comblé

comble

COMBLE. n. m. Ce qui peut tenir au-dessus des bords d'une mesure, d'un récipient déjà plein. Le comble d'une mesure.

Il signifie aussi Toute construction de bois, de fer ou de maçonnerie, placée au-dessus d'un édifice, pour soutenir la couverture d'ardoises, de tuiles, de plomb, etc. Un comble de charpente, de fer. Les ouvriers sont sur le comble de la maison pour réparer la couverture.

On l'emploie également au pluriel dans ce sens, et surtout en parlant des Logements situés dans la partie la plus élevée d'une maison, d'un édifice. Il loge dans les combles, sous les combles.

DE FOND EN COMBLE, loc. adv. Voyez FOND.

COMBLE désigne figurément le Dernier surcroît, le plus haut degré de quelque chose, particulièrement de la gloire, de la joie, des désirs, de l'affliction, des maux, des vices, etc. Parvenir, arriver au comble des honneurs, au comble de la fortune, au comble de ses désirs. Il est au comble de ses voeux. Il a mis le comble à ma félicité. Ce fut le comble de nos maux. Le comble de son affliction, de sa douleur. C'est le comble de l'effronterie. L'irritation des esprits était au comble.

POUR COMBLE DE, loc. prép.; POUR COMBLE, loc. adv. Pour dernier surcroît. Il tomba malade, et pour comble de malheur, pour comble de disgrâce, ou simplement pour comble, il perdit, peu de temps après, tout son bien. Il gagna la bataille et, pour comble de gloire, il fit le général ennemi prisonnier.

comble

COMBLE. adj. des deux genres. Qui est rempli jusque par-dessus les bords. Il ne se dit proprement que des Mesures de choses sèches, comme le blé, le seigle, la farine, etc.; et il n'est d'aucun usage en parlant de la Mesure des choses liquides. Mesure comble.

Fig., La mesure est comble, se dit en parlant de Celui qui, par ses crimes, ou par ses fautes réitérées, s'est rendu coupable au point de ne devoir plus espérer de pardon.

Par extension, il se dit d'un Lieu rempli de monde. Nous voulûmes entrer au spectacle; mais il n'y avait plus de place, la salle était comble.

comble

Comble, m. penac. Summa. B. ex Quintil. Il vient de ce mot Latin, Cumulus, Mais il s'estend un peu plus avant que ce mot Latin, Cumulus, qui est usité pour un tas de plusieurs choses separées: Car il se prend aussi pour la charpenterie, faisant le fest d'un bastiment, sur laquelle est portée la tuile, et en cette signification se rendra en Latin par ce mot, Culmen, auquel Virgile adjouste aussi cet adjectif, Summum, disant: Et iam summa procul villarum culmina fumant.

Le comble, ce qui est adjousté outre la juste mesure, Cumulus.

Donner le comble, Cumulum afferre.

Pour le comble de mon loyer, Pro mercedis cumulo.

En ce est le comble de mes desirs, In eo constat summum votorum, meorum. B.

Destruire de fond en comble, Fortunis omnibus euertere. B. ex Cic. Sursum deorsumque euerti.

comble

Comble de dueil, et d'ennuy.

comble


COMBLE, adj. et subst. COMBLÉ, ÉE, adj. COMBLER, v. act. [Konble, konblé, blé-e, blé; 1re lon. 2ee muet au 1er, é fer. aux trois aûtres, long au 3e.] I. Comble, adj. ne se dit que des mesûres et des chôses sèches seulement; on ne le dit point des liquides. Mesûre comble, boisseau, minot comble, tout comble, etc. — Figurément, la mesûre est comble, les crimes sont montés à l'excès: on a tout à craindre des vengeances divines; ce qui se dit, par extension, de la colère des Souverains les plus clémens, et des hommes les plus indulgens.
   II. COMBLE, s. m. est 1°. ce qui peut tenir au-dessus des bords d'une mesûre, d'un vaisseau déja plein. Le comble d'un boisseau, d'un minot: "Il a tant doné pour le comble. = 2°. Le faîte d'une maison. Comble est plus du style simple et faîte du style élevé: "Maison abatue, ruinée de fond en comble, ce qui se dit au propre et au fig. = 3°. Figurément, le dernier surcroit, le plus haut degré de quelque chôse: le comble des honeurs, ou de l'infortune, etc. etc.
   Être au comble de, Mettre le comble à... "Il est au comble de la gloire.
   Oui, cher Prince, ta mort, de tant de pleurs suivie,
   Met le comble aux grandeurs dont tu fus revêtu.
       Rouss.
* Brébeuf, gêné par la mesûre du vers, dit, mettre un comble.
   Ou que, pour mettre un comble au mal qui les menace,
   Les rigueurs de la faim ne suivent la bonace.
   Je ne sais si l'on pardonerait aujourd'hui cette faûte à un Poète, mais certainement on ne l'épargnerait pas dans un Prosateur.
   Être au comble se dit quelquefois sans régime: "La mesure est au comble: "Il s'aplique à gagner l'afection des vieux Capitaines, dont la réputation et l'expérience étoient au comble. Télém.
   Pour comble, adv. Pour surcroit. "S'atendoit-on qu'un... erreroit, et pour comble, qu'il se rétracteroit. Coyer. "Et pour comble, ce passage est celui de la déraison. Linguet.
   Mais, pour comble, à la fin, le Marquis en prison,
   Sous le faix des procès vit tomber sa maison.
       Boil.
  III. COMBLÉ n'était autrefois que participe, Comblé de bien, de gloire, de faveurs. Aujourd'hui on l'emploie comme adjectif, sans régime et dans le sens de ravi, enchanté: c'est un mot de petite maîtresse: Gresset et Coyer s'en moquent.
   Et! bon jour, cher Cléon, je suis comblé, ravi
   De retrouver enfin mon plus fidèle ami.
       Méchant.
Gresset, dans la même Comédie, emploie, dans le même sens, le verbe combler. Il fait dire à Cléon:
   Ma foi, si vous voulez,
   Que je vous parle aussi très-vrai, vous me comblez:
   Vous m'avez épargné, par cet aveu sincère,
   Le même compliment que je voulois vous faire.
"En bien et en mal, ils escaladent tous les superlatifs: ils sont comblés, enchantés, furieux, sur des choses qui n'auroient pas causé la moindre émotion dans leurs aïeux, mais seulement dans leurs aïeules. Coyer.
   IV. COMBLER veut dire: 1° Remplir un vaisseau, une mesûre jusque par-dessus les bords; combler un boisseau, une mesûre. — Il est peu usité en ce sens, excepté dans cette expression: combler la mesûre, qui est du style figuré; faire quelque nouvelle faûte, après laquelle il n'y a plus de pardon à espérer. "Leur rébellion a comblé la mesûre. — On ne dit pas au passif, la mesûre est comblée, mais comble. Voy. plus haut COMBLE, adj. n°. I.
   2°. Remplir un creux, un vide: "Combler un fossé, des valées, la tranchée.
   3°. Combler de biens, au figuré, faire de grands biens à... et ainsi combler de bienfaits, de grâces, de faveurs.
   Je t'ai comblé de biens, je t'en veut acabler.
       Cinna.
"Il l'a comblé de faveurs: il est comblé de gloire.
  4°. Dans le jargon moderne, ravir enchanter. Voy. plus haut, un exemple de Gresset.

Synonymes et Contraires

comblé

adjectif comblé
Qui est pleinement satisfait.
aux anges, ravi, satisfait -littéraire: fort aise.
Traductions

comblé

fulfilled

comblé

מדושן עונג (ת), שבע (ת), שָׂבֵעַ