commanderie

commanderie

n.f.
1. Bénéfice accordé à un dignitaire des ordres religieux hospitaliers.
2. Résidence du commandeur d'un ordre religieux hospitalier.

COMMANDERIE

(ko-man-de-rie) s. f.
Espèce de bénéfice, qui appartient à un ordre militaire, et qui se donne aux chevaliers, par rang d'ancienneté, ou pour récompense de leurs services avec le titre de commandeur.
Les chevaliers de Malte menèrent Zizin dans une de leurs commanderies [VOLT., Mœurs, 107]
Nous sommes voisins d'un commandeur de Malte.... Une partie des terres de la commanderie est enclavée dans celle de notre gendre Dupuits [VOLT., Lett. d'Argental, 29 oct. 1764]
L'édifice même.
Là [au-dessus de Neustadt] se trouvait une commanderie ruinée où on jeta quatre bataillons [SAINT-SIMON, 40, 213]

ÉTYMOLOGIE

  • Commander.

commanderie

COMMANDERIE. n. f. Bénéfice affecté à l'ordre de Malte ou à quelque autre ordre militaire. Une commanderie de Malte.

Il se disait quelquefois de l'Édifice où résidait celui qui possédait la Commanderie.

commanderie


COMMANDERIE, s. f. COMMANDEUR, s. m. [Komanderi-e, man-deur; 2e lon. 3e e muet, 4e lon. au 1er. Il serait plus conforme à l'étymologie et à l'analogie d'écrire avec un e Commenderie, Commendeur, comme on écrit Commende et Commendataire, et ainsi, Commendite, Commenditaire: mais l'usage le plus commun est de les écrire avec un a.] Commanderie est un bénéfice, dont jouit un Chevalier de quelque Ordre que ce soit. — Commandeur est le Chevalier qui a été pourvu d'une Commanderie.
   *COMMANDEUR: c'est par ce nom que des Traducteurs de Livres Anglais rendent le mot Commodore. Il faut dire, Commandant ou Chef d'Escadre. Voy. le Dict. de Boyer.

Traductions