai [VOIT., Lett. 105]
Le roi eut un anthrax au cou qui ne parut d'abord qu'un clou, mais qui donna beaucoup d'inquiétude [SAINT-SIMON, 38, 184]
Terme de médecine. Clou hystérique, douleur vive, bornée à un point très circonscrit de la tête, et affectant les femmes sujettes aux accès hystériques.
Amas de petites pierres dans une veine de charbon de terre. Nœud dans la pierre ou le marbre.

PROVERBE

    Un clou chasse l'autre, c'est-à-dire un goût nouveau, une passion nouvelle fait oublier l'ancienne ; se dit aussi en parlant des personnes qui se succèdent ou se supplantent.
    Comme vous savez, madame, qu'un clou chasse l'autre, il a fallu que la passion que j'ai pour vous ait cédé à une nouvelle qui m'est survenue et qui, si elle n'est plus forte, est pour le moins à cette heure plus pressante [VOIT., Lett. 104]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Cheent li clou [des escuz], se peceient les boucles [, Ch. de Rol. CCLXI]
  • XIIe s.
    À trois clos d'or [il] ferma [fixa] son gonfanon [, Ronc. p. 71]
    Isaias cumandad que l'um figes [figues] li portast, si en fist un emplastre, e fist là metre sur un clou que li reis out ù il se duleit [, Rois, 417]
    Et prent l'espieu à or resplendissant, à cinq clox d'or l'ensaigne bauliant [, Raoul de C. 20]
  • XIIIe s.
    Si [elle] saignoit com ce fust perceüre de clo [, Berte, XXXII]
    Sa coroie, Dont li cloet [petits clous] sont delié [, Ren. 29826]
    Et par un ais cui ert fendue [où il y avait une fente], Vit la viele au clou pendue [, ib. 12260]
    Li clou furent d'or esmeré [purifié], Qui erent el tissu doré [, la Rose, 1089]
  • XIVe s.
    Car tuit estoient mal traitié ; Boces avoient et grans clos Dont on moroit.... [MACHAULT, p. 73]
  • XVe s.
    Le comte de Charolois, qui estoit jeune et vert, et dur malement à ployer, les [les villes de la Somme] eust pu tenir à fer et à cloux, en non tost les restituant à la premiere demande [G. CHASTEL., Chr. des ducs de Bourg. II, ch. 31]
    On le met à un sac à part, Et le laisse-on pendre au clou [COQUILL., Droits nouv.]
    Il la tient à fer et à clou [il y tient beaucoup] [LOUIS XI, Nouv. XXII]
    La sentence definitive en est taillée de demourer pendue au clou [ID., ib. XCII]
  • XVIe s.
    Dieu tient le clou du gouvernail, pour tourner leurs effors à executer ses jugemens [CALV., Instit. 160]
    Les katholiques se plaignoient de ce que Montauban, Sancerre, etc. faisoient compter les cloux de leurs portes aux garnisons qu'on leur envoyoit [D'AUB., Hist. I, 261]
    Un clou repousse l'autre ; en la mesme façon Tu auras vers pour vers et chanson pour chanson [RONS., Élég. 33]
    Clou, nommé du vulgaire cor, est durillon qui vient aux jointures des orteils [PARÉ, V, 21]
    Cloux de girofle [ID., VII, 13]
    Les vulgaires appellent les charbons clouds, parce que la matiere d'iceux cause douleur semblable comme si un cloud estoit fiché à la partie [ID., XXIV, 36]
    Et pendant le procès les bons maris demourerent en la prison, attendans la sentence diffinitive qui, pour le nombre infini d'eulx, en est taillée de demourer pendue au clou [MARG., Nouv. XCII]
    Il sembloit que cette ordonnance, tant de fois reiterée, eut esté, comme l'on dit, fichée à cloux de diamans [PASQUIER, Recherches, liv. III, p. 237, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, cleu ; bourguig. clô ; wallon, lâ ; rouchi, clau ; provenç. clau ; espagn. clavo ; portug. cravo ; ital. chiavo ; du latin clavus, de même radical que clavis (voy. CLEF).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CLOU. Ajoutez :
    Exemplaire avant les clous, se dit des exemplaires d'une certaine Bible (la Bible de Mortier, Amsterdam, 1700, 2 vol. in-f°) antérieurs à l'accident qui brisa une des planches (les planches sont très nombreuses dans cet ouvrage) ; la planche fut reclouée avec soin ; mais la trace des clous se voit dans les tirages postérieurs à l'accident.
    Ne tenir ni à clou, ni à cheville, ne pouvoir se maintenir, ni résister.
  • Cette locution ne s'expliquerait-elle pas par le texte suivant, en un sens qui ne se présente pas tout d'abord :
    Il [le pin maritime] la doit [sa ténacité] peut-être à la lutte constante qu'il a dû soutenir contre le vent violent de la mer, et, comme cela arrive pour l'homme, l'adversité l'a rendu fort ; le clou ou la cheville ne résiste pas aux vibrations dans le pin du Nord [il ne tient donc ni à clou ni à cheville] ; le pin maritime a la fibre solide et retient le clou et la cheville [, Enquête sur les incendies des Landes, p. 404, 1873]
  • Sorte de taille du diamant.
    Après que la pointe supérieure et la pointe inférieure d'un diamant ont été plus ou moins abattues à la meule, on a le diamant à la table ; si les pointes n'ont été que légèrement abattues, on l'appelle table profonde, ou clou, suivant l'expression française plus exacte [, Revue Britannique, juill. 1876, p. 116]

