comma

(Mot repris de commas)

COMMA

(ko-mma) s. m.
Terme de grammaire grecque. Une partie du membre ou colon, c'est-à-dire une incise. Pour les métriciens, une des parties du vers hexamètre séparées par la césure. Nom de la virgule.
Terme de musique. Très petit intervalle. Les Anciens reconnaissaient plusieurs comma. Le comma moyen est l'excès du mi calculé comme quatrième quinte de l'ut, sur le mi calculé comme sa tierce. La différence est de 81 à 80, ce qui fait à peu près un neuvième de ton. Le comma est la différence du demi-ton majeur au demi-ton mineur, comme d'ut dièze à ré bémol.
Quelques-uns même s'imaginent que le ton majeur n'est point différent du ton mineur, de sorte que le comma, qui en est la différence, leur est insensible [MALEBRANCHE, Recherche, VI, 4]
Dites-moi si vous divisez à Siam le ton majeur en deux comma et deux semi-comma [VOLT., Dial. 22]
Les musiciens entendent par comma la huitième ou la neuvième partie d'un ton, la moitié de ce qu'ils appellent un quart de ton ; mais on peut assurer qu'ils ne savent ce qu'ils veulent dire, en s'exprimant ainsi, puisque pour des oreilles comme les nôtres un si petit intervalle n'est appréciable que par le calcul [J. J. ROUSS., Dict. de musique, mot comma.]
Terme d'imprimerie. Ponctuation qui se marque par deux points l'un au-dessus de l'autre. Au plur. Des comma.

ÉTYMOLOGIE

  • En grec, ce qui est coupé, de couper.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COMMA. Ajoutez :
    Papillon de jour, appelé aussi la bande noire, papilio comma ; le comma blanc, papillon de nuit, noctua comma.

comma

COMMA. n. m. T. de Musique ancienne. La huitième ou neuvième partie d'un ton, à peu près la moitié d'un quart de ton. La valeur du comma n'est appréciable que par le calcul.
Traductions