compter

(Mot repris de compterait)

compter

[ kɔ̃te] v.t. [ lat. computare, de putare, évaluer ]
1. Déterminer par un calcul le nombre, la quantité de : Elle compte les personnes présentes dénombrer chiffrer, évaluer, recenser
2. Faire entrer dans un total, dans un ensemble : J'ai oublié de compter les frais de transport inclure
3. Évaluer le montant à payer pour qqch : L'électronicien a compté cent euros pour la main-d'œuvre facturer
4. Estimer le temps que prendra une action ; estimer la quantité de qqch dont on aura besoin : Compte un quart d'heure pour y aller à pied. Il faut compter deux bagages par personne.
5. Être constitué de : Certaines espèces végétales comptent quantité de variétés comporter, comprendre, englober
6. Mettre au nombre de : Nous comptons un chirurgien dans notre famille.
Remarque: Ne pas confondre avec conter.
Compter (+ inf.),
avoir l'intention de : Elle comptait prendre le T.G.V. envisager de, se proposer de
Compter que (+ ind.),
espérer que : Tu comptes que le colis arrivera demain ?
v.i.
1. Énumérer la suite des nombres : Compter jusqu'à vingt.
2. Effectuer un calcul : Apprendre à compter. Savoir compter.
3. Avoir une certaine importance, un rôle : Ses enfants comptent beaucoup pour lui.
À compter de,
à partir de.
Compter avec, sans,
tenir, ne pas tenir compte de.
Compter pour,
avoir telle importance, telle valeur : À table, il compte pour deux.
Compter sur qqch,
espérer en bénéficier : Je compte sur cet argent pour partir en vacances.
Compter sur qqn,
espérer bénéficier de son aide.
Sans compter,
avec générosité ; sans se limiter.

compter


Participe passé: compté
Gérondif: comptant

Indicatif présent
je compte
tu comptes
il/elle compte
nous comptons
vous comptez
ils/elles comptent
Passé simple
je comptai
tu comptas
il/elle compta
nous comptâmes
vous comptâtes
ils/elles comptèrent
Imparfait
je comptais
tu comptais
il/elle comptait
nous comptions
vous comptiez
ils/elles comptaient
Futur
je compterai
tu compteras
il/elle comptera
nous compterons
vous compterez
ils/elles compteront
Conditionnel présent
je compterais
tu compterais
il/elle compterait
nous compterions
vous compteriez
ils/elles compteraient
Subjonctif imparfait
je comptasse
tu comptasses
il/elle comptât
nous comptassions
vous comptassiez
ils/elles comptassent
Subjonctif présent
je compte
tu comptes
il/elle compte
nous comptions
vous comptiez
ils/elles comptent
Impératif
compte (tu)
comptons (nous)
comptez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais compté
tu avais compté
il/elle avait compté
nous avions compté
vous aviez compté
ils/elles avaient compté
Futur antérieur
j'aurai compté
tu auras compté
il/elle aura compté
nous aurons compté
vous aurez compté
ils/elles auront compté
Passé composé
j'ai compté
tu as compté
il/elle a compté
nous avons compté
vous avez compté
ils/elles ont compté
Conditionnel passé
j'aurais compté
tu aurais compté
il/elle aurait compté
nous aurions compté
vous auriez compté
ils/elles auraient compté
Passé antérieur
j'eus compté
tu eus compté
il/elle eut compté
nous eûmes compté
vous eûtes compté
ils/elles eurent compté
Subjonctif passé
j'aie compté
tu aies compté
il/elle ait compté
nous ayons compté
vous ayez compté
ils/elles aient compté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse compté
tu eusses compté
il/elle eût compté
nous eussions compté
vous eussiez compté
ils/elles eussent compté

