commun


Recherches associées à commun: nom commun

1. commun, e

adj. [ lat. communis ]
1. Qui appartient à tous ; qui concerne tout le monde ; collectif : La salle commune de la mairie. Toutes les parties communes d'un immeuble.
2. Qui est propre au plus grand nombre : L'intérêt commun général, public ; particulier
3. Qui appartient à plusieurs choses ou personnes ; qui est fait à plusieurs en même temps : Ce mur est commun aux deux propriétés il est mitoyen collectif ; individuel
4. Qui se rencontre fréquemment ; qui manque d'originalité : Il s'agit d'une maladie tout à fait commune et sans gravité courant, répandu ; inhabituel, rare banal, ordinaire, quelconque ; inédit, original
5. Qui manque de distinction, d'élégance : Des manières très communes grossier, vulgaire ; distingué, raffiné
Avoir qqch de commun avec,
ressembler à qqch, à qqn.
En commun,
ensemble : Nous mettons en commun nos économies ; en société : Les transports en commun.
Lieu commun
Nom commun,
en grammaire, nom qui s'applique à un être ou à une chose considérés comme appartenant à une catégorie générale (par opp. à nom propre).

2. commun

n.m.
Hors du commun,
exceptionnel.
Le commun des mortels,
n'importe qui, tout un chacun : C'est un lieu inaccessible au commun des mortels.

communs

n.m. pl.
Bâtiments d'une grande maison, d'un château (cuisines, écuries, logement du personnel) réservés au service dépendances

commun

COMMUN, UNE. adj. Qui sert, qui peut servir à tout le monde ou seulement à plusieurs personnes. La lumière est commune à tous les hommes. Un puits commun. Une cour commune. Passage, escalier, chemin commun. Cela est commun à tout le bourg, commun aux deux maisons. Tout est commun entre eux.

Maison commune se disait de l'Hôtel où s'assemblent les officiers municipaux. On dit aujourd'hui MAIRIE.

Il signifie aussi Qui est propre à différents êtres ou à différentes choses. Le boire et le manger sont communs à l'homme et aux animaux. La vie végétative est commune aux animaux et aux plantes. Qualités communes. Traits, caractères communs. Ami commun. Péril commun. Des goûts communs les rapprochèrent. Cette douleur, cette joie m'est commune avec bien des gens. Entreprendre une chose à frais communs. La commune mesure de deux quantités. Diviseur commun. Le plus grand commun diviseur. Dénominateur commun. J'ai cela de commun avec lui. Cette affaire n'a rien de commun avec celle dont il s'agit.

En termes de Rhétorique, Lieux communs, Sources générales d'où un orateur peut tirer ses arguments. Aristote a traité des lieux communs. Il se dit aussi de Certaines réflexions générales qu'on développe à l'occasion de sujets particuliers. Cicéron et Massillon aiment à développer les lieux communs. Il se dit encore des Idées usées, rebattues. Il ne dit que des lieux communs.

Le Droit commun, La loi générale d'un pays qui s'applique à tout le monde sans exception. Un délit de droit commun, régime de droit commun.

Faire cause commune, se dit de Deux ou plusieurs personnes qui réunissent leurs efforts pour atteindre le même but, pour se défendre contre le même danger.

Faire bourse commune, se dit de Deux ou plusieurs personnes qui font leur dépense en commun.

Faire vie commune, Vivre à frais communs.

Vie commune se dit encore en parlant des Religieux ou des religieuses qui vivent en communauté. On appela Cénobites ceux qui avaient adopté la vie commune.

La vie commune se dit encore, surtout en termes de Littérature, des Moeurs générales, des événements ordinaires de la vie, par opposition à la condition des princes, des héros, etc.

En termes de Grammaire, Nom commun, Qui appartient à tous les individus de la même espèce par opposition à Nom propre qui n'appartient qu'à un seul.

Syllabe commune se dit, en termes de Prosodie, d'une Syllabe qui est tantôt brève et tantôt longue.

En termes de Géométrie, il se dit de Ce qui appartient à la fois à deux figures que l'on compare. L'angle a, le côté b c sont communs à tel triangle et à tel autre.

