colique


Recherches associées à colique: colite

1. colique

n.f. [ du gr. kôlon, gros intestin ]
1. Fam. Diarrhée.
2. En médecine, violente douleur abdominale.
Colique hépatique,
douleur aiguë due à la migration d'un calcul dans les voies biliaires.
Colique néphrétique,
douleur aiguë due à la migration d'un calcul dans les voies urinaires.

2. colique

adj. [ du gr. kôlon, gros intestin ]
Relatif au côlon.

COLIQUE1

(ko-li-k') adj.
Terme d'anatomie. Qui appartient au côlon.

ÉTYMOLOGIE

  • Terme venant du mot grec côlon.

COLIQUE2

(ko-li-k') s. f.
Terme de médecine. Douleur intense siégeant dans les entrailles.
Grimaçant son discours, semble avoir la colique [RÉGNIER, Sat. II]
J'eus une colique très fâcheuse [SÉV., 58]
Mme de Brissac avait aujourd'hui la colique [ID., 277]
Colique hépatique, douleur qui a son siége à la région du foie, et qui est souvent occasionnée par le passage de quelque calcul biliaire à travers les conduits cystique et cholédoque. Colique métallique, colique des peintres, colique saturnine, colique due à l'absorption du plomb, et dont les principaux symptômes sont des douleurs abdominales très aiguës. Colique néphrétique, douleur qui a son siége dans les reins, et qui est due à l'irritation produite par quelque calcul formé dans les reins. Colique sèche, maladie endémique à l'île Bourbon, au Sénégal, au Gabon et sur les côtes intermédiaires, ainsi que dans l'Inde française. Colique d'estomac, sorte de douleur intense, névralgie qui saisit l'estomac. Terme de vétérinaire. Coliques ou tranchées, nom générique des douleurs dans les organes du ventre. Colique rouge ou colique sanguine, colique procédant d'une congestion de la muqueuse intestinale, et où les douleurs sont soudaines et atroces. Fig. et familièrement. Avoir la colique, avoir peur (parce que la peur relâche le ventre).

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je me suis envieilly de sept ou huict ans ; ce n'a pas esté sans quelque nouvel acquest ; j'y ai practiqué la cholique, par la liberalité des ans [MONT., III, 196]
    Dont s'ensuit la colique passion [PARÉ, Introd. 6]
    Aux gros boyaux, c'est ce que nous nommons proprement colique, qui a pris son nom de la partie malade qui est colon, c'est à dire la continuité des gros boyaux, mais principalement en celuy que nous nommons colon. - Colique nephretique ou pierreuse [ID., XV, 65 bis.]

ÉTYMOLOGIE

  • Colique 1.

colique

COLIQUE. n. f. Toute douleur vive qu'on éprouve dans les entrailles. Avoir la colique. Il est sujet à la colique. Colique des peintres, des plombiers, Qui est due à l'intoxication par le plomb. Colique néphrétique, colique hépatique, Qui a son siège dans les reins, dans le foie. Colique d'estomac.

Fig., Avoir la colique, Avoir peur. Il est très familier.

colique

La Colique, Colum.

Colique passion, Colicus dolor, Caeliacus morbus.

colique


COLIQUE, s. f. [Kolike.] Maladie qui caûse des tranchées dans le ventre. "Colique bilieuse, venteûse, graveleûse ou néphrétique. — La colique le tient; il a une violente colique. Sa colique est pâssée.

Traductions

colique

colicמעינה (נ), קדדת (נ)koliekколикаcolica, scioltaколикиKolik (kɔlik)
nom féminin
mal au ventre, diarrhée avoir la colique

colique

[kɔlik] nf
(= diarrhée) → diarrhoea (Grande-Bretagne), diarrhea (USA) (= douleurs) → colic
(= personne ou chose ennuyeuse) → pain >