COMPTER

(kon-té) v. a.
Faire un calcul. Compter de l'argent. Il compta les baliveaux.
Et tout ce peuple ingrat pour qui je périrai, S'enivrant du plaisir de compter mes blessures [DELAV., Vêpr. sicil. II, 6]
Voyez, chrétiens, comme les temps sont marqués, comme les générations sont comptées ; Dieu détermine jusqu'à quand doit durer l'assoupissement [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
En un mot, qui voudrait épuiser les matières, Peignant de tant d'esprits les diverses manières, Il compterait plutôt combien dans un printemps Guenaud et l'antimoine ont fait périr de gens [BOILEAU, Sat. IV]
Compter quelque somme à quelqu'un, lui faire un payement en comptant les espèces. Je lui ai compté mille francs. Fig.
Ah ! souffrez qu'un couvent dans les austérités Use les tristes jours que le ciel m'a comptés [MOL., Tart. IV, 3]
Sais-je combien le ciel m'a compté de journées ? [RAC., Bér. IV, 4]
Fig. Compter les heures, les jours, éprouver l'impatience que donne l'inquiétude ou l'attente.
Il commençait à compter les moments dans l'attente de son retour [HAMILT., Gramm. 7]
Tu comptes les moments que tu perds avec moi [RAC., Andr. IV, 5]
Ces maximes sévères Qui font que les enfants comptent les jours des pères [MOL., Écol. des Mar. I, 2]
Compter par, signaler par.
Vous ne comptez vos jours que par des sacriléges [MASS., Avent. Jugem.]
Vous comptez tous vos jours et marquez tous vos pas Par des plaisirs affreux ou des assassinats [VOLT., Catilin. I, 5]
Et qui, faisant fléchir les plus superbes têtes, Comptera désormais ses jours par ses conquêtes [LA FONT., Fabl. Dédic. au Dauph.]
Compter dix, vingt années de services, avoir servi l'État pendant dix, vingt années. Compter tant d'années, de siècles d'existence, se dit des monuments, des institutions, des peuples qui durent depuis tant d'années, de siècles. Poétiquement. Compter tant d'années, tant de printemps, tant d'hivers, être âgé de tant d'années. Cette jeune fille comptait seize printemps. Ce vieillard compte quatre-vingts hivers. Compter les morceaux, se dit d'un avare qui regrette ce qu'il donne à manger. Compter les morceaux de quelqu'un, ne lui donner que le juste nécessaire. Compter les morceaux à quelqu'un, tenir compte de ce qu'il mange et, en général, de ce qu'il dépense. Compter ses pas, marcher lentement ; et fig. Faire les choses avec mesure et circonspection. Compter tous les pas de quelqu'un, l'observer de fort près. Absolument, dans la musique, suivre la mesure sans jouer ni chanter.
Faire le compte de. Compter la dépense. Comptez, je vous prie, ce que nous coûte notre séjour à l'hôtel. Absolument. Avant de partir il faut compter.
Comprendre en un compte, porter en compte. Comptez-vous ce que je vous ai avancé ? Je ne compte pas cela. Par extension.
Vous ne devez compter à vous de vos revenus que ce qui est nécessaire pour soutenir l'état.... [MASS., Carême, Aum.]
Compter quelque chose à quelqu'un, mettre sur son compte : Il m'a tout compté, jusqu'à la bougie ; et fig. lui en tenir compte.
Servez donc ce roi immortel et si plein de miséricorde, qui vous comptera un soupir et un verre d'eau donnés en son nom, plus que tous les autres ne feront jamais tout votre sang répandu [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Il est doux pour un amant de faire des sacrifices qui lui soient tous comptés [J. J. ROUSS., Hél. I, 10]
Ne compter à rien quelque chose, n'en pas faire cas.
Je ne vous compte à rien le nom de mon époux [CORN., Poly. IV, 3]
Depuis quand le retour d'un cœur comme le mien Fait-il si peu d'honneur qu'on ne le compte à rien ? [ID., Suréna, II, 3]
Ranger quelqu'un, quelque chose parmi d'autres personnes, parmi d'autres choses. On comptait parmi les conjurés des hommes considérables. Rome comptait la Gaule parmi ses provinces. Je vous compte au nombre de mes amis.
Vous que l'Orient compte entre ses plus grands rois [RAC., Bérén. I, 1]
En combattant pour vous, me sera-t-il permis De ne vous point compter parmi mes ennemis ? [ID., Andr. I, 4]
Il vous compte déjà pour un de ses sujets [CORN., Cinna, III, 1]
Compter parmi ses aïeux, ses ancêtres, avoir au nombre de ses aïeux, de ses ancêtres.
Silanus, sur qui Claude avait jeté les yeux Et qui comptait Auguste au rang de ses aïeux [RAC., Brit. I, 1]
Énumérer.
Baruc, Daniel, sans compter les autres [BOSSUET, Hist. II, 13]
Dater.
[Rome] Du règne de Néron compte sa liberté [RAC., Brit. I, 2]
Réputer, regarder comme.
Mais peut-être que, prêt à mourir, on comptera pour quelque chose cette vie de réputation ou cette imagination de revivre dans sa famille qu'on croira laisser solidement établie [BOSSUET, le Tellier.]
Comptons donc comme très court, chrétiens, ou plutôt comptons comme un pur néant tout ce qui finit [ID., ib.]
St Paul ne comptait pour rien d'être jugé des hommes [FLÉCH., Serm. I, 222]
Il comptait pour rien les hommes [FÉN., Tél. II]