En termes de Jurisprudence, Époux communs en biens, Entre lesquels il y a communauté de biens. Le contrat porte que les époux seront communs en biens. On le dit quelquefois, au singulier, de l'Un des époux entre lesquels il y a communauté. L'époux commun en biens peut...

Sens commun, Faculté par laquelle la plupart des hommes jugent naturellement des choses. Cela est contre le sens commun. Cela répugne au sens commun, n'a pas le sens commun, n'a pas l'ombre du sens commun. C'est un homme qui n'a pas le sens commun.

Il signifie aussi Qui est public, général, qui est ordinaire, qui se pratique ordinairement, qui appartient ou peut appartenir à la plupart des hommes ou à un grand nombre d'hommes. C'est l'opinion commune. Une erreur très commune. L'intérêt commun. Une destinée commune. L'usage en est fort commun. Il n'y a rien de si commun, rien n'est plus commun. C'est une chose bien commune. Rien n'est plus commun que de voir...

Les mots, les termes communs de la langue, Les mots, les termes ordinaires de la langue par opposition à Ceux qui ne sont usités que dans les arts et dans les sciences.

Il signifie en outre Qui se trouve aisément et en abondance. Les melons sont fort communs cette année. Les bons muscats sont communs en Languedoc, en Provence.

La langue commune, La langue qui est parlée le plus généralement dans un pays. En Belgique, le français est la langue commune.

La voix commune, L'opinion générale.

D'une commune voix, À l'unanimité. D'un commun accord, De concert, chacun adhérant à la chose.

Faire preuve par la commune renommée, Faire preuve par l'opinion publique.

Il signifie encore Qui est médiocre, qui ne sort pas de l'ordinaire, qui est peu estimable dans son genre, et se dit aussi, dans cette acception, des Choses de l'esprit. Il a fait un discours très commun. C'est un prédicateur fort commun. Un auteur, un poète très commun. Une invention commune. Des pensées communes. Idée commune. Rien de plus commun (Voyez ci-dessus Lieux communs). Le fond commun.

Il signifie aussi Qui est vulgaire, bas, par opposition à Noble, distingué. Il a l'air commun, la figure commune. Son langage est bien commun. Cette femme a des manières communes.

Il se dit également des Marchandises, des objets de peu de valeur et d'une qualité médiocre. Un marchand qui n'a que des marchandises communes, très communes, qui n'a rien que de commun.

Cette terre donne tant de revenu, année commune, Bon an, mal an, en compensant les mauvaises années avec les bonnes.

Il est aussi nom masculin et il se dit d'une Société entre deux ou plusieurs personnes. Il faut prendre cette dépense sur le commun.

Vivre sur le commun, Vivre aux frais d'une société, sans prendre sa part de la dépense commune.

En commun, Ensemble, en société. Ils ont mis leur bien en commun. Ils vivent en commun. Travailler en commun. Ils jouissent de la succession en commun, jusqu'à ce qu'ils aient fait le partage.

Il signifie encore Le plus grand nombre, la plus grande partie. Le commun des hommes. Le commun des lecteurs.

Fig., Cette personne, cette chose est du commun, Elle n'est pas de grand mérite, de grand prix. C'est un homme du commun. Il est hors du commun. Il passe le commun. Il est au- dessus du commun. Sa charge le tire du commun. Une personne du commun signifie aussi quelquefois Une personne du peuple.

En termes de Liturgie, Le commun des apôtres, des martyrs, des confesseurs, des vierges, etc., L'office général des apôtres, des martyrs, etc., pour qui l'Église n'a point réglé d'office particulier. Fig. et fam., Être du commun des martyrs, Ne se faire distinguer par aucun talent, par aucune qualité.

Les communs, se dit, dans les grandes maisons, des Bâtiments qui servent aux cuisines, aux garages, aux écuries et généralement aux différentes parties du service. L'hôtel est petit, mais les communs sont très vastes.

commun

Commun, Communis, Vulgatus, Vulgaris, Ce dont on use communéement et pour le plus. Foüillous en la venerie, La race des chiens fauves fut premierement commune au temps du Roy François pere des veneurs, c'est à dire en usage à tous, usitée de tous.

