concitoyen, enne


Recherches associées à concitoyen, enne: administré, compatriote

CONCITOYEN, ENNE

(kon-si-to-iin, iè-n' ; plusieurs disent : kon-si-toi-iin) s. m. et f.
Celui, celle qui est de la même ville, du même État qu'un autre.
Et quoi qu'ait fait pour vous ce cher concitoyen [ID., CORN. Sertor. II, 2]
Qui, après mille friponneries punissables, marchent la tête levée dans Paris, parés des dépouilles de leurs concitoyens, avec autant d'orgueil que s'ils avaient sauvé l'État [VAUBAN, Dîme, p. 257]
Hercule, sois le dieu de tes concitoyens ! [VOLT., Œdipe, I, 1]
Ils se représentent la fortune de cet illustre personnage, leur concitoyen [VAUGEL., Q. C. liv. VI, ch. 9]
J'aime mieux renoncer à l'empire que de répandre le sang de mes concitoyens [ID., ib. liv. X, ch. 8]
Il arrive quelquefois que les étrangers nous apprennent le mérite de nos propres concitoyens, que nous négligions peut-être parce que leur modestie leur nuisait de près [FONTEN., Littre.]
Les lois d'Euric, de Gondebaud et de Rotharis firent du Barbare et du Romain des concitoyens [MONTESQ., Esp. X, 3]
Par extension.
Il fuyait les cités, il ne cherchait que l'ombre, Vivait parmi les bois, concitoyen des ours [LA FONT., Filles de Min.]
Le lièvre et la perdrix, concitoyens d'un champ, Vivaient dans un état, ce semble, assez tranquille [LA FONT., Fab. V, 17]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Jaqueme de Langle né concitains de ceste ville [DU CANGE, concivium.]

ÉTYMOLOGIE

  • Con, et citoyen.