Vous ne comptez pour rien l'immortalité [ID., ib. VII]
Pour quelque chose, Esther, vous comptez votre vie ? [RAC., Esther, I, 3]
Et comptez-vous pour rien Dieu qui combat pour vous ? [RAC., Athal. I, 2]
Comptez-vous vos soldats pour autant de héros ? [ID., Mithr. III, 1]
Un esprit frivole et léger n'est capable de rien ; et tout ce qu'il entreprend, on le compte déjà pour échoué [MASS., Carême, Inconstance.]
Cette passion honteuse ne compte-t-elle pas pour rien tous les devoirs ? compte-t-elle pour beaucoup les bienséances mêmes ? [MASS., Le jour de Noël.]
Si vous êtes désabusé du monde, pourquoi comptez-vous encore pour quelque chose ses jugements ? [ID., Carême, Resp. hum.]
Faire cas de.
On ne daigne peser ni compter mon suffrage [CORN., Suréna, I, 1]
V. n. Calculer. Il sait lire, écrire et compter. Savoir compter, être très éveillé sur ses intérêts.
On siffle le patriotisme ; Ce qu'on sait le mieux c'est compter [BÉRANG., Poëte de cour.]
Sans compter, c'est-à-dire à pleines mains, quand il s'agit de prendre ou de recevoir ou de donner. Ne pas compter après quelqu'un, accepter de confiance ce qu'il dit ou croit, etc.
Je trouve vos résultats si probables que je ne compte pas après vous [VOLT., Lett. Dionis du Séjour, 18 janv. 1775]
Compter par bref, c'est compter sommairement et sur de simples mémoires ou bordereaux de compte. Cette femme ne compte plus, se dit d'une femme enceinte qui, près du terme, attend de jour en jour son accouchement.
10° Arrêter un compte. Nous comptons chaque soir. C'est un homme qui ne veut ni compter ni payer, se dit d'un mauvais payeur. Compter avec quelqu'un, régler le compte qu'on a avec lui. Et fig.
Ils comptaient en toutes choses avec eux-mêmes [LA BRUY., V]
Comptons avec nous-mêmes avant que Dieu compte avec nous [MASS., Orais. fun. Madame.]
Mon père devint tout à fait favori [de Louis XIII] et ne compta jamais avec aucun ministre [SAINT-SIMON, 6, 81]
La valeur et la capacité les plus réelles n'auraient pas suffi, il faut toujours dans de semblables choix compter avec l'opinion des hommes [FONTEN., Marsigli.]
Que les plaisirs vous couvrent de leurs ailes, Avec le temps vous compterez plus tard [BÉRANG., Bon vieillard.]
11° Rendre compte.
Il faut examiner si M. Fouquet et tout autre surintendant peut être obligé ; en aucun cas, de compter de son administration [PELLISSON, II, 62]
De cette pratique de vertu [la dévotion], le comble de toutes les autres pour le commun des hommes, il [le duc de Bourgogne] ne doit pas être en crainte d'en compter un jour devant Dieu [SAINT-SIMON, 265, 74]
12° Se proposer.
Il compte partir demain [, Acad.]
Il compte de se retirer dans un village [FÉN., Tél. XXIV]
Il compte d'aller à Versailles [SÉV., 509]
On compte de faire rebâtir cet appartement [ID., 20]
C'est qu'ils comptent de n'être jamais hommes [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Je compte de me reposer le reste de mes jours [MONTESQ., Correspondance, 20]
Son inflexibilité leur assurait combien il comptait d'avoir pris le bon parti [FONTEN., Chirac]
Je n'ai qu'à vivre de la manière dont j'ai vécu jusqu'à présent ; et pourquoi ? parce que je compte de me repentir quelque jour, et de me repentir véritablement d'avoir ainsi vécu [BOURDAL., Pensées, t. I, p. 387]
Compter que, compter de, estimer, croire. Comptez que vous me trouverez toujours prêt à vous servir.
Dubois comptait d'avoir fait beaucoup en réduisant l'Angleterre à consentir à la disposition des successeurs de Parme et de Toscane en faveur des descendants d'Espagne [SAINT-SIMON, 490, 118]
Peut-elle compter d'en être crue sur sa parole ? [MASS., Myst. Assompt.]
Après la réprimande qu'elle comptait qu'on lui eût faite [HAMILT., Gramm. 4]
13° Compter sur, avoir espoir, confiance.
On ne pouvait jamais compter sur lui [HAMILT., Gramm. 4]
Personne n'ose lui dire qu'il ne doit plus compter sur la vie [MASS., Mort.]
Nous comptons tous sur toi, comme si dans ces lieux Nous entendions Caton, Rome même et nos dieux [VOLT., Mort de César, III, 3]
14° Dater. La république romaine compte de l'expulsion des Tarquins. À compter de, à partir, à dater de. À compter de demain, cet enfant ira au collége.
15° Être compté. Une syllabe élidée ne compte pas dans les vers latins. Il compte parmi les hommes les plus habiles de sa profession.
Les pleurs comptent pour le sourire, Les nuits d'exil pour de beaux jours [LAMART., Harm. III, 4]
Familièrement. Il ne compte pour rien, il n'a aucune influence personnelle. Cela ne compte pas, n'entre pas en compte ; et, figurément, cela ne fait rien à l'affaire.
16° Se compter, v. réfl. Se mettre au nombre de.
Je ne me compte point pour un de vos sujets [CORN., Hor. II, 1]
Elle apprend à se compter pour rien [BOSSUET, Lett. abb. 118]
Le triste Antiochus Se compta le premier au nombre des vaincus [RAC., Bérén. I, 4]
Être compté. Cela se compte. Cela ne se compte pas.

