complet, ète

COMPLET, ÈTE

(kon-plè, plè-t') adj.
Auquel il ne manque rien. L'ouvrage est complet. La somme est complète. Un habillement complet.
La voiture complète des magistrats [SÉV., 80]
Non-seulement tous les régiments étaient complets, mais il y avait, dans chaque compagnie, plusieurs surnuméraires [VOLT., Charles XII, 4]
Familièrement. Être complet, être ivre. Terme d'entomologie. Les larves des orthoptères, des hémiptères et de quelques névroptères sont dites demi-complètes.
Qui a toutes les qualités. Un esprit complet. Un homme complet. Bien rempli. Ma journée est complète.
S. m. Nombre ou quantité requise pour que quelque compte soit complet.
Villars assura le roi que tous ses bataillons en Allemagne excédaient le complet de 50 hommes [SAINT-SIMON, 201, 180]
Être au complet, se dit de ce à quoi il ne manque rien. La troupe est au complet, au grand complet. Mes amis, sommes-nous au complet ?

REMARQUE

  • L'Académie écrit complète, avec un accent grave ; mais pourquoi écrit-elle muette avec deux t ?

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Sire, je ai quinze ans complis ou plus d'aage, et se vos ou autre le mescreés, je sui prest de.... [, Ass. de Jérus. I, 259]
  • XVIe s.
    Qui trieroit de l'armée ceulx qui marchent par le seul zele d'une affection religieuse.... il n'en sçauroit bastir une compaignie de gents d'armes complette [MONT., II, 143]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. et ital. completo ; du latin completus, de complere, accomplir, de cum, et le primitif inusité plere, emplir (voy. PLEIN).