comblé, ée

COMBLÉ, ÉE

(kon-blé, blée) part. passé.
Rempli jusque par-dessus le bord. Un boisseau comblé.
Rempli. Un fossé comblé avec des gravats. Les tranchées comblées de morts.
Quand un carrosse fait de superbe manière, Et comblé de laquais et devant et derrière [MOL., Fâcheux, I, 1]
Fig. Il est comblé d'honneurs.
Je partage les maux dont je la vois comblée [CORN., Sertor. IV, 3]
Comblé de douleur amère [SÉV., 412]
Ainsi pour vous venger tant de rois assemblés, D'un opprobre éternel retourneront comblés [RAC., Iphig. I, 2]
Absolument, très satisfait.
Vous êtes trop bonne, j'en suis comblée [SÉV., 71]
M. d'Arrouy est comblé de vos honnêtetés [ID., 73]
Ce bon homme en paraît l'âme toute comblée [CORN., D. San. V, 5]
M. de Bièvre se promenait à la campagne avec un très gros homme qui s'arrêta au bord d'un fossé et dit : Je le sauterais bien, mais je pourrais tomber dedans. - Ah ! monsieur, repartit de Bièvre, il serait comblé de vous recevoir [, Bievriana, p. 98]