PROVERBE

    Qui compte sans son hôte compte deux fois, c'est-à-dire quand on fait son compte dans une auberge sans l'hôtelier, il se trouve qu'on n'a pas évalué la dépense assez haut, et, en général, quand on fait des arrangements sans consulter les personnes qui y sont intéressées, on court risque d'avoir des mécomptes.

REMARQUE

  • 1. Racine a dit :
    Et l'on sait que toujours la Colchide et ses princes Ont compté le Bosphore au rang de leurs provinces [RAC., Mithr. I, 1]
    . On a critiqué compter au rang, objectant qu'on dit mettre au rang et compter au nombre. Mais cette critique n'est pas fondée ; et l'on peut aussi bien compter dans un rang que dans un nombre.
  • 2. Compter de faire, ou compter faire. L'un et l'autre se disent ; le dernier est plus usité présentement ; l'autre l'était plus autrefois.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Je ai cunté, n'i a mais que sept lieues [, Ch. de Rol. CXCIV]
  • XIIe s.
    Or menrez [mènerez] vous honteuse vie ci ; Si vous conte on avoec les recreans [HUES D'OISI, Romancero, p. 103]
  • XIIIe s.
    Sans les autres richesses que je ne sai conter [, Berte, XCVII]
    Et quant le [la] coze faut, et il ont conté ensanlle de la perte ou du gaaing qu'il y orent, la compaingnie est faillie [BEAUMANOIR, XXI, 30]
    Et qui ainsi conte, il conte sagement et loialment [ID., XXIX, 14]
    Tuit li enfant d'un mariage, quant il vienent en compaignie avec le secont mariage ou avec le tiers, ne sont conté que por une sole personne [ID., XXI, 8]
  • XVe s.
    Il [Charles VI] pensoit les [Bretons, Normands, etc.] embesogner sur les Parisiens qui avoient fait faire et forger les maillets ; et compteroit-on à eux [leur demanderaiton compte] [FROISS., II, II, 103]
    Et si ne leur vint à nul profit qui à compter fasse [ID., I, I, 138]
    Au fort, martir on me devra nommer, Se Dieu d'amours fait nulz amoureux saints, Car j'ay des maulx plus que ne sçay compter [CH. D'ORL., Bal. 10]
    Si veit [elle vit] que sa philozomie donnoit à congnoistre qu'elle comptast pou [peu] à une telle adventure dont elle se complaignoit [, Perceforest, t. II, f° 137]
    Affermant que, s'il l'y trouvoit, il compteroit avec lui [aurait affaire à lui] et le feroit retourner outre son plaisir [LOUIS XI, Nouv. LXXIII]
  • XVIe s.
    Compte nous entierement l'ordre, le nombre et la forteresse de l'armée [RAB., Pant. II, 26]
    Vous comptez sans vostre houste [ID., ib.]
    Mon cousin, ce porteur vous sçaura bien au long compter de l'empeschement que j'ay eu jusques icy [MARG., L. 29]
    Vous ne vous repentirés d'avoir prochassé de l'honneur à ceulx desquels vous pouvés conter la maison la vostre mesmes [ID., ib. 147]
    En un beau corps il ne fault qu'on y puisse compter les os et les veines [MONT., I, 192]
    Tout compté, il y a plus de peine à garder l'argent qu'à l'acquerir [ID., I, 315]
    Je ne sçais compter ny à ject ny à plume [ID., III, 59]
    Qui compte seul, compte deux fois, comme celui qui compte sans son hoste [LOYSEL, 206]
    Comptant le nombre des victoires qu'il avoit emportées [AMYOT, Péric. 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. comtar, condar ; anc. catal. comptar ; espagn. contar ; ital. contare ; du latin computare, compter, de cum, et putare, penser (voy. PUTATIF).

compter

COMPTER. v. tr. Calculer une quantité, tel ou tel ensemble de choses. Compter de l'argent. Comptez combien il y a de personnes là. Compter les heures. Compter les voix. Compter les suffrages. Compter des soldats. Je les ai comptés un à un. Compter les mois par les révolutions lunaires. Chaque semaine, on compte le linge à remettre à la blanchisseuse. Absolument, Compter vite, avec une règle à calcul. Compter jusqu'à vingt, jusqu'à cent. Compter sur ses doigts.

Par extension, Compter les jours, les heures, les moments, etc., se dit pour exprimer qu'on trouve très longs les jours, etc. Je compte les moments passés loin de toi.

