compris, ise

COMPRIS, ISE

(kon-pri, pri-z') part. passé de comprendre
Contenu, renfermé, impliqué. Les matières comprises dans ce livre. Il se trouva compris dans l'accusation.
Employez-vous pour eux ; faites auprès d'un père Qu'ils ne soient pas compris dans l'exil de leur mère [CORN., Médée, I, 3]
Les ouvrages de Dieu sont compris sous la miséricorde et sous la justice [BOSSUET, Aumône.]
Il n'a plus vu pour les hommes qu'une fatale et inévitable nécessité où le bien et le mal se trouvent également compris [ID., Variat. XV, § 122]
J'en ai rougi pour vous encor plus que pour moi : Je me trouve compris dans l'éclat que je voi [MOL., l'Étour. IV, 4]
Y compris, en y comprenant. Non compris, sans y comprendre. Il a dix mille francs de revenu y compris sa pension, et non compris la maison où il loge.
Dont le sens est saisi. Ce passage mal compris des traducteurs.

REMARQUE

  • Compris, non compris, y compris sont invariables quand le substantif suit, et variables si le substantif précède : Compris, non compris, y compris les aumônes, ou bien les aumônes comprises, non comprises, y comprises. Bien entendu, si compris était avant son substantif par une inversion, il s'accorderait : Déjà comprises au compte précédent, ces sommes n'ont pas dû figurer ici.