clystère

(Mot repris de clystères)

clystère

n.m. [ lat. clyster, du gr. kluzein, laver ]
Vx. En médecine, lavement : « ... un petit clystère... pour amollir... les entrailles de Monsieur » [Molière, le Malade imaginaire].

CLYSTÈRE

(kli-stê-r') s. m.
Injection d'eau chargée ou non d'un médicament, qui se fait par le fondement.
On lui donne maints clystères [LA FONT., Glout.]
De quoi vous mêlez-vous de vous opposer aux ordonnances de la médecine et d'empêcher monsieur de prendre mon clystère ? [MOL., Mal. im. III, 4]
Un clystère que j'avais pris plaisir à composer moi-même, inventé et formé dans toutes les règles de l'art [ID., ib. III, 6]

SYNONYME

  • CLYSTÈRE, LAVEMENT, REMÈDE. Ces mots sont placés ici selon l'ordre chronologique de leur succession dans la langue. Clystère ne se dit plus guère ; lavement lui a succédé ; et, sous le règne de Louis XIV, l'abbé de Saint-Cyran le mettait déjà au rang des mots déshonnêtes qu'il reprochait au P. Garasse. On a substitué de nos jours le terme de remède à celui de lavement. Remède est équivoque, mais c'est par cette raison même qu'il est honnête. Clystère n'est plus employé que dans le burlesque ; lavement, dans les auteurs de médecine ; remède, dans le langage ordinaire, Encyclop. t. III, p. 553.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si convient faire une clistere d'ewe [ALEBRANT, f° 19]
  • XVe s.
    La cause de sa maladie fut pource que son medecin lui bailla un clystere trop fort [MONSTREL., I, ch. 145]
  • XVIe s.
    On lui donnera clysteres, suppositoires, ou nouets acres et cuisans [PARÉ, VI, 8]
    Clystere, c'est à dire ablution ou lavement, est une injection appropriée au siege et aux intestins [ID., XXV, 22]
    Les cigoignes, se donner elles-mesmes des clysteres à tout de l'eau marine [MONT., II, 171]

ÉTYMOLOGIE

  • Le terme grec vient du verbe laver.

clystère

CLYSTÈRE. n. m. Médicament liquide qu'on introduit dans le corps par le fondement, à l'aide d'une seringue ou d'un clysopompe. Prendre un clystère. Donner un clystère. Rendre un clystère. On dit plus ordinairement aujourd'hui LAVEMENT.

clystere

Clystere, m. penac. Est pur Grec prononcé à la Françoise, le faisant de acuto penacutum, et signifie ablution ou lavatoire, estant le nom par les medecins approprié à l'ablution des boyaux faite d'injection par le fondement de la personne avec une syringue, Elutio, ablutio.

clystère


CLYSTèRE, s. m. Lavement. — L'Acad. ne désaprouvait pas aûtrefois ce mot. Dans les dernières éditions, elle dit qu'on se sert plus ordinairement du mot de lavement, et de celui de remède. — Le dernier est aujourd'hui plus à la mode. — Dans l'Encyclopédie, on dit que clystère n'a plus lieu que dans le style burlesque, et lavement que dans les livres de Médecine. Beauz. Synon.

Traductions

clystère

חוקן (ז), חֹקֶן