Compter une somme à quelqu'un, La lui payer. On lui compta mille francs. Plusieurs sommes lui ont été comptées.

Compter une chose à quelqu'un, Lui en tenir compte. Dieu nous comptera un verre d'eau et un soupir donnés en son nom.

Fig. et fam., Compter les morceaux, Tenir compte de ce que quelqu'un mange, et, par extension, Tenir compte de ce qu'il dépense, pour quelque chose que ce soit. Fig. et fam., Compter les morceaux à quelqu'un, Ne lui donner que le juste nécessaire.

Fig. et fam., Compter ses pas, Marcher lentement, ou, par extension, Ne pas marcher volontairement. Marcher à pas comptés. Compter tous les pas de quelqu'un, L'observer de fort près, le surveiller attentivement.

Compter tant d'années de service, d'exercice, etc., Avoir servi, avoir été dans un emploi pendant tant d'années. Il comptait dix années de service. Ce prince comptait déjà vingt années de règne. On dit de même, en parlant des Monuments, des institutions, des peuples, etc., Compter tant d'années, de siècles, etc., d'existence. Compter tant d'années, de printemps, etc., Être âgé de tant d'années. Elle comptait à peine seize printemps. Il comptait déjà soixante hivers.

Fig., Ses jours sont comptés, Le terme de sa vie est proche, il n'a plus que quelques jours à vivre.

Fig., Tout compté, ou Tout bien compté, Tout bien examiné, tout compensé. Tout bien compté, nous n'aurons pas à regretter d'avoir agi ainsi.

À COMPTER DE, loc. prép. À partir, à dater de. À compter de demain, le prix des places sera augmenté.

Il signifie quelquefois figurément, dans le style élevé, Marquer, signaler, et alors il est toujours suivi de la préposition par. Compter ses jours par des bienfaits. Toutes les années de son règne furent comptées par des triomphes.

Il signifie aussi Comprendre dans un compte, dans une énumération. Nous étions douze, en comptant les femmes, sans compter les enfants. Sans vous compter. En vous comptant. Vous avez oublié de compter un tel. Je ne compte pas la perte qu'il a faite, on l'en a suffisamment dédommagé. Sans compter tout ce qu'il a déjà reçu. Sans compter que vous serez nourri et logé. Voyez combien nous sommes, et n'oubliez pas de vous compter.

Compter parmi ses aïeux, parmi ses ancêtres, etc., Avoir au nombre de ses aïeux, de ses ancêtres, etc. Il compte des rois parmi ses aïeux. Il compte des maréchaux de France et des connétables parmi ses ancêtres. On dit de même, Compter une personne, une chose parmi d'autres, en parlant d'une Personne, d'une chose qui est ou que l'on range parmi d'autres. On comptait parmi les coupables tels et tels. Cet exploit doit être compté parmi les plus glorieux. Il comptait parmi ses provinces tel ou tel pays. Dans ce sens, il signifie souvent Comprendre. Cette ville compte dix mille habitants. On dit aussi Compter au nombre. Je crois pouvoir vous compter au nombre de mes amis.

Il se prend aussi dans le sens passif d'Être compté. Cela ne compte pas, ne peut pas compter, ne doit pas compter. Il a cessé de compter parmi les vivants.

Il s'emploie aussi intransitivement et signifie Calculer. Il sait lire, écrire et compter. Voyons ce que vous avez reçu, ce que vous avez dépensé, il faut compter. Ce n'est pas le tout que de compter, il faut payer. Il ne veut ni compter ni payer.

Fig., Savoir compter, Être fort attentif à ses intérêts. C'est un excellent homme, mais il sait compter.

Recevoir, prendre, donner sans compter, Recevoir, prendre, donner à pleines mains.

Compter avec quelqu'un, Régler le compte qu'on a avec lui. J'ai compté avec un tel, je ne lui dois rien.

Fig., Compter avec quelqu'un, Tenir compte à quelqu'un de ce qu'il veut, de ce qu'il peut, de ce qu'on lui doit. Ce personnage a désormais de l'autorité, il faut compter avec lui. Il se dit aussi des Choses. Il faut compter avec l'opinion publique. Il faut compter avec les circonstances.

Fig., Compter avec soi-même, Régler les comptes que l'on a avec sa conscience.

Prov. et fig., Qui compte sans son hôte, compte deux fois, On se trompe ordinairement quand on compte sans celui qui a intérêt à l'affaire, quand on espère ou qu'on promet une chose qui ne dépend pas absolument de nous. On dit de même, Il a compté sans son hôte.

Il signifie aussi Se proposer, croire. Il compte partir demain. Comptez que vous me trouverez toujours prêt à vous servir.

Compter sur quelqu'un, Faire fond sur lui, comme sur un homme dont on est assuré. On dit dans le même sens, Compter sur quelque chose. Compter sur ses forces, sur sa jeunesse, sur ses grands biens, sur son crédit, sur son savoir. Il ne faut compter sur rien de ce qu'il promet. Ne comptez pas sur ses promesses.

