collégial, ale

COLLÉGIAL, ALE

(ko-lé-ji-al, a-l') adj.
Qui a rapport au collége.
Écartons la muse empesée Qui, se guindant sur de grands mots, Préside à la prose toisée Des poëtes collégiaux [GRESSET, les Ombres.]
Église collégiale, église qui n'est pas cathédrale et qui a un collége de chanoines. Substantivement.
Un de ses bâtards [à Bernard Van-Gallen] trouva le moyen d'être chanoine d'une collégiale [VOLT., Phil. II, 419]
Plusieurs de ces églises des grecs sont des collégiales [ID., Mœurs, 91]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Chantres, doyens, princes chanoines, Cathedraulx et collegiaulx, Registreurs et officiaulx [E. DESCH., Poésies mss. f° 405, dans, LACURNE.]
  • XVIe s.
    Ces escoliers furent en la ville de Tholose appellez collegiaux, comme enfans des colleges, et, en l'université de Paris boursiers, comme estans nourris et alimentez de la bourse commune de leurs fondateurs [PASQUIER, Recherches, liv. VIII, p. 791, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Collége.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COLLÉGIAL. Ajoutez :
    Tribunaux collégiaux, tribunaux composés de plusieurs membres.
    Dans tous les pays allemands et scandinaves, il existe des tribunaux à juge unique, immédiatement inférieurs aux cours d'appel ; ces tribunaux unitaires fonctionnent, dans la plupart des contrées, à côté des tribunaux collégiaux [, Journ. offic. 20 août 1876, p. 6512, 1re col.]