compasser

(Mot repris de compassent)
Recherches associées à compassent: compasses

COMPASSER

(kon-pâ-sé) v. a.
Mesurer avec le compas des degrés, des distances sur une carte, sur un plan. Exécuter avec exactitude certains ouvrages à figures.
Il s'en sert à compasser la broderie de quelque parterre [DESC., Diopt. 8]
Fig. Compasser ses actions, ses démarches, les soumettre à une règle minutieuse.
On a beau compasser dans son esprit tous ses discours [BOSSUET, Polit.]
On voit des gens sincères, qui toujours sont à s'étudier, à compasser toutes leurs paroles et toutes leurs pensées [FÉN., XVIII, 444]
Et quant à moi je trouve, ayant tout compassé, Qu'il vaut mieux être encor trompé que trépassé [MOL., Sgan. 11]
Terme de marine. Compasser sa carte, marquer avec la pointe d'un compas le lieu où se trouve le vaisseau.
Terme de relieur. Compasser un livre, le mesurer avec le compas pour le rogner.
Terme de mineur. Compasser les feux, les disposer de manière qu'ils prennent tous ensemble, pour produire un plus grand effet. Anciennement. Compasser la mèche, disposer la mèche pour mettre le feu à l'arquebuse.
La sentinelle n'osa me tirer, parce que, lorsque je le vis compasser la mèche, je lui criai que je le ferais pendre s'il tirait [RETZ, IV, 318]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cil qui primes l'edefia Et qui le chastel compassa, Moult fu sages et cortois [, Roman de Rou, ms. p. 11, dans LACURNE]
  • XIIIe s.
    Il n'a futur ne preterit ; Car qui bien la verité seüst, Tuit li trois tens i sunt present, Li quiex present le jour compasse [, la Rose, 20217]
    Jason qui premiers la passa [la mer], Quant les navires compassa Por la toison d'or aler querre.... [, ib. 9544]
    Quant Diex biauté li compassa [, ib. 9098]
    Puis que cis mons [ce monde] fu compassés [, ib. 5424]
    Li murs si est si compassés, Qu'il est de droite quarreüre [, ib. 3824]
  • XIVe s.
    [Les cheveux] pendans par les espaules, par oevre compassée [, Baudouin de Seb. I, 973]
  • XVe s.
    Et y avoit grand foison de charpentiers et d'ouvriers qui l'avoient compassée et ouvrée [une machine] et savoient comment elle devoit aller [FROISS., II, III, 35]
    Et compassa fort bien son temps et faisoit une merveilleuse diligence [COMM., III, 9]
  • XVIe s.
    Estienne, ce plaisant mignon, De la danse du compagnon, Que pour vous il a compassée, M'a ja fait maistresse passée [MAROT, II, 110]
    Beauté en tout compassée [proportionnée, irréprochable] [ID., III, 223]
    Si son nom propre à dire on me semond, Je respondray, qu'à son loz se compasse [répond] [ID., III, 282]
    .... Ou en beau grec quelque œuvre compassez [ID., III, 283]
    Ils sont toutesfois experts à bien choisir et esbaucher la pierre ou le boys, et à compasser [mettre au point] les traits et membres pour relever de ceste peine les plus subtils et diligens entailleurs [M. DU BELL., Prolog.]
    L'un, se promenant en une salle, regarde à compasser ses pas d'une certaine façon sur les carreaux ou tables du plancher [CHARRON, Sagesse, I, 38]

ÉTYMOLOGIE

  • Compas ; provenç. et espagn. compassar ; ital. compassare.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    COMPASSER. Ajoutez :
    Terme d'artillerie. Compasser un canon d'arme à feu portative, en vérifier l'épaisseur au moyen d'une espèce de compas à grandes branches.

compasser

COMPASSER. v. tr. Mesurer avec le compas.

Il s'emploie le plus souvent au sens figuré et signifie Régler avec une exactitude minutieuse. Compasser sa démarche, son langage.

Être compassé dans ses discours, dans son style, dans ses actions, etc., Y mettre une régularité, une exactitude poussée jusqu'à l'affectation et à la raideur. Absolument, Être extrêmement compassé.

compasser

Compasser, Circinare, Demetiri.

Maison compassée et devisée en son esprit et bastie, Dimensa et exaedificata animo domus.