Compter pour signifie Réputer, estimer. Il faut le compter pour mort. Il compte pour rien tous les services qu'on lui rend. Il compte cela pour beaucoup. Pensez-vous qu'il se compte pour rien?

compter

Compter, neutr. acut. Est mettre par nombre du particulier au total quelque recepte ou despense, Computare. Duquel Latin, il est fait par syncope, et apocope: Ce que le Languedoc represente sans mutation, de la voyele a, disant Comptar. et l'Espagnol Contar. Mais l'Italien n'a point d'apocope, et dit Contare, Selon ce on dit Compte, pour le cayer d'une recepte et despense. Tabulae accepti, et expensi. Et Compter, pour rendre compte du receu et de la mise, Accepti et expensi rationes referre, subducere. Et Comptable, pour celuy qui a à rendre tel compte. Et la Chambre et maistres des Comptes, pour la Cour et juges souverains des redditions des comptes de ceux qui reçoivent pour le Roy. Compter aussi en general est prins pour reduire par nombre quelque chose individue que ce soit, Numerare, Dinumerare, Numeris persequi, agere, peragere. Comme compter les fueillets d'un livre, Compter son troupeau, Libri folia ac gregem dinumerare. In quotum nummorum exeant supputare. Compter aussi est reciter de file à file ce qui s'est passé de quelque chose, Punctim atque articulatim narrare, comme, Il compte de la bataille de Ravenne, Quid quoque loco quaque hora Rauennati praelio gestum fuerit narrat. Et parce que tels nouvelleurs meslent souvent le faux parmy le vray; On dit par abusion compter, pour reciter des fables et baboyes, comme, Tu nous en veux compter, Inani nos fabulatione ac commentitia narratione nos pascere tibi cura est. Selon ce on dit, ce sont des comptes, d'une narration et recit non veritable, Commentum. Et Compteur, pour un tel nouvelleur. Et Compte, pour tel recit fait à plaisir, Nouella en Italien, dont le livre de Boccace et autres d'Italiens et François intitulez.

Compter et nombrer son ost, Dinumerare exercitum, Censere, Nebrissensis.

Compter et payer tout l'argent deu à la femme, Pecuniam mulieri omnem annumerare.

Compter ensemble et venir à compte, Conferre rationes, Vltro citroque rationes reddere.

Compter combien de voluptez et de plaisirs on peut recevoir, Calculos voluptatum subducere.

Jetter et compter combien a cousté quelque edifice à faire, Adhibito calculo perfecti operis rationem inire.

Compter par le menu jusques au dernier, Exequi subtiliter numerum.

Compter par ses doigts, Digitis computare.

On te le comptera pour receu, Fiet tibi acceptum.

Il vous sera compté bien cher, Ingenti pecunia vobis inducetur.

Ils ont compté cette herbe entre les bonnes viandes, Hanc herbam inter laudatos cibos retulere.

Il faut compter cest oyseau au genre des colombes, Cum columbis habenda est haec auis.

On le compte entre les onguens, In vnguenta refertur.

Les Illiciens sont comptez entre les habitans de cette contrée et redigez Contribuuntur in eam oram Illici.

Tu comptes sans ton hoste, Frustra has tecum rationes deputas. B. ex Terentio.

¶ Estre compté entre les bons hommes, ou au nombre des bons hommes, Haberi in numero bonorum virorum.

Compter aucun parmy les eloquens, Reponere in numero eloquentium, In numerum eloquentium referre.

Compter parmy les Orateurs, In numerum Oratorum referre.

Il n'est pour rien compté, Il n'est point du compte, Non cedit in numerum. B. ex Papiniano.

Je ne compte pas cela parmy tes loüanges, Neque ego hoc in tua laude pono.

Ils ne les comptent pas au nombre des sages, Eos in numero sapientum non habent.

¶ Ils comptent plus de grain à leur maistre qu'ils n'en ont semé, Longe plus imputant seminis iacti, quam quod seuerint.

¶ A compter le temps de la fondation de Rome, et commencement du peuple Romain, ils sont fort vieils: mais à prendre dés la naissance du peuple Athenien, ils sont jeunes, Hi, vt populi Romani aetas est, senes: vt Atheniensium secula numerantur, adolescentes debent videri.

Selon que compte Eratosthenes, Eratosthenis ratione.

¶ Compter à reculons ou à rebours, Retro aliquid agere.

Qu'on peut compter, Computabilis.

Le fait de compter et regarder le nombre, Recensus huius recensus, vel Recensio.

Tout comptant, Numerato. Ce que les Notaires disent par superfluité, compté et nombré.

Avoir tout comptant et tout prest, In numerato habere, Praesentem pecuniam habere.