    HISTORIQUE

    • XIVe s. Ajoutez :
      Furunculus, gallice clou [H. DE MONDEVILLE, ms. latin, 7139, f° 184]

clou

CLOU. n. m. Petite tige de fer ou d'autre métal, qui a une pointe et ordinairement une tête et qui sert à fixer ou à pendre quelque chose. Clou bien pointu. Clou doré. Clou à tête, sans tête, à grosse tête, étêté. Clou à crochet. Clou à mettre sous des souliers. Attacher avec des clous. Ficher, cogner, enfoncer, faire entrer un clou. Arracher un clou. Pendre quelque chose à un clou. River un clou. Rabattre un clou. Le fer de ce cheval ne tient qu'à un clou.

Clous d'or, clous d'argent, clous d'acier, Petites pointes d'or, d'argent ou d'acier, dont on pique des boîtes, des étuis, etc., pour les orner.

Cela ne tient ni à fer ni à clou. Voyez FER.

Fig., Il ne tient ni à clou ni à cheville, se dit de Quelqu'un dont la santé est très délicate.

Il ne manque pas un clou à cette maison, Il n'y manque rien.

Popul., Mettre une chose au clou, Renoncer à s'en servir, et aussi La mettre en gage au Mont-de-Piété.

Pop., Être au clou, en termes militaires, Être puni de la salle de police.

Fig. et fam., Compter les clous de la porte, Attendre longtemps à une porte.

Fig. et fam., Être gras comme un cent de clous, Être fort maigre. On dit aujourd'hui Être maigre comme un clou.

Fig. et fam., River à quelqu'un son clou, Lui répondre fortement, vertement, de manière qu'il n'ait rien à répliquer. S'il me vient dire cela, je lui riverai son clou.

Fig. et fam., Un clou chasse l'autre. Voyez CHASSER.

Fig. et fam., Cela ne vaut pas un clou, Cela ne vaut rien.

Fig. et fam., C'est le clou de la fête, C'est la partie la plus attrayante d'un spectacle, ce à quoi le succès semble attaché.

En termes de Botanique, Clou de girofle. Voyez GIROFLE.

Il est employé aussi comme Nom vulgaire du furoncle. Il lui est venu un clou. Son clou est percé, a percé.

clou

Clou, m. Aucuns l'escrivent Cloud, ainsi que l'Italien Chiodo, mais c'est sans raison, car il vient du Latin Clauus, et signifie ceste cheville de fer à poincte et à teste en chappelet, crampon ou crochet, ou massue, dont on clouë soit contre bois, plastre, fer, pierre ou autre chose pour assembler ou servir de penture. Ainsi lon dit Clou à deux testes, à late, à crochet, à hape, à chantignole, à bandes, à bagnoire, et autres noms specifiques, qui sont tous ainsi specifiemment nommez, selon les diverses choses ausquelles ils sont appliqués, combien qu'ils ayent aussi pour la plus part la figure diverse, estant celuy qui est appelé à deux testes, cil qui est à deux chappelets: et le cloud à crochet, celuy qui est en mipotence sans chappelet: et celuy à hape, cil qui a la teste grosse et un crampon: et celuy qui est à bandes, cil qui a la teste grosse fournie avec le col quarré, et ainsi des autres especes.

