coiffer

(Mot repris de coiffées)

coiffer

v.t.
1. Arranger la chevelure avec soin : Des cheveux difficiles à coiffer peigner
2. Mettre sur sa tête ; couvrir la tête de : Les hommes ont coiffé leur chapeau en sortant mettre
3. Avoir une supériorité hiérarchique sur : Elle coiffe tous les chefs de service diriger
Coiffer qqn sur le ou au poteau,
dans une course, dépasser un concurrent sur la ligne d'arrivée ; fig., l'emporter sur un rival au dernier moment.
Coiffer sainte Catherine,
pour une jeune fille, atteindre l'âge de vingt-cinq ans sans être mariée.

se coiffer

v.pr.
Arranger ses cheveux avec soin.
Se coiffer de qqch,
le mettre sur sa tête.

coiffer


Participe passé: coiffé
Gérondif: coiffant

Indicatif présent
je coiffe
tu coiffes
il/elle coiffe
nous coiffons
vous coiffez
ils/elles coiffent
Passé simple
je coiffai
tu coiffas
il/elle coiffa
nous coiffâmes
vous coiffâtes
ils/elles coiffèrent
Imparfait
je coiffais
tu coiffais
il/elle coiffait
nous coiffions
vous coiffiez
ils/elles coiffaient
Futur
je coifferai
tu coifferas
il/elle coiffera
nous coifferons
vous coifferez
ils/elles coifferont
Conditionnel présent
je coifferais
tu coifferais
il/elle coifferait
nous coifferions
vous coifferiez
ils/elles coifferaient
Subjonctif imparfait
je coiffasse
tu coiffasses
il/elle coiffât
nous coiffassions
vous coiffassiez
ils/elles coiffassent
Subjonctif présent
je coiffe
tu coiffes
il/elle coiffe
nous coiffions
vous coiffiez
ils/elles coiffent
Impératif
coiffe (tu)
coiffons (nous)
coiffez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais coiffé
tu avais coiffé
il/elle avait coiffé
nous avions coiffé
vous aviez coiffé
ils/elles avaient coiffé
Futur antérieur
j'aurai coiffé
tu auras coiffé
il/elle aura coiffé
nous aurons coiffé
vous aurez coiffé
ils/elles auront coiffé
Passé composé
j'ai coiffé
tu as coiffé
il/elle a coiffé
nous avons coiffé
vous avez coiffé
ils/elles ont coiffé
Conditionnel passé
j'aurais coiffé
tu aurais coiffé
il/elle aurait coiffé
nous aurions coiffé
vous auriez coiffé
ils/elles auraient coiffé
Passé antérieur
j'eus coiffé
tu eus coiffé
il/elle eut coiffé
nous eûmes coiffé
vous eûtes coiffé
ils/elles eurent coiffé
Subjonctif passé
j'aie coiffé
tu aies coiffé
il/elle ait coiffé
nous ayons coiffé
vous ayez coiffé
ils/elles aient coiffé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse coiffé
tu eusses coiffé
il/elle eût coiffé
nous eussions coiffé
vous eussiez coiffé
ils/elles eussent coiffé