J'aimeroy mieux l'avoir comptant, que d'en avoir le bruit, Numerato malim, quam existimatione.

Bailler comptant, Repraesentare, Dare in manum. B. ex Terentio, Adnumerare.

Argent baillé comptant, ou en descharge, Pecunia alicui aut adnumerata, aut attributa.

compter


COMPTER, v. a. et n. [Konté; 1re lon. 2e é fer. — Malherbe écrit toujours, en ce sens, conte, conter; Rapin met tantôt comter, et tantôt conter; Richelet, compte, ou comte, compter, ou comter. Toutes ces manières d'écrire sont vicieûses, et parce qu'elles sont contre l' usage, et parce qu'elles confondent ces mots avec d'aûtres, qui ont des significations bien diférentes. Voyez Comte, Conte, Compte, au mot CONTE.] 1°. Nombrer, Calculer. Compter de l'argent; compter les heures, les voix, les suffrages, etc. = 2°. Avoir au nombre de.... Compter parmi ses ancêtres des Maréchaux de France. = 3°. Neutre, venir à compte. Il faut compter: J'ai compté avec lui, je ne lui dois plus rien. "Ce n'est pas le tout que de compter: il faut payer. "Il ne veut ni compter, ni payer. = 4°. Compter sur quelqu'un, faire fond sur lui, comme sur un homme dont on est assuré. "Il a tort de compter sur moi; je compte sur vous. — On dit, dans le même sens, compter sur ses forces, sur sa jeunesse, sur ses grands biens, sur son crédit, sur son savoir. = 5°. Compter, croire, se proposer; il régit l'infinitif sans prép., ou avec de, ou que avec l'indicatif, ou le subjonctif; le 1er, quand le sens est afirmatif, le 2e quand il est négatif ou interrogatif. Il Compte partir, ou de partir: Je compte que vous le ferez: Je ne compte pas, ou puis-je compter que vous le fassiez? "Il compte de partir demain. Sév. "Plan auquel Charlemagne comptoit dans la suite doner la dernière main. = 6°. Réputer, regarder comme. "Il faut le compter pour mort. Acad. "Le fils qui lui restoit se comptoit déja pour Roi. Rollin.
   Rem. 1°. Compter pour rien, s'emploie sans négative. "Tout espace fini comparé à l'éternité, qui n'a point de fin, non-seulement doit être compté pour peu de chôse: mais pour rien du tout. "Il compte pour rien tous les services qu'on lui rend. Acad. Tout ce que je n'ai pas, je le compte pour rien.
   On ne doit pourtant pas condamner, ne compter pour rien: il se trouve dans quelques bons livres. Bouh. "La vertu ne compte les hommes pour rien; parce que Dieu seul, qui la voit, doit être son Juge. Mass. "Innocent II. ne compta pour rien les procédûres faites par ordre du Roi. Moreau. — Corneille dit, compter à rien, et lui fait régir le datif de la persone.
   Je ne vous compte à rien le nom de mon Époux.
       Polieucte.
On ne le dirait pas aujourd'hui. — Boileau dit, ne compter rien: il n'est pas non plus à imiter.
   Moi qui ne compte rien ni le vin, ni la chère,
   Si l'on n'est plus au large, assis en un festin,
   Qu'aux Sermons de Cassagne, ou de l'Abbé Cotin.
   Boileau, dit Brossette, aurait pu mettre, moi qui compte pour rien: mais il a cru l'aûtre manière plus conforme à l'usage. Il est fort douteux que ce fût alors l'usage: mais ce qui n'est pas douteux, c'est que ne compter rien, serait aujourd'hui un barbarisme. — Au reste, Brossette remarque fort bien, qu'aprês ne compter pour rien, il faut mettre ni.
   Je ne compte pour rien, ni le vin, ni la chère.
Et après compter pour rien, la conjonction et:
   Moi, qui compte pour rien, et le vin, et la chère.
   On dit aussi, compter pour quelque chôse, compter pour beaucoup.
   Quoi! lorsque vous voyez périr votre Patrie,
   Pour quelque chôse, Esther, comptez-vous votre vie?
       Racine.
"Je compte pour beaucoup le plaisir de prévoir, d'espérer, de craindre même, et d'avoir un avenir devant soi. Fonten.
   2°. En matière de reddition de compte, le verbe compter régit l'ablat. de la chôse, et le dat. de la persone. "Il comptoit du reste au Souverain, lorsqu'il n'en avoit pas obtenu un abonement. Moreau. — On met aussi, pour la persone, la prép. avec: "Vous prendrez ce qui vous sera nécessaire, et vous compterez avec mon Intendant de ce qu'il y aura de surplus.
   3°. Se compter régit les participes; se regarder comme. "Ils virent la conspiration générale, et se comptèrent perdus. Voyez D'ANSON.
   On dit proverbialement, compter sans l'hôte, sur des évènemens incertains. — Qui compte sans l'hôte, compte deux fois: "Quand on compte sans la Providence, il faut très-souvent compter deux fois.
   L'Acad. dit, qui compte sans son hôte, etc. mais il me semble que mon hôte, votre hôte, son hôte, ne signifie pas un aubergiste, mais un ami qui nous reçoit, etc.; et ainsi, des deux manières dont le proverbe est cité dans les Dictionaires et les Auteurs, je préfère la première.
   Il comptoit, l'insensé, dans ce nouvel état,
   Jouir d'un destin plus prospère;
   Mais il comptoit sans un vieux Chat,
   Qui... le croque en guise d'un rat.
       L'Ab. Reyre.
Compter ses pas, au propre, marcher lentement; au figuré, agir avec circonspection. On compte ses pâs, on l'observe de fort près. — Compter les heûres, les momens, atendre avec impatience. — Compter les morceaux à quelqu' un, s'impatienter de ce qu'il mange long-temps, ou, lui reprocher la nourritûre qu'on lui done. — Tout compté, tout rabatu, tout bien considéré, avantages et inconvéniens balancés et compensés.

