collet


Recherches associées à collet: colette

collet

n.m. [ de col ]
1. Nœud coulant destiné à prendre les oiseaux ou de petits mammifères : Poser des collets.
2. Anc. Partie du vêtement qui entourait le cou.
Être collet monté,
avoir une attitude guindée, compassée ; être prude.
Prendre ou saisir qqn au collet,
le capturer.

collet

(kɔlɛ)
nom masculin
1. nœud utilisé pour capturer des animaux des collets à lapin
2. être guindé Elle est très collet monté !

COLLET

(ko-lè ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; l's se lie : des collets en velours, dites : des ko-lè-z en .... ; collets rime avec traits, jamais, succès) s. m.
Partie d'un vêtement qui entoure le cou. Collet d'habit. Sauter au collet, sauter au cou.
Il y en eut une [harengère] qui sauta au collet de Monseigneur et qui l'embrassa des deux côtés [SAINT-SIMON, 91, 196]
Fig. et familièrement. C'est un profit, c'est une aubaine qui lui saute au collet, c'est un avantage qui lui arrive inopinément. Prendre quelqu'un au collet, le prendre par le haut de son habit, avec force ou avec violence.
Entrer chez lui, le tenant au collet [LA FONT., Gag.]
L'homme élevé dans la crainte des gendarmes, qui craint que son ombre ne le prenne au collet [P. L. COUR., II, 258]
Par extension. Prendre quelqu'un au collet, le forcer d'écouter. Fig.
Et quand la servitude a pris l'homme au collet [RÉGNIER, Sat. III]
Mais que plutôt son jeu mille fois te ruine, Que si la famélique et honteuse lésine, Venant mal à propos la saisir au collet, Elle te réduisait à vivre sans valet [BOILEAU, Sat. X]
Mettre la main sur le collet à quelqu'un, l'arrêter, le faire prisonnier.
Moi qui dehors, sans plus, ai vu le Châtelet, Et que jamais sergent ne saisit au collet [RÉGNIER, Sat. v.]
Fig. Prêter le collet à quelqu'un, lutter contre quelqu'un, se battre avec lui.
Je vous prêterai le collet en tout genre d'érudition [MOL., Am. méd. II, 4]
Villars manqua plus d'une occasion de prêter le collet au prince Eugène [SAINT-SIMON, 332, 90]
Jamais Malboroug, sans sa jonction [avec le prince Eugène], n'eût osé prêter le collet à nos trois armées [ID., 136, 265]
Morceau d'étoffe arrondi qui se place sur les épaules et couvre une partie du corps. Collet de manteau, morceau d'étoffe rond qui est attaché au-dessus du corps du manteau et qui couvre les épaules.
Ornement de linge qu'on mettait autrefois sur le collet du pourpoint, pour la propreté, et qu'on nommait aussi rabat. Les gens du monde le portaient ample et souvent fort orné. Un homme à petit collet, ou, simplement, un petit collet, un homme d'église, ainsi dit à cause de ce collet que les ecclésiastiques portaient plus petit. En mauvaise part, celui qui affectait de porter un petit collet et de se donner des manières dévotes. Le petit collet, la profession ecclésiastique.
Un génie qui à cet âge méprisait le petit collet [HAMILT., Gramm. III]
Il [le prince Eugène] prit ensuite le petit collet [VOLT., Louis XIV, 17]
Collet monté, collet que portaient les femmes ; il était soutenu par des cartes, de l'empois et du fil de fer.
Mignard aurait peint les courtisans du dernier siècle avec des fraises ou des collets montés [FÉN., XXI, 283]
Fig. C'est un collet monté, c'est une personne affectée, pédante Cela est collet monté, bien collet monté, cela est contraint, guindé.
... Oh ! sollicitude à mon oreille est rude ; Il pue étrangement son ancienneté. - Il est vrai que le mot est bien collet monté [MOL., Femmes sav. II, 7]
Tes bons mots .... Sont des collets montés et des vertugadins [BOILEAU, Sat. XI]
La critique qu'il fait en collet monté [SÉV., 387]
Collet de buffle, sorte de pourpoint fait de peau de buffle, qui était à grandes basques et sans manches.
Terme de boucherie. Collet de mouton, de veau, la partie entre les épaules et la tête.
Terme d'anatomie. Collet des dents, ligne dont le contour marque la séparation de la racine et de la couronne d'une dent. Terme de botanique. Point idéal d'où s'élève la tige et d'où part la racine, et qui a reçu aussi le nom de nœud vital.
Petit filet de corde tendu dans des haies ou passages étroits avec un nœud coulant, dans lequel se prennent les lièvres et les lapins. Chasser au collet. Prendre le gibier au collet. On tend les collets dans les passages que le gibier fréquente. Terme de pêche. Espèce de nœud coulant, employé pour la pêche de la carpe et du brochet.
Terme de métier. Bourrelet qui termine le goulot d'une bouteille. Collet de chandelier, la partie du chandelier qui s'élève sur le pied. Collet de hotte, la partie la plus haute du dos de la hotte. Collet d'une bougie, d'un cierge, le bout de la mèche de fil blanc qu'on aperçoit au haut. Collet d'une chandelle, le coton qui sort hors du suif. Partie du clou voisine de la tête. Rebord de la chaudière du distillateur. Partie ronde et concave au-dessus ou au-dessous d'une pièce d'orfévrerie. Bois d'une raquette à l'endroit ficelé. Collet de violon, la partie qui est au bout du manche et qui est faite en crosse. Bout du manche d'une pioche.
10° Terme de construction. La partie la plus étroite d'une marche tournante.
11° Terme de marine. Arrêt angulaire aux quatre faces du haut d'un mât. Collet d'un étai, son grand anneau.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Colletes de cotes [sorte de robe] [, Liv. des mét. 372]
  • XIVe s.
    Avant que vous partiez de vostre chambre, aiez paravant avisé que le colet de vostre chemise, de vostre blanchet ou de vostre cote ne saillent l'un sur l'autre [, Ménagier, I, 1]
    De la poictrine d'un beuf, la premiere piece qui part d'emprès le colet est appellée le grumel, et est la meilleur [, ib. II, 4]
  • XVe s.
    Ne souffrist que homme de sa court, tant fust noble ou poissent, portast trop oultrageuses poulaines, ne femmes cousues en leurs robes trop estraintes, ne trop grans collez [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, ch. 29]
  • XVIe s.
    Prestant le collet à tous ceux qui vouloient mesurer leurs forces avec luy.... [, Mém. s. du G. ch. 1]
    Un corps, avec lequel j'oseroye bien prester le collet à un autre regiment tel qu'il fust des nations qui ne nous aiment pas [LANOUE, 284]
    Elle cherchoit de l'œil un capitaine des gardes pour lui faire mettre la main sur le collet [D'AUB., Vie, XXIX.]
    Qu'il avoit veu d'Aubigné faire rentrer la moitié de son pistolet entre la cuirasse et le colet de buffle du capitaine Metar, avant que de tirer [ID., ib. XLVIII]
    Torigni et Mongommeri, avec leurs compagnies entieres, presenterent le colet aux premiers poursuivans [ID., Hist. III, 263]
    Le roy luy faisant prendre un livre dans un coffre, duquel le grand Prieur et Carmille luy passerent le couvercle sur les reins, et cela s'appeloit parmi eux prendre le lievre au collet [ID., Conf. I, 7]
    Beaux lutteurs, qui n'en eussent crainct homme collet à collet [DESPER., Contes, V]
    Un qu'on menoit au gibet disoit que ce ne feust pas par telle rue, car il y avoit dangier qu'un marchand lui feist mettre la main sur le collet à cause d'un vieux debte [MONT., I, 296]
    L'elephant luy mettoit quelquesfois la trompe dans le sein par dessoubz son collet [ID., II, 185]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de col ; wallon, golé ; espagn. coleto ; ital. colletto.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COLLET. Ajoutez :
    12° Fig. La main au collet, de force, impérieusement.
    Quand l'intention de faire plaisir est pure et nette..., elle nous fait oublier nos intérêts, et, la main au collet, nous traîne au dommage tout évident [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]