Chien commun, est dit celuy qui court toutes bestes. Foüillous au 2. chap. de la venerie, parlant des chiens blancs, Et auparavant estoient en peu d'estime principalement entre les gentils-hommes d'autant qu'ils ne sont pas communs à courir toutes bestes, mais seulement le cerf, et au 3. parlant des fauves, Tels chiens ne sont pas communs, parce qu'ils ne veulent faire qu'un mestier, et qu'ils ne font cas de lievres, ne d'autres menuës bestes. Et au 4. parlant des gris, Ils sont chiens communs, parce qu'ils sçavent faire plusieurs mestiers: à cette cause ils sont commodes pour gentils- hommes, car leur naturel est tel qu'ils courent toutes les bestes qu'on voudra faire chasser.

Commun et appartenant à tous, Publicus, Promiscuus.

Qui n'est point commun aux autres, Specialis, Peculiaris.

Un commun dit du temps passé, Vetus verbum, Vetus adagium.

C'est un dit commun, Cela est tout commun, Vulgare est, vulgo dicitur, vel dici solet.

Cela leur est tout commun, ou advient tout communéement, Familiarissimum hoc illis est.

Il n'y a rien si commun, Nihil est tam vulgare.

Ce est commun à tous, de, etc. Publicum quidem omnium est, tabulata, etc.

L'air est commun à tous, Liberum est caelum.

Le plus commun bruit est que, etc. Fama vulgatior est, ludibrio fratris, etc.

Le commun populaire qui n'a aucun sçavoir, Imperita multitudo, Vulgus imperitum.

Le commun populaire qui n'a nuls biens Capite censi.

Le jour duquel le commun n'a nulle cognoissance, Ignotus in vulgus dies.

Charger le commun et le particulier, Publice et priuatim oneri esse.

Estre loüé et approuvé du commun, In vulgo probari.

Vivre en commun, comme mari et femme, Aquae et ignis communio. B. ex Festo.

La commune, Vulgus.

Une commune maniere de parler qui n'a nuls ornemens, Sermo vulgaris.

C'est chose trop commune, Peruulgatum est.

Suyvre la commune maniere de faire, Viam vulgarem ingredi.