Synonymes et Contraires

compter

verbe intransitif compter
2.  Avoir de l'importance pour quelqu'un.
3.  Être au nombre de.

compter

verbe transitif compter
3.  Faire entrer dans un ensemble.

compter

verbe transitif indirect compter
Traductions

compter

(kɔ̃te)
verbe transitif
1. calculer compter les points compter les heures
2. avoir l'intention de Je compte partir demain.
3. prévoir Il faut compter deux heures de trajet.
4. mettre dans un total sans compter les frais de transport Je ne vous ai pas compté les cafés.

compter

rechnen, berechnen, erachten, kalkulieren, zählencount, figure, calculate, work out, number, reckon, carry weight, account, add up, tallytellen, berekenen, rekenen, calculeren, uitrekenen, meetellen, (mee)rekenen, (op)tellen, belangrijk zijn, betalen, van plan zijn, verwachten, geldenחשבן (פיעל), מנה (פ'), ספר (פ'), פקד (פ'), תחשב (פיעל), תִּחְשֵׁב, פָּקַד, מָנָה, סָפַרberekenброя, преброя, сметна, смятамcalcular, comptarberegne, kalkulere, tællekalkulicontar, calcular, computarlaskeareiknacalcolare, contarecalculareregne, telleliczyć, policzyćcalcular, computar, orçar, contarсчитать, счесть, пересчитатьštetiberäkna, uträkna, räknaμετρώيَحْسَبُ, يَحْسُبُpočítat, spočítatbrojati, brojiti・・・を数える, 数える세다, 수를 세다นับsaymakđếm計數
verbe intransitif
1. dire les chiffres dans l'ordre Elle ne sait pas encore compter.
2. avoir de l'importance Cela ne compte pas.
3. croire en, attendre Je compte sur ta présence. Il compte sur moi pour l'aider.

compter

[kɔ̃te]
vt
(établir le nombre de) → to count
(= inclure, dans une liste) → to include
sans compter qn → not counting sb
sans compter qch → not counting sth, not including sth
On sera dix-huit, sans compter les enfants → There'll be eighteen of us, not counting the children.
sans compter que → besides which
(= facturer) → to charge for
Il n'a pas compté le deuxième café → He didn't charge us for the second coffee.
(= avoir à son actif, comporter) → to have
L'institut compte trois prix Nobel → The institute has three Nobel prizewinners.
(prévoir: une certaine quantité, un certain temps) → to allow, to reckon on
Il faut compter environ deux heures → You have to allow about two hours., You have to reckon on about two hours.
(= avoir l'intention de) compter faire qch → to intend to do sth
Je compte bien réussir → I fully intend to succeed.
Je compte partir début mai → I intend to leave at the beginning of May.
vi
(calculer) → to count
Il savait compter à l'âge de trois ans → He could count when he was three years old.
à compter du 10 janvier (COMMERCE) → from 10 January, as from 10 January
(= être non négligeable) → to count, to matter
L'honnêteté, ça compte quand même → Honesty counts after all.
(qu'on peut prendre en compte) → to count
Ça ne compte pas - il s'est fait aider → That doesn't count - he had help.
compter pour → to count for
(= figurer) compter parmi → to be among, to rank among
(inclure dans ses prévisions) compter avec qch/qn → to reckon with sth/sb
compter sans qch/qn → to reckon without sth/sb
compter sur [+ personne] → to count on, to rely on; [+ aide] → to count on
(= être économe) → to watch every penny, to count the pennies
Pendant longtemps, il a fallu compter → For a long time we had to watch every penny.
compte rendu nm [voyage] → account; [incident] → report; [film, livre] → review
voir aussi rendre
comptes clients nmpl (sur bilan)accounts receivable
comptes fournisseurs nmpl (sur bilan)accounts payable