    HISTORIQUE

    • XVe s. Ajoutez :
      Quand je regarde vos colletz [des dames], Qui touchent jusque à la chainture, Si grans par derriere et si letz [larges] [, Le mirouer aux dames, dans Jahrb. für roman. liter. t. IX, p. 289]

collet

COLLET. n. m. Partie de l'habillement qui est autour du cou. Collet d'habit. Collet montant. Collet rabattu. Collet brodé. Collet piqué, montant. On dit plutôt COL.

Collet monté, Collet de femme où il y avait de la carte ou du fil de fer pour le soutenir.

Fig. et fam, Elle est un peu collet monté, se dit d'une Personne qui affecte trop de raideur, de gravité, qui a de la pruderie. On dit dans le même sens Cela est collet monté, est bien collet monté, Cela a un air contraint et guindé.

Sauter au collet de quelqu'un, le prendre, le saisir au collet, Le saisir au collet pour l'empêcher de bouger ou lui faire violence. Par extension, Prendre, saisir quelqu'un au collet, lui mettre la main sur le collet, L'arrêter et le faire prisonnier. Fig. et fam., Prendre quelqu'un au collet, Le forcer de vous écouter. On ne peut l'éviter, il vous prend au collet.

Fam., Prêter le collet à quelqu'un, Se présenter pour lutter ou combattre corps à corps contre lui.

Il signifiait autrefois Petit cou. De là, en termes de Boucherie, Collet de mouton, collet de veau, La pièce, la partie du cou de ces animaux qui reste après qu'on en a ôté le bout le plus proche de la tête.

Il se dit aussi, par analogie, en termes de Botanique, de la Partie de la plante où finit la racine et où commence la tige.

En termes d'Anatomie, Le collet d'une dent, La partie d'une dent qui est entre la couronne et la racine.

On dit aussi Le collet d'une bouteille, d'une raquette, d'une pioche, etc.

Il désigne aussi une Sorte de noeud coulant qui sert à prendre par le cou.

Il signifie encore une Sorte de lacs à prendre des lièvres, des lapins, etc. Tendre un collet.

collet

Collet, la partie pres du col.

Prens-le par le collet, et le meine en justice, Collum abstringe.

Un collet, ou gorgias dequoy les femmes couvrent leurs poitrines, Strophium, Focale, Fascia, vel quid simile, quo collum obuoluitur. B. ex Quintiliano.

Traductions

collet

צווארון (ז), צַוָּארוֹן

collet

strik

collet

límec

collet

[kɔlɛ] nm
(= piège) → snare, noose
(= cou) prendre qn au collet → to grab sb by the throat
collet monté → straight-laced