COIFFER

(koi-fé) v. a.
Couvrir la tête d'une coiffe. Couvrir la tête d'une coiffure quelconque. Coiffer les grenadiers d'un bonnet à poil. Friser, natter les cheveux. Coiffer une femme en cheveux. Coiffer sainte Catherine, rester fille. Ste Catherine étant la patronne des demoiselles, on dit que la demoiselle qui ne se marie pas lui met la première épingle à vingt-cinq ans, la seconde à trente ; et à trente-cinq la coiffure est finie. Absolument. Ce perruquier coiffe bien.
Orner, parer la tête. Cette couronne de bluets la coiffe à merveille.
Mettre, jeter sur la tête. On le coiffa d'un seau d'eau.
On renversa la table, on coiffa d'un potage le pauvre Vine-ville qui n'en pouvait pas davantage [RETZ, III, 6]
Coiffer une bouteille, mettre une enveloppe par-dessus le bouchon.
En termes de mécanique, coiffer la chèvre, fixer sur la coiffe de cette machine le câble qui sert à soulever les objets.
Coiffer un livre, en arranger le cuir à chaque extrémité du dos.
Terme de vénerie. Happer le sanglier aux oreilles en parlant d'un chien. Par extension. Le tigre ne peut coiffer le rhinocéros sans risquer d'être éventré.
Infatuer.
Les beautés qu'une prévention aveugle avait coiffées du mérite de Germain [HAMILTON, Gramm. 6]
Il s'était laissé coiffer de chimères et de visions [ID., ib. 10]
Familièrement, enivrer. Il est aisé à coiffer.
Quel est le cabaret honnête Où tu t'es coiffé le cerveau ? [MOL., Amph. III, 2]
10° Coiffer son mari, en parlant d'une femme, lui être infidèle.
[Perruquier] prétendant n'avoir point coiffé de jolies femmes dont il n'eût coiffé les maris [J. J. ROUSS., Conf. III]
11° V. n.Terme de marine. On dit qu'un navire coiffe, lorsque le vent vient frapper les voiles par l'avant.
12° Se coiffer, v. réfl. Porter comme coiffure. Les Turcs se coiffent d'un turban. Se coiffer en cheveux, ou avec ses cheveux, n'avoir aucun ornement dans les cheveux arrangés en coiffure. Se couvrir la tête, en parlant d'un homme. Coiffez-vous. Arranger sa coiffure. Elle met un temps infini à se coiffer.
13° Terme de marine. Les voiles se coiffent, quand elles se collent aux mâts.
14° S'enivrer. Cet homme se coiffe souvent.
15° S'infatuer.
Fille se coiffe volontiers D'amoureux à longue crinière [LA FONT., Fabl. IV, 1]
Faut-il de ses appas m'être si fort coiffé ? [MOL., École des f. III, 5]
C'est un bonheur de n'être point sujette à se coiffer d'un de ces oisons-là [SÉV., 239]
Comment ce garçon s'était coiffé d'un visage à faire peur [HAMILT., Gramm. 10]
Si on y songe trop, on s'entête et on s'en coiffe [PASC., Disp. 3]
L'inquiétude Dont Damon s'est coiffé si malheureusement [LA FONT., Coupe.]
Elle se coiffait de toute sa force en faveur de Matta [HAMILT., Gramm. 4]
Il est difficile de comprendre comment M. de Turenne s'en coiffa [de M. Boucherat] [SAINT-SIMON, 69, 132]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    [La femme] Or est lavée, or est peigniée, Or est coifée, or est tressiée [, Contenance des femmes]
  • XVIe s.
    [Vénus] Le transmit [un chapeau de roses] à son cher enfant, Qui de bon cœur le va coiffant [MAROT, I, 74]
    Toutes choses qui sont coiffées, Ont moult de lunes en la teste [ID., II, 128]
    Je crois que vous eussiez pris une chevre coiffée pour une belle fille [MARG., Nouv. VIII]
    Qui fut oncques plus coiffé de femmes que lui de Messaline ? [LA BOÉTIE, 71]
    Alors les matrones presagent que l'enfant est heureux, par ce (disent-elles) qu'il est né coiffé [PARÉ, XVIII, 16]
    Dirai-je encore de tel qui est coiffé et meurt pour une qu'il sçait estre laide, vieille, souillée.... [CHARRON, Sagesse, I, 38]
    Nous nous suyvons à la piste, voire nous nous pressons, eschauffons, nous nous coiffons et investissons les vices et passions les uns aux autres [ID., ib. II, Préface]
    La table est desjà coiffée [servie] [CHOLIÈRES, Contes de CHOLIÈRES, f° 66, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Coiffe ; bourguig. couiffay, coiffé.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COIFFER. Ajoutez :
    16° Prendre pour coiffure, mettre sur sa tête.
    À peine Proterius avait-il reçu l'imposition des mains et coiffé cette tiare adoptée depuis Cyrille.... [AM. THIERRY, Rev. des Deux-Mondes, 1er avr. 1872, p. 522]

coiffer

COIFFER. v. tr. Couvrir la tête. Il me jeta un manteau sur les épaules et me coiffa d'un grand chapeau. Les Turcs se coiffent d'un fez ou d'un turban. Par analogie, Le sculpteur a coiffé d'un casque cette statue de femme.

Fam. et par plaisanterie, Coiffer quelqu'un de quelque chose, Le lui jeter, le lui appliquer sur la tête. Il le coiffa d'un seau d'eau.

Fig. et pop., Cette femme coiffe son mari, Elle lui est infidèle.

Fig. et fam., Se coiffer de quelqu'un, S'engouer, s'entêter de quelqu'un. Il s'est allé coiffer de cette femme. Elle s'est coiffée de lui. On dit dans le même sens, Se coiffer d'une opinion.

Il signifie aussi Arranger les cheveux de telle ou telle façon. Elle se fit coiffer par sa femme de chambre. Ce valet de chambre était occupé à coiffer son maître. Se coiffer à la mode. Absolument, Ce perruquier coiffe bien.

Il peut se dire aussi des Ornements de tête qui sont seyants. Ce chapeau, ce bonnet vous coiffe bien, ou absolument Ces chapeaux coiffent bien.

Par extension, Être bien coiffé, Avoir un chapeau qui sied bien.

Par analogie, Ce chien est bien coiffé, Il a les oreilles longues, pendantes et de la même couleur.

Un cheval bien coiffé, Qui a les oreilles petites, mobiles et droites. Un cheval mal coiffé, Qui a les oreilles longues, inertes et pendantes.

En termes de jeu d'Échecs, Un pion coiffé, Un pion auquel on attache un signe et qui, d'après les règles du jeu, a un emploi particulier.

Coiffer une bouteille, Mettre une enveloppe par-dessus le bouchon pour empêcher que le liquide qu'elle contient ne s'évente.