commun


COMMUN, UNE, adj. [Ko-meun, mu-ne.] 1°. Il se dit des chôses auxquelles tout le monde participe, ou a droit de participer. "La lumière est commune à tous les hommes. = 2°. Des chôses dont l'usage apartient à plusieurs. "Puits, escalier, passage, chemin commun; Cour commune aux deux maisons. = 3°. De ce qui est propre à diférens sujets: "La vie végétative est commune aux animaux et aux plantes. "Intérêt, péril commun. "Cette joie, cette douleur m'est commune avec tous les gens de bien. = 4°. Général, universel. "Le bruit commun, l'opinion commune, le droit commun. = 5°. Ordinaire: "Chôse commune. "Il n'y a rien de si commun: "Cela est commun entre ou parmi les Soldats, les Bourgeois, etc. = 6°. Qui se trouve aisément et en abondance. "Les fruits, les alimens les plus communs, les herbes les plus communes: Les figues les muscats sont communs en Provence. 7°. Qui est de peu de valeur. "Marchandises communes, ou médiocre en son espèce. "Prédicateur, Auteur, Poète fort commun.
   Rem. 1°. Simple et commun ne sont rien moins que synonymes; et rien de moins commun en tout genre que la simplicité. Aussi J. J. Rousseau a fort bien parlé, quand il a dit des Français que "c'est précisément leur aversion pour les chôses communes, qui les ramène quelquefois aux chôses simples. Let. à M. d'Alembert. — Commun, ordinaire, trivial, vulgaire (synon.) Voy. Trivial.
   2°. Commun sans régime a un sens diférent de commun, régissant la prép. à: "Des disgraces communes sont des disgraces ordinaires et peu considérables: des disgraces communes à tous les hommes, auxquels tous les hommes peuvent être sujets, peuvent être aussi des disgrâces extraordinaires et considérables. Je crois donc que le P. Rapin a parlé peu exactement, quand il a dit que: "La fin de la Tragédie est d'aprendre aux hommes à ne pas craindre trop foiblement des disgraces communes. — Assurément les disgrâces représentées sur la scène ne sont pas ordinairement des disgrâces communes et légères. Il devait dire, à ne pas craindre avec trop de faiblesse des disgraces qui leur sont communes avec les Grands, avec les Héros.
   3°. Quand commun signifie général, unanime, il peut se placer devant le substantif: d'une commune voix, et non pas d'une voix commune. On dit la commune opinion, ou l'opinion commune. On ne dit que, le bruit commun, même en vers. Dans les aûtres acceptions, on peut le placer, en vers, devant le substantif; encôre n'y fait-il pas toujours bien.
   La sublime valeur, le zèle pour son Roi
   N'ont pu le garantir, au milieu de son âge,
   De la commune loi.       Rouss.
En prôse on dirait, de la loi commune.
  Et pour le commun bien
  Vous et moi ne négligeons rien.
      Agesilas.
Cette inversion est dûre, même en poésie; il faut dire, le bien commun. Ainsi, la commune patrie, le commun peuple, comme dit Bossuet, ont quelque chose de dur et de sauvage. On dit, la patrie commune: le peuple, tout seul et sans adition; car le peuple commun serait encôre plus ridicule. — M. Targe a dit tout récemment, le commun peuple: c'est un vrai anglicisme: the commun people. "De part et d'aûtre on se séduit à communs frais. La Rue. "Dans toutes les chôses extraordinaires, et qui sortent des communes règles. La Bruy. Dites à frais commun, des règles communes.
   * 4°. On dit, je n'ai rien de commun avec lui; ce que vous avec de commun avec moi, etc. etc. mais on ne doit pas dire, comme l'a fait M. Gautier dans sa Réfutation du Discours de J. J. Rousseau sur les Sciences, etc. "M. Rousseau atribue à notre siècle des défauts et des vices qu' il n'a point, ou qu'il a de commun avec les Nations qui ne sont pas policées. Il fallait dire, qui lui sont communs avec, etc. — La raison de la diférence entre ces phrâses, c'est que dans les deux premières, ce n'est pas le verbe avoir, mais les pronoms rien et ce que, qui régissent la prép. de. L'emploi de cette préposition devant commun, dans ces deux premières phrâses, n'est donc pas une conséquence pour la troisième.
   5°. Dans le style simple, on apèle lieux communs, dans les ouvrages d'esprit, des chôses triviales, et rebatûes. "Employer des lieux communs. "Ses Livres, ses Sermons, ses vers ne sont remplis que de lieux communs. = Sens commun, le bon sens. On a dit depuis long-temps, avec vérité, qu' il n'y a rien de moins commun que le sens commun. = Faire bourse commune se dit de ceux qui ont mis leur argent ensemble pour la dépense. = Noms communs. Voy. APPELLATIF.
   6°. Commun est aussi subst. masc. mais quand il est employé seul et sans régime, il n'est pas du beau style. On dit qu'un Parasite vit sur le commun. Le proverbe dit aussi, qui sert au commun, sert à pas un; et il n'y a point d'âne plus mal bâté que celui du commun. Hors de là, l'on joint à commun d'aûtres noms au génitif pluriel: Le commun des Hommes, des Philosophes, des Grammairiens, etc. Bossuet a dit: "La durée que le commun donne au premier Empire des Assyriens, etc. On dirait aujourd'hui, le commun des Chronologistes. — L'Acad. dit aussi, dans ses Sentimens sur le Cid. "Les Savans même doivent souffrir avec quelqu'indulgence les irrégularités d'un ouvrage, qui n'auroit pas eu le bonheur d'agréer si fort au commun, s'il n'avoit des grâces qui ne sont communes. On ne dit plus le commun en ce sens, on dit le Public, et l'on ne pourrait pas aujourd'hui se parer de cette gentillesse antithétique. — M. Targe, après avoir dit que plusieurs chefs des Rebelles furent jugés et exécutés, ajoute que: "tout le commun fut emprisonné. Et âilleurs: "Il continua sa marche jusqu'aux hauteurs de Badenoch, d'où il congédia tout le commun de ses troupes. Hist. d'Angl. de Smolet. — Tout cela est de l'Anglais assez mal habillé à la Française. — Le commun est plus en usage comme substantif abstrait. Voyez TRIVIAL, n°. 2°. c'est ainsi qu'on dit, qu'une chôse est du commun, quand elle n'est pas de grand mérite, ni de grand prix. Il est hors du commun, il est au-dessus du commun: Sa charge le tire du commun.
   Dans l'Ofice éclésiastique, le commun des Apôtres, des Martyrs, etc. c'est l'Ofice général des Apôtres, des Martyrs, etc. qui sert quand il n'y a pas d'Ofice particulier. Faire du commun, prendre du commun, dire la Messe du commun, etc.
   COMMUN subst. se dit, dans les grandes maisons des Domestiques. La salle, la table, le diner, le pain, le vin du commun. — Chez le roi, il y a le grand commun et le petit commun.
   En commun, adv. Vivre en commun: "Tout étoit en commun chez les premiers Chrétiens.

