command

(Mot repris de commands)

COMMAND

(ko-man) s. m.
Terme de jurisprudence. Celui pour lequel on fait une acquisition sans que son nom soit porté dans l'acte. Celui pour lequel l'adjudicataire déclare avoir enchéri. Déclaration de command, acte par lequel un avoué nomme la personne pour le compte de qui il s'est rendu adjudicataire.
Autrefois, lieutenant.
Le père de Villars est donné pour avoir été mis command dans Condrieux par le duc de Nemours [SAINT-SIMON, 143, 83]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Et cil respondent : sire, à vostre commant [, Ch. de Rol. LXXIV]
    Jà prist il Noples sans le vostre commant [, ib. CXXXII]
  • XIIe s.
    Si me mettrai du tout à son commant [QUESNES, Romancero, p. 90]
  • XIIIe s.
    Par le commant le roi est Symons retournés [, Berte, CXXI]
  • XVIe s.
    Un acheteur d'aucuns heritages vendus par decret de la justice, peut retenir pour luy les dits heritages ou faire et denommer son command recevable et luy transporter et delaisser iceux heritages [, Nouv. coust. génér. t. I, p. 411]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. COMMANDER ; provenç. coman ; espagn. comando ; ital. commando. Command, dans l'ancien français, signifie commandement.

command

COMMAND. n. m. T. de Jurisprudence. Celui que l'adjudicataire d'un immeuble s'est réservé de nommer et pour lequel il déclare avoir acquis. Déclaration de command.

command

Command, pour commande par apherese est la premiere personne de commander, Iubeo, comme à Dieu vous command, Deum te saluum habere iubeo. Vale. voyez Commander.

Command, est un nom, et signifie commandement et puissance: en Berinus, Tous mes biens sont à vostre command et puissance, In tua sunt potestate ac manu, on disoit aussi anciennement Mand pour mandement, voyez Mand.