Prov. et fig., Coiffer sainte Catherine, Rester fille, ne pas trouver à se marier.

En termes de Chasse, Les chiens ont coiffé le sanglier, Ils l'ont pris aux oreilles.

En termes de Marine, on dit qu'Un bâtiment coiffe lorsque, par une manoeuvre ou un changement de vent subit, le vent frappe sur l'avant des voiles. Il fit une fausse manoeuvre et le vaisseau coiffa.

Cet enfant est né coiffé, se dit d'un Enfant qui est venu au monde avec une sorte de membrane qu'on appelle Coiffe et que le peuple regarde comme un présage de bonheur : c'est de là que vient l'expression : Il est né coiffé, Il a de la chance dans tout ce qui lui arrive et réussit dans tout ce qu'il entreprend.

Fig. et fam., Il serait amoureux d'une chèvre coiffée. Voyez AMOUREUX.

coiffer


COIFFER, ou COIFER, v. a. COIFEUR, EûSE, s. m. et f. COIFûRE, s. f. [Koafé, feur, feûze, fûre.] Coifer, actif, se dit du péruquier, du coifeur, ou de la coifeûse, qui arrangent bien ou mal la coifûre, soit péruque, soit cheveux, soit coifes. = On dit, coifer une bouteille, mettre une envelope par-dessus le bouchon, pour empêcher que le vin ne s'évente. = Coifer une liqueur, la méler avec une âutre: on a coifé ce vin, cette bière. = Coifer, neutre, se dit d'une péruque, ou d'un chapeau, qui va bien ou mal à l' air du visage. "Cette péruque coife bien, ce chapeau coife mal. = Coifer, se dit plus ordinairement au réciproque, avec le pron. se: "Cette femme se coife bien; elle entend bien l'ajustement de sa tête. On dit, dans le même sens, au passif, elle est bien coifée. = Figurément (st. famil.), se coifer, ou être coifé d'une persone, d'une opinion, en être entêté, s'en préocuper. "Vous vous êtes coifé de la qualité de citoyen; cela est bien comun. Coyer, Lett. à un Grand. — On le dit aussi activement: Je ne sais qui l'a coifé d'une opinion, si extravagante. — Mde de Sévigné fournit un exemple du propre et du figuré, unis dans la même phrâse: "Elle étoit au lit, belle et coifée à coifer tout le monde. = On dit encôre, fig. et famil., qu'un homme se coife, qu' il est aisé à coifer, qu'on l'a coifé, pour dire, qu'il boit trop, ou qu'on l'a trop fait boire.
   COIFEUR, EûSE, celui ou celle qui fait métier de coifer des Dames. L'Acad. avertit que Coifeur n'est plus guère en usage. Aparemment que depuis cette remarque la mode a changé; car il y a plus de Coifeurs que de Coifeûses.
   COIFûRE, est, en général, la couvertûre et ornement de la tête: ainsi l'on dit, que le turban est la coifure des Turcs: mais il se dit plus ordinairement de la manière dont les femmes se coifent, suivant le pays et la mode. Coifûre à la mode, coifûre à boucles, coifûre en cheveux, etc., etc.

Synonymes et Contraires

coiffer

verbe transitif coiffer
1.  Arranger les cheveux.
décoiffer, dépeigner, ébouriffer -littéraire: écheveler.
2.  Être situé au-dessus de.
3.  Être à la tête de.

coiffer (se)

verbe pronominal coiffer (se)
Familier. Se prendre de passion pour.
Traductions

coiffer

frisieren, kämmendo, curl, style, combkappen, friseren, (hiërarchisch) overkoepelen, aan het hoofd staan (van), het haar opmaken/knippen (van), het hoofd bedekken (met), op het nippertje winnen (van), opzetten [hoed]סירק (פיעל), סרק (פ'), סָרַקarrissar cabellsfrizifrisar, rizarfryzować, układać włosyfrisarpettinare (kwafe)
verbe transitif
1. arranger les cheveux de qqn se faire coiffer
2. mettre qqch sur la tête de qqn coiffer qqn d'un chapeau
3. figuré dépasser qqn dans une course se faire coiffer sur la ligne d'arrivée

coiffer

[kwafe] vt
(= arranger les cheveux) coiffer qn → to do sb's hair
se faire coiffer chez → to get one's hair done at
se faire coiffer par → to get one's hair done by
(= surmonter) [arbres, neige, nuages] [+ sommet] → to cover
Un grand toit de tuiles coiffait la maison → The house had a large tile roof.
(= être a la tête de) [+ service] → to head up
(= munir d'un couvre-chef) coiffer qn d'un béret → to put a beret on sb
(= être en haut de) [+ sommet] → to cover; [+ service] → to head up; [+ subalterne] → to be the superior of
Un grand toit de tuiles coiffait la maison → The house had a large tile roof. [kwafe] vpr/vi
(s'arranger les cheveux) → to do one's hair (= se peigner) → to comb one's hair
(mettre un couvre-chef) → to put on a hat, to put on one's hat