commentateur, trice

COMMENTATEUR, TRICE

(ko-mman-ta-teur, tri-s') s. m. et f.
Celui, celle qui commente. Les commentateurs de la Bible.
Madame, votre mari [Dacier] n'est pas le seul traducteur et commentateur, et vous êtes la seule traductrice et commentatrice [VOLT., Dictionn. phil. art. Scoliaste.]
Que tous les disciples d'Aristote assemblent tout ce qu'il y a de fort dans les écrits de leur maître ou de ses commentateurs pour rendre raison de ces choses par l'horreur du vide [PASC., Pesant. de l'air, Conclusion.]
Surnom d'Averrhoès, ainsi nommé parce qu'il fut, parmi les Arabes, le commentateur par excellence d'Aristote. Les commentateurs, les juristes qui, à la fin du moyen âge, ont commenté les textes du droit romain.

ÉTYMOLOGIE

  • Le latin commentator (voy. COMMENTER) ; espagn. comentador ; ital. commentatore.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COMMENTATEUR. Ajoutez :
    Celui qui explique, qui donne une instruction sur un objet.
    Nous remarquons au banc des savants étrangers M. Hilgard, commentateur des poids et mesures, un des géodésistes les plus éminents des États-Unis [H. DE PARVILLE, Journ. offic. 26 mai 1872, p. 3522, 2e col.]
    Adj. Titre commentateur, titre d'une pièce qui la commente, en indique le sujet.
    Pour revenir aux titres commentateurs, que dites-vous de celui-ci de notre ami Cerisantes... ? [BALZAC, Lett. inédites, IX, éd. Tamizey-Larroque]