concupiscence

(Mot repris de concupiscences)

concupiscence

n.f. [ du lat. concupiscere, désirer ]
Litt. Vive inclination pour les plaisirs sensuels.

CONCUPISCENCE

(kon-ku-pi-ssan-s') s. f.
Terme de dogmatique. Le fond d'inclination naturelle qui nous fait désirer la jouissance des biens sensibles et surtout des plaisirs charnels.
Une concupiscence naissante [FLÉCHIER, I, 325]
Ils vous ont porté à chercher votre bien dans les concupiscences qui sont le partage des animaux [PASC., Car. 16]
Que si, lâchant la bride à sa concupiscence, Il emporte la jouissance Où l'a fait aspirer ce désir déréglé.... [CORN., Imit. I, 6]
Les passions de son cœur lui cachent presque toujours la vérité et ne la lui laissent paraître que lorsqu'elle est teinte de ces fausses couleurs qui flattent la concupiscence [MALEBR., Recherche, VI, 1]

SYNONYME

  • CONCUPISCENCE, CUPIDITÉ, AVIDITÉ, CONVOITISE. La concupiscence est un état habituel de l'âme qui la porte vers la jouissance de toutes les sortes de biens sensibles. La convoitise est un vif désir de quelque chose que nous désirons posséder. L'avidité est un désir insatiable. La cupidité est, d'une façon restreinte, le désir d'avoir de l'argent, des richesses.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Concupiscence apetice [devient plus petite] par li resister [ORESME, Eth. XI, 17]
    Et un autre fait adultere par sa concupiscence, et y despent du sien et en suefre damage [ID., ib. 143]
  • XVIe s.
    Il ne fut jamais moderé en ses concupiscences, ny par pauvreté lorsqu'il estoit jeune, ny par l'aage après qu'il fut devenu vieil [AMYOT, Sylla et Lysand. 5]
    La vertu qui regle la concupiscence, et qui limite ce qui est moderé et opportun ès voluptez, se nomme temperance [ID., De la vertu morale, 2]
    Le mariage estoit un nom d'honneur et dignité, non de folastre et lascive concupiscence [MONT., I, 227]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. concupiscentia ; espagn. concupiscencia ; ital. concupiscenza ; du latin concupiscentia, de cum, et cupere, désirer (voy. CUPIDE).

concupiscence

CONCUPISCENCE. n. f. Inclination violente aux plaisirs qui sont défendus, surtout aux plaisirs des sens. La concupiscence de la chair. Regarder avec des yeux de concupiscence.

concupiscence

Concupiscence, Cupiditas, Il vient de Concupisco.

Estre maistre de ses concupiscences, Imperare cupiditatibus.

Il n'avoit rien devant ses yeux que sa concupiscence, Iste una cupiditate rapiebatur. B. ex Cic.

concupiscence


CONCUPISCENCE, s. f. CONCUPISCIBLE, adj. [Konkupi-sance, cible: 1re lon. 4e lon. au 1er.] Richelet écrit concupicence, concupicible: il est vrai que l's est inutile et qu'elle ne sert que d'homage à l'étimologie latine. — La concupiscence est l' inclination de la natûre corrompûe, qui nous porte aux plaisirs illicites. "La concupiscence de la chair. La concupiscence est l'éfet du péché originel.
   CONCUPISCIBLE, est un terme de la vieille Philosophie. On y parlait beaucoup de l'apétit concupiscible, et de l'irascible. L'Acad. dit qu'il n'est en usage que dans le dogmatique; mais c'est du dogmatique rance et suranné.

Synonymes et Contraires

concupiscence

nom féminin concupiscence
Littéraire. Penchant aux plaisirs sensuels.
Traductions

concupiscence

אביונה (נ), עגבנות (נ), עַגְבָנוּת

concupiscence

Begierde, Lüsternheit

concupiscence

concupiscência

concupiscence

[kɔ̃kypisɑ̃s] nfconcupiscence