Traductions

commun

(kɔmœ̃)

commune

gemein, gemeinsam, allgemein, gemeinschaftlich, weitverbreitetcommon, joint, mutual, communal, concerted, generic, singlealgemeen, gezamenlijk, gemeenschappelijk, alledaags, banaal, gemeen(schappelijk), gewoon, universeel, vulgair, gemeen, veelvoorkomendהמוני (ת), מצוי (ת), מקובל (ת), משותף (ת), נדוש (ת), נהוג (ת), נפרץ (ת), פשוט (ת), ציבורי (ת), קבוצתי (ת), רגיל (ת), שיתופי (ת), שכיח (ת), שָׁכִיחַ, שִׁתּוּפִי, קְבוּצָתִי, הֲמוֹנִי, מְשֻׁתָּף, נָדוֹשׁ, נָהוּג, מָצוּי, מְקֻבָּלcomúběžný, obecný, obyčejný, společnýfælleskomunacomúnyhteinen, yleinenawam, umumsameiginlegurcomunecommunisfelles, vanligwspólnycomumgemensam, vanligκοινός, συνήθηςشَائِعčest普通の흔한общийที่เกิดขึ้นทุกวันyaygınphổ biến常见的 (kɔmyn)
adjectif
1. utilisé par plusieurs personnes une salle commune
2. identique, semblable avoir des points communs
3. qui est fait par plusieurs personnes une action commune
4.
a. qui appartient à plusieurs personnes mettre qqch en commun
b. ensemble faire qqch en commun
5. banal, ordinaire Ce n'est pas commun.

commun

[kɔmœ̃, yn]
adj
[problème, intérêts, passion] → common; [amis] → mutual
Nous avons des intérêts communs → We have interests in common., We have common interests.
Je l'ai appris par des amis communs → I heard it from mutual friends.
le bien commun → the common good
avoir des points communs avec qn → to have things in common with sb
Ils ont beaucoup de points communs → They have a lot in common.
sans commune mesure → completely different
c'est sans commune mesure avec ... → there's no possible comparison with ...
sans commune mesure avec qch → on an altogether different scale from sth
[pièce, services] → communal, shared
une salle de bain commune → a shared bathroom
voir aussi fosse commune
être commun à [pièce, services] → to be shared by
[réunion, effort, travail] → joint
d'un commun accord → by mutual agreement
Ils ont décidé d'un commun accord d'abandonner le projet → They decided by mutual agreement to drop the project.
(= courant) [fait, plante] → common, commonplace
Ce genre de problème est tout à fait commun → This kind of problem is very common., This kind of problem is very commonplace.
peu commun → unusual
(péjoratif) [manières, personne] → common
voir aussi lieu commun
nm
cela sort du commun → it's out of the ordinary
le commun des mortels → the common run of people
en commun [faire] → jointly
avoir en commun [+ intérêts] → to have in common
Ils n'ont rien en commun → They've got nothing in common.
mettre en commun [+ biens, services] → to share; [+ ressources] → to pool
Nous mettons tous nos livres en commun → We share all our books. communs
nmpl (= bâtiments) → outbuildings
nf
voir commune