Clou de caravelle, en cas de navires, sont de gros clous d'un pied de long, dont on use en la fabrication des vaisseaux de mer.

¶ Clou d'estouppe, en fait de navires est une maniere de clou qui a la teste large, et est long de poincte.

Clou de mamguiere, en fait de navires, est une sorte de clou, qui est semblable au clou d'estouppe quant à la teste, mais est plus court de poincte.

Un clou de quoy on attache des grosses pieces de bois, comme poultres, Clauus trabalis.

Je n'en donneroy pas un clou à souflet, Istud non emam titiuillitio, B. ex Plauto, Il se prent aussi par metaphore pour ceste tumeur causée d'humeurs crasses avec inflammation qui advient au corps humain, qu'on appelle froncle, Furunculus, Clauus, et ce à cause de sa teste, voyez Froncle.

¶ Clou de girofle, Caryophyllum.

clou


CLOU, s. m. [Monosyllabe bref. Au plur. Clous, et non pas cloux.] Petit morceau de fer ou d'aûtre métal, qui a ordinairement une tête et une pointe, et qui sert à atacher ou à pendre quelque chôse. "Atacher avec un clou, avec des clous: Ficher, cogner, faire entrer un clou dans... Pendre à un clou. River, rabatre, arracher un clou.
   Le style proverbial emploie quelquefois ce mot. — Un clou chasse l'aûtre, les chôses nouvelles font oublier les anciènes. — River les clous à quelqu'un, lui dire son fait, lui montrer qu'il a tort. L'Acad. dit, river le clou, au sing. — Compter tous les clous d'une porte, s' ennuyer en atendant quelqu'un. — On dit, qu'une chôse ne tient ni à fer ni à clou, quand on peut aisément la détacher: "Ne soyez pas en peine pour votre portrait: il ocupe toujours le même lieu, et tient à mon coeur, ce qui est bien plus vous dire qu'à fer et à clou. Mde. de Coulanges à Mde de Grignan. — On dit aussi, d'une chôse dont on ne se soucie pas, ou qu'on méprise, qu'on n'en donerait pas un clou à souflet; et d'un homme fort maigre, grâs comme un cent de clous. — Il ne manque pas un clou à ce bâtiment; il n'y manque rien.
   CLOU, signifie aussi un furoncle: il lui est venu un clou: son clou est percé, a percé, etc.

Traductions

clou

Nagel, Stift, Clou, Stummel, Ziernagelnail, stud, highlight, clovenagel, spijker, draadnagel, hoogtepunt, klapstuk, lommerd, nor, pandjeshuis, politiekamer, steenpuistמטבע שחוק (ז), מסמר (ז), מעבטה (נ), מַסְמֵר, מַעֲבָטָהclausøm, knapnajloclavo, tachuela, uñanaula, koristenappiszegpakuchiodoclavusspiker, negl, stumpprego, cravo, tachaгвоздь, украшение поверхностей путем набивки на нее декоративных гвоздейspik, nagel, avelshingstκαρφί, διακοσμητικό καρφί, νύχιزِرٌ مَعْدَنِيّ, مِسْمَارٌcvoček, hřebíkčavao, zakovica釘, 鋲못, 장식 못ćwiek, paznokiećเล็บ, กระดุมçivi, kabarađinh tán, móng指甲, 饰钉нокти (klu)
nom masculin
1. petite tige de métal qui sert à fixer planter un clou
2. moment le plus réussi d'un spectacle le clou de la soirée
3. épice

clou

[klu]
nm
(pour clouer, décorer)nail
pneus à clous → studded tyres
(MÉDECINE)boil
(fig) le clou du spectacle → the highlight of the show clous
nmpl (= passage clouté) → pedestrian crossing
